•  

    1608

    Images n° : 3281 – 3282 – 3283 - 3284 - 3285-3286

     

     

     1608. Rolle et menu des rentes dues à la St-Gilles et à Nouel

     

     Image 3281

    Rolle et menu des rentes deus par fromantz et deniers aux jours de de Sainct Gilles et Nouel au prieuré de la Magdelaine du pont a Dinan au grand baullaige ayant court en la paroisse de Lez Vallay par les homes et subjetz de la dicte seigneurie.

     

    Premier

     - Gilles Mouton sieur du Plessis en lacquict su de la charge de damoiselle Jullienne Gallier pour la maison pour prix et appartenance appelle la maison de Grillemont par denier et second par fromantz deux bouesseaux unst godetz.

    - Damoiselle Janne Feron dame des Salles tant en son nom que comme mere et tutrisses des en fans dycelle et de funct Rolland Rolland, Nicollas Rolland, Henry Chevallier, Guillemette Rolland sa feme et chacun heritiers de funct Janne Rolland la jeune feme de Ollivier Berard sieur et dame de la Brancherie par deniers XXXV soubz deniers.

    - Jan Ledret, Nicollas Rolland comme héritier de Jacques Rolland son pere par denier 30 soubz monayes.

    - Par aultre part la dicte Janne Feron et au dit nom pour sa part de la maison de Tourandel par denier huict soubz monayes.

     

     

    1608. Rolle et menu des rentes dues à la St-Gilles et à Nouel

    Image 3282

     

     

    - La veufeu et heritier de feut Roullet Bouchart par deniers deux sols monnoie.

    - Thomas Guerin pour cest logie escurie cellier court pui(t)s jardin pour prix  et celle ( ?) de la maison du Chemineuff par deniers 6 sols monnoie.

    - Macé Lerenec sieur de la Vallé pour cest maison et appartenence situes a la rue de la Baye par deniers 4 sols 2 deniers monnoie.

    - Somme du presant rolle seavoir sanst de …   par denier deus aux jour de St Gilles foire a Dinan dix huict livres treize soubz cinq deniers monnoie et part fromantz deus au jour de nouel mesure et apprecy de la court de Chateauneuf une mine de fromantz et ung chappon.

     

    31608. Rolle et menu des rentes dues à la St-Gilles et à Nouel

    Image 3283

     

    1608

    Cy apperes est le rolle et menu deub et avoir jour a Sainct Gilles

    Et premier

    - Damoiselle Jullienne Gallier dame de la Mestrie en lacquict de la charge de Julienne Avril Dame de Grillemont par debvoir quinze soubz monoyes et par fromant deulx bouesseaux onze godets.

     - Damoiselle Janne Feron dame des salles tant en son nom que comme mere et tutrisse des enfants dicelle et du sieur Rolland Rolland, Nicollas Rolland, Henry Chevallier et Guillemette Rolland sa femme et chacun héritier d’Ollivier Berard de la Brancherie par an trante cinq soubz monoyes et pour cy: XXXV s.

     

     

    1608. Rolle et menu des rentes dues à la St-Gilles et à Nouel

    Image 3284

     

    - Tien le dict Nicolas Rolland comme héritier de Jacques Rolland son père par deniers cinq soubz pour cy V s.

    - Tien la dicte Feron et au dict nom trois soubz seix deniers monoyes pour cy III s VI d.                                                                                                                            - Par aultre part la dicte feron au dict nom pour sa part de la maison tourandel par denier houict soubz monnoyes pour cy VIII s.

    - Nicollas Rolland et Ollive Hudebert sa femme, Ollivier Aubry et Françoise Hudebert sa femme héritières les dictes Hudebert de Guillaume Hudebert sieur …par denier sept soubs ung denier monoyes et pour cy : VIIsId.                              - Guillaume Lerenec en la decharge de Jacques Rebour sieur

     

     

    1608. Rolle et menu des rentes dues à la St-Gilles et à Nouel

     

    Image 3285

     

     

    - Tien le dict Guillaume Lerenec en la décharge de Bertelin Aubry par deniers douze deniers monoyes. Pour cy XII deniers.

    - Damoiselle Jullienne Gallier dame de la Mestrie en lacquict de la charge de damoiselle d’Ollive Apuril vivante Dame de Grillemont par deniers quinze soubz monoyes. Pour cy XVs

    - Tien le dict Guillaume Lerenec en la decharge de dom Bertrand Andre par denier douze soubs douze deniers monnoyes et pour cy XII d.                                             - Estienne Vallidar et Janne Bretaigne [ils seront tous deux cités à la Magdelaine en 1628 au baptême de Janne Ermel] sa femme par denier deux soubz six deniers monnoyes et pour cy II s VI d.                                                                                    - Honorable femme Guillemette Barbe tient par denier dix deniers monnoyes pour cy Xd

     

    1608. Rolle et menu des rentes dues à la St-Gilles et à Nouel

    Image 3286

     

    de la court de chasteauneuf sept bouexiaux et un godetz fromant et par chappon ung chappon

     


    votre commentaire
  •  

    Etude proposée et réalisée par monsieur Claude Bognet.

     

    Aveux des prieurs commendataires de la fin du XIV siècle au début du XVI siècle.

     

     

    Présentation des 6 premiers aveux.

     

    S’il est communément admis que le régime de la "commende" s’est mis en place dès le XV siècle, le prieuré de la Magdeleine du Pont à Dinan disposait d’une bonne longueur d’avance, face à cette institution tant décriée, puisque l’aveu rendu par le premier prieur commendataire connu, le cardinal de Gergii, porte la date du 28 décembre 1398. Le cas est suffisamment précose pour ne pas passer sous silence l’existence d’un tel texte. Le monastère voisin des bords de Rance, à Léhon, ne fut mis en commende qu’en 1451 [La commende, institution officialisée en 1440, portait attribution des bénéfices d’une abbaye ou autre couvent à un abbé séculier, tel un cardinal, ou à un laïque à qui revenait la charge d’entretenir les bâtiments et de payer une rente aux religieux pour leur subsistance. Elle donna lieu à de nombreux abus, les commendataires ne résidant pas sur place. A Léhon le premier prieur commendataire connu est Guillaume d’estouville, arrière petit fils de Charles V, archevêque de Rouen et cardinal d’Ostie].

     

    Précédemment, la Madeleine du Pont était dirigée par des prieurs "conventuels", ceux qui résidaient sur place. Le nom, et le plus souvent le prénom, de cinq d’entre eux nous sont parvenus grâce à d’anciennes chartes. Y sont cités successivement Even en 1198 ; Guillaume de Montors en 1232 ; Jacques en 1292 ; Philippe en 1297 ; Aymeri en 1335 clôt la liste.

     

    Le terme  commendataire, de "commendatayre" dans les chartes lues, n’apparaît qu’en 1508, dans un aveu rendu par le prieur Christofle May [variante de Moy], le dernier de la série de six faisant l’objet du présent chapitre.

     

    Ces premiers aveux des prieurs commendataires doivent être traités à part, non qu’ils soient les seuls rédigés sur parchemin, les autres le seront également jusqu’en 1654, mais parce qu’ils se résument à une dizaine de lignes empruntant des formules convenues. Il ne faut donc pas s’attendre à de longs développements quant à l’état des lieux. Et si les domaines extérieurs au fief ne sont pas énumérés, c’est qu’ils constituaient probablement plus de droits sur autrui que de véritables possessions foncières monastiques

     

    L’un des deux aveux rendus par Tristan de la Vallée, en 1493, que nous reproduisons plus loin intégralement résume en deux lignes l’ensemble constitué par le domaine prieural et les rentes consenties : des maisons, des cours, des jardins et des pourprins [espace clos de murs] pour tous biens fonciers, mais non l’église et le cimetière exclus tous deux du temporel du fait de la puissance divine à laquelle ils étaient consacrés.

     

    Les rentes temporelles se montent à 10 livres de rentes angevine [Une rente angevine est une rente qui se paie lors de l’Angevine, c'est-à-dire le jour de la fête de la Nativité de la Vierge, le 8 décembre], sommes dues par les teneurs. Quant aux devoirs et obéissances dus à l’autorité ducale, ils consistent en prières et oraisons pour le salut du souverain, formule que l’on retrouve à l’identique dans tous les aveux des prieurs au temps de la Bretagne indépendante. Même si les parchemins sont difficiles à manipuler et à déchiffrer du fait de la présence de plis dans leur surface bosselée et de la pâleur de l’écrit, d’autre part nous ferons notre profit des transcriptions à trous, semés sans doute d’approximations. Cela n’empêche pas de saisir le sens et la date des aveux et de s’assurer du nom du prieur commendataire, dans l’attente d’une restitution complète des textes.

     

    Nous présentons brièvement ci-dessous les 6 premiers aveux conservés dans les collections des Archives Départementales de Loire-Atlantique, sous la cote B849, puis les transcriptions correspondantes.

     

    - Le 28/12/1398. Aveu du cardinal de Gergii. Le prieur commendataire est ici un prélat choisi parmi le gratin de la hiérarchie catholique. La charge de prieur conventuel est du même coup vouée à l’extinction.

    - Le 23/02/1407. Aveu de Jan de Brogni. L’abbé Auguste Lemasson a rapporté un extrait des lettres et mandements du Duc Jean V  de 1789 à 1815, tome 1 page 101.  L’an 1407, Jean Fraczon-Alarmet, autrement dit Jean de Brogni, cardinal et évêque d’Ostie, est prieur commendataire du prieuré du Pont, pour lequel il rendait aveu le 23 févrieur 1407, ledit prieuré payaoit 40 sols de procuration à la fin du XIV siècle. 

    - Le 15/07/1461. Aveu de Jehan du Bellay. Le bon état de conservation du parchemin portant l’aveu de Jehan de Ballay, alias Jehan du Vaily, nous apermis d’établir une transcription complète du texte. C’est encore un évêque, en l’occurrence de Poitiers, que revient le bénéfice du prieuré, bénéfice accordé à perpétuité et sans intermédiaire par le duc de Bretagne. A ce titre, le nouveau commendataire devra prières et oraisons tant à son souverain seigneur qu’aux prédécesseurs er successeurs. Il s’engage à entretenir le prieuré qu’il a reçu en fief amorti, fye amorty. Cette précision signifie que le droit de succession dit de mainmorte a été payé ou qu’il n’avait pas à l’être. Enfin, s’il n’a pas été fait mention de l’état des lieux par le menu, c’est qu’aucun changement n’est intervenu - Il s’agit de tout le temporel, formule déjà rencontrée dans l’aveu précédent.

    - Le 07/.09/1474. Premier aveu de Tristan de la Vallée. L’état des lieux se précise enfin : les maisons, jardrins et hébergements et généralement tout le temporel y compris les rentes. En contrepartie sont dues au seigneur amendes, condamnations, prières, oraisons et obéissances.

    - Le 20/03/1474. Second aveu de Tristant de la Vallée. La nécessité de rédiger un nouvel aveu ne peut s’expliquer que par un changement de suzerain : le prieur rend cette fois hommage au Roy et non plus au Duc. Les biens fonciers sont à nouveau énumérés : les maisons, court, jardrins et pourprins, à quoi il faut ajouter bien entendu les rentes temporelles, le tout en échange de prières et oraisons.

    - Le 23/07/1508. Aveu de Chritofle May. Qualifié de Prieur Commendatayre et de perpétuel administrateur de la Magdeleine, ce personnage vient de clore la série des six premiers bénéficiares connus des revenus du prieuré du pont. Nous retrouverons ce même établissement moins d’un demi-siècle plus tard avec un luxe de détail, à chacun des 7 prochains aveux  lequels sont :

     

    - Domaines relevant du prieuré d’après l’aveu de Jehan le Clerc, en 1543.

    - Domaines relevant du prieuré d’après l’aveu de Pierre Ferron, en 1556.

    - La vente du temporel ecclésiastique du prieuré  de la Magdeleine, en 1587.

    - Domaines relevant du prieuré d’après l’aveu de Jan de Horis, en 1613 [il doit ici y avoir une erreur de date puisqu’en 1612 Jan Horis établira un contrat de ferme avec le sieur Jan Hamon. J.P Fournier]. 

    - Domaines relevant du prieuré d’après l’aveu de Michel Bouvard, en 1639.

    - Domaines relevant du prieuré d’après l’aveu de Florent Mareschau, en 1654.

    - Domaine relevant du prieuré d’après l’aveu de Dom Floraine, en 1673.

     


     

     Aveu du cardinal de Gergii, nommé prieur du prieuré le 28/12/1398

    1. Par notre Court de Rennes fut présent Charles Béchufflaut, en notre présidail procureur de...Révéfend père en Dieu de...

    2. cardial de Gergii et priour dou priouré de la magdeleine du Pont à Dinan, lequel recognut et confessa,

    3. recognoist et confesse que le temporel dudit priouré que tient ledit cardinl est tenu de mon pouvoir

    4. seigneur Monseigneur de Bretagne; nuement [sans intermédiaire] et prochement soubz sa jurisdiction et obéissance à sa court de Rennes

    5. ce qu'...est dû... mondit seigneur, recognoissance et obbeissance ... ... temporel

    6. ... ...... ...... des actes de notre dicte Court le mercredi à Sts-Innoçamt l'an mil trois cent quatre vingt diz et

    7. oust [huit].

     

    Aveu de Jehan du Bellay nommé prieur le 15/02/1461                                              1. Jehan de Vaily [ou Jéhan VI du Bellay, dit le Jeune. Né vers 1400 et décédé à Poitiers en 1479. Evesque de Fréjus de 1455 à 1461, abbé de Saint-Florent lès saumur. Il fut évesque de Poitiers en 1461], elu et confermé evesque de Poictiers, conseiller du Roy nostre sire, et administrateur perpétuel du                                  2. prieuré de la Magdalène au Pont à Dinan, congnois et confesse estre homme et subject du                                                                                                                  3. Duc mon souverain seigneur et tenir de luy prouchamment [prochement, sans intérmédiaire ou directement] à sa Court et barre de Rennes tout le                      4. temporel de mondit prieuré, par cause de quoy je confesse devoir à mondit souverain seigneur et à ses                                                                 5.prédécesseurs et sucesseurs prières et oraisons et avecques ce obéissance comme de fyé amorty [fief amorti], lesquelles                                                          6. choses dessus dites et chascunes d'icelles. Je jure tenir et entretenir tant que t(i)endray ledit prieuré; en                                                                                        7. tesmoing [en témoignage] de ce, j'ay signé ces présentes de mon seing manuel et scellé de mon scel [scellé] dont j'ay acoustumé user                                            8. en telles matières. Donné à Paris le quinziesme jour de juillet l'an de grâce mil quatre cens soixante                                                                                                   9. et ung.

    Premier aveu de Tristan de la Vallé nommé prieur le 047/09/1474                         1. Aujourd'hui en juridiction s'est comparu religieux et honneste frère Tristan de la Vallée, prieur                                                                                                        2. du prieuré de la Madeleine du pont à Dinan, sous sa barre et présidial de Rennes...                             3. avecques tous ses biens et rentes à la juridiction d'icelle... .... .... ... lequel fié recognoist
    4. et confesse... tenir prochement dudict notre souverain et seigneur à sa barre de Rennes, les maisons                                                                                                   5. jardrins et hébergements dudict prieuré...                                                             6 ... .... ... d'icelui et générallement tout le temporel dudict prieuré ... .... ... par cause                                                                                                                           7. de ce devoir, amendes, condamnation, prières, oraisons et obbéissance audict serment, en tout                                                                                                           8. ce que dessus, ledit religieux... apartenit sans jamais aller... .... .... ... et de son assentiment                                                                                                                9.  y soit condempné. Fait par la court dudict Rennes devant les plez généraulx [les plaids généraux ou les assemblées de justice] d'icelle le septiesme jour de septembre                                                                                                                  10. l'an mil quatre cens soixante quatorze.

    Second aveu de Tristan de la Vallée, prieur au pont , aveu fait au roi de France souverain de Bretagne                                                                                               1.  Au jour duy en juridiction s'est comparu frère Tristan de la Vallée, prieur du prieuré du pont à Dinan                                                                                             2. lequel a confessé estre homme et subject du Roy nostre sire, et de luy à sa barre et présidial de rennes, tenir les                                                                                  3. maisons, court, jradrins et pourprins d'iceluy prieuré situé près la ville de Dinan ensemble                                                                                                         4. o [avec] les rantes temporeles y deubs qui se montent par deniers dix livres de rante angevine, et par cause desdites                                                                       5. choses en devoir à mondit seigneur, prières et oraisons, ainsi et comme fié amorty pour toutes charges                                                                                        6. et devoirs qu'il a promis debvoir et continuer, et auxdites qu'il sera dudit prieuré desservant et                                                                                                 7. en tenir de son assentiment; y a esté condempné. Fait par la court de Rennes le vingtiesme                                                                                                                  8. de mars l'an mil quatre cens quatre vingnts et douze. Souscrit en interligne "tempreles approuvé. [Ce deuxième aveu fut rendu au roi de France Charles VIII lequel régna de 1483 à 1498. En effet à chaque changement de suzerain le vassal était tenu de présenter un nouvel aveu].

    Aveu de Cristofle May nommé prieur au prieuré du pont le 23/07/15081. Sarchent touz que par devant la Cour de rennes a esté présent en droit... .... ... et formellement estabvli vénérable et discret Missire
    2. Cristofle May commendatayre et perpétuel administrateur du prieuré de la Magdelenne du Pont à Dinan, lequel ... .... ... pour tous
    3. ses biens et rentes que tiennent submis à la ... et obeissance de nostre dicte court présidial et barre que missire est
    4.par son serment de servir et obbeir... recognoit en estre ... et par cestz présentes congnoist et confesse estre, et qu'il est homme
    5. et subject de nostre dicte Court à la juridiction et barre de Rennes pour en tenir prouchement le prieuré dudict lieu de la Magdelenne appendement [ dépendre, appartenir, être soumis à...]                                                                                      6. et déppendans d'icelui sans aucune restriction, et en devoir en raison de, prières et oraisons comme de fyé amorty et selon que                                                            7. le cas le requiert, et obbéissance en oultre d'icelle pour tout ce que en est ledict Cristofle oudit nom May par son serment                                                                  8.tenir sans jamais aller contrevenir en aucune manière ... .... .... ... son ... et assentement... de                                                                                                         9. nostre dicte Court establiz... le y avons condemné et condempnons  ................prins à Dinan en la maczon [fait àDinan en la maison]
    de Guillaume Perrier le                                                                                                                 10. ving et troisiesme jour de juillet, l'an mil cinq cenz ouit. rentes en interligne soi approuvé 

      Claude Bognet                                                                                                                        

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Images n° 3292 – 3293 – 3294 – 3295 – 3296 – 3297 - 3298

     

     

    Ci-dessous le rolle ou le livre financier relatif aux bénéfices et dépenses du prieuré  pour les années énumérées ci-dessous aussi. Ce rolle sera établi sous l'autorité de Janne Bazin laquelle, femme de feu maistre Jan Bertin, était en ces dites années "sergent du bailliage du prieuré au dit pont de Dinan. Ce rolle à sa demande sera "signé" pour conforme par le propre gendre de Janne Bazin, à savoir Guillaume Dreux [en 1584 ce même rolle sera établi chez et en la présence  d'un autre neveu de Janne Bazin, à savoir Jan de la Haye]. Absente en 1585 ce même rolle  sera alors établi par son remplaçant ou son aide, à savoir Jacques Rebours Lespieu avoyé sergent de sa fonction. Cet acte, hormis le fait qu'il énumère certains patronymes devant impôts au prieuré,il énumère et cela dès l'année 1583 aussi la présence d'une petite forge présente elle en la cour du noble logis dit de la Cour de Bretagne  ainsi que la présence de la maison dite du Puits Tourandel, puits lui toujours existant aujourd'hui.

     

     1583 - 1584 - 1585

     

    1583. Rolle et menu de la recept . Sergente Janne Bazin.

    Image 3292

    Cy apres est le rolle et menu de la recepte faite par honorable femme Jeanne Bazin veufue de feu maistre Bertran, Justiteur sergente au baillaige du prieuré de la Magdelaine du pont a Dinan, pour les termes de St Gilles et Nouel mil cinq centz quattre vingt troys.

     

    Et premier

     

    - Damoiselle Claude Avril [Apuril ?] Dame de Gr(a)illemont a payé execution par denier quinze soubs et pour cy : XV soubz.

     

    - Et par froment par une part en bouessaux et pour cy : 1 froment.

     

    - Et par autre part vingt troys godetz et pour cy : XXIII godetz.

     

    - Ollivier Berard par denier trante cincq soubz monnoy et payé. Cy XXXV soubz.

     

    - Jacques Rolland par denier cincq soubz et pour cy : V soubz.

     

     

    1583. Rolle et menu de la recept . Sergente Janne Bazin.

    Image 3293

    - Ollivier Bretaigne par denier sept soubz un denier. Cy : VII s Id.

     

    - Noel le Moine et Jacques Rebour et Jullien Portier par denier traize soubz huict deniers. Cy : XIII s VIII d.

     

    - Mathurin Chevrel et Macé Tahorel troys soubz six deniers  Cy : III s VI d .

     

    - Et pour Guillaume Aubry douze soubz cincq deniers. Cy :XII s V d.

     

    - Dom Bertran André par denier douze soubz cy : XII s.

     

    - Thommas Guerin par denier seix soubz seix deniers  cy : VI s VI d.

     

    - Bernardin Huet et Barbe le Tesier  par denier dix deniers et pour cy : X d.

     

    - Par froment ung boisseau. Cy : I bouesseau froment.

     

    - Ollivier Jan par denier dix neuf soubz cy : XIX s.

    - Jan Bertier par deniers quinze soubz. Cy : XV s.

     

    1583. Rolle et menu de la recept . Sergente Janne Bazin.

    Image 3294

    - Par Froment ung boisseau. Par cy : I boisseau.

    -Amaury Richeux et Morice Bouzin poyés par execution par froment deuz bouesseaux froment et ung chapon. II boisseaux I chapon.

    -  Pour le puis de la maison Tourandel huict soubz cy : VIII s.

    - Roger Durant dix soubz monnoys cy : X s.

     

    - Gilles Trenchent et Guillaume Souquet troys soubz monnoys cy : III s.

     

    - Raoullet Souchart et ses consortz deuz soubz monnoys cy : II s.

     

    - Rolland Rolland troys soubz sept deniers monnoys cy : III s VII d.

      

    - Ollivier Bretaigne pour la forge de Jamet Chevallier deux soubz six deniers monnoys. Cy : II s VI d.

     

    1583. Rolle et menu de la recept . Sergente Janne Bazin.

    Image 3295

    - Somme que se monte le presant rolle sauf erreur de git ( ?) par denier la somme de dix huict livres neuf soubz cincq deniers monnoys et par froment sous laprecy de la seigneurie de Chateauneuf sept bouesseaux ung godetz froment et par chapon un chapon.

     

    - Le dit presant rolle et minu pour le dit an mil cincq centz quattre vingt troys certifye estre vroy par la dicte Bazin sergente du dict baillaige de la Magdelaine et avoir receu les sommes ………..de quoi icelle Bazin en a faict signer le presant a Maistre Guillaume Dreux son gendre et a Guillaume du Chesne notaire royal a sa requeste le douziesme jour de feubvrier mil cincq centz quattre vingt cincq.

     

    - Et est le presant delivre a Jan de la Haye pour faire la

     

    1583. Rolle et menu de la recept . Sergente Janne Bazin.

    Image 3296

    ceuillette du revenu du dict baillaige pour lan mil cincq quattre vingt et troys suivant la justification faicte pour la dicte cuillette de Janne Bazin sergente au dict pont au dict an pour laquelle cest presenté le dict Jan de la Haye nepveu de la dicte Bazin le present minu verifie par ladicte Bazin dernière sergente au dict baillaige par lan mil cincq cent quattre vingt troy et faict en jugement de la seigneurie  du prieuré de la Magdelaine du pont a Dinan le Mardy septiesme jour de feubvrier mil cincq sentz quattre vingt quattre signe Dreux et Duchesne.

     

    - Le dix septiesme feubvrier mil cincq sentz quattre vingt cincq le menu cy devant a este par la dicte Bazin verifie les dictz jour et an ainsy signe Raoul.

     

    - Et au lieu et place de la dicte Bazin Jacques Reboure Lespieu (?)  avoyé sergent

     

    1583. Rolle et menu de la recept . Sergente Janne Bazin.

    Image 3297

    au dict baillaige pour en saisir ( ?) la cuillette passé la St-Gilles et Nouel dernier faict par davant monsieur le senechal de la seigneurie du prieuré de la Magdelaine du pont a Dinan le samedy vingtroysiesme feubvrier mil cincq centz quattre vingt cincq.

     

    - 1583. Roolle de la Madelaine pour la leive St-Gilles. Cotte 102.

     


    votre commentaire
  •  

    Images 3277 - 3278 - 3279 - 3280

     

    Le Faubourg de la Magdelaine. Description des bâtis et dénomination des différents propriétaires établis au port de Dinan, paroisse de Lanvallay, et devant annuellement pour cela impôts seigneuriaux au prieuré du Prieuré. Cette liste concernée divise cette étendue seigneuriale en plusieurs parties. A savoir la rue du Four; la rue de l'Abbaye; le quai Talard et le faubourg lequel semble comprendre ainsi tous les autres bâtis implantés en dehors de ces trois rues et quai.

     

                                                                  1693

     

    Ensuite les noms des tenantiers du forbourge de la Magdelainne du pont a Dinan.

     

      En premier

     

    - Nobles gens maistre Pierre Reallan sieur du Temple et damoiselle Françoise Lechapellier pocede un grand corps de logix soute [sous le pont ou après le pont…] le pont a Dinan au midy [côré rivière et non pas côté mer] que pocedoit le feu sieur de Cucillé Lechapelier acquit du sieur Badouaut …cellier desoubt et portion en la cour [Pierre Réallan nait en 1643. Son épouse Françoise Lechapellier était la fille de Jean Lechapellier et de Julienne Rolland et de ce fait petite-fille aussi de Nicolas Rolland et d’Olive Hudebert sieur et dame des Croix et de la Croix-Verte. Jean Reallan, fils de Pierre et de Françoise sera sieur aussi de Cucillé  de par sa mère. Jean Lechapellier, père de Françoise en autre, était quant à lui l’enfant de Josselin Lechapellier et de Jeanne Lerene tous deux de leur vivant sieur et dame de Cucillé. Jean Lechapellier et Julienne Rolland seront en effet tous deux possesseurs de cette maison laquelle, aujourd’hui, est remplacée par l’actuelle maison sise au 39 de la rue de la Madeleine. La maison de Jean Lechapellier et Julienne Rolland en 1671 sera l’objet d’un état des lieux celui-ci étant fait en la présence du dit Jean Lechapellier alors veuf de Julienne Rolland son épouse. L’acte de 1671 nous apprendra que cette maison, et cela avant même qu’elle soit partiellement acquise par les dits Jean Lechapellier et Julienne Rolland ci-dessus était, lors de cette même acquisition, un bien alors déjà possédé en commun et par Bertrand Prioul époux Guillemette Lesenice, et par Jan Chevrel sieur de Badouin, et par Michel Lucas sieur de Saint-Buc époux Julienne Lebret. L’emplacement de cette ancienne maison est toujours situé de nos jours au sud du vieux pont.]

    - Damoiselle Guillemette Lechapellier damoiselle du Plessis-Mouton pocede portion en la dite maison [ou : la même maison que celle-ci-dessus…  Guillemette Lechapellier était la sœur de Françoise Lechapellier ci-dessus. Guillemette épousera le 24/04/1664 le noble homme Macé Mouton sieur du Plessis. Celui-ci, né à Lanvallay, sera trésorier de la paroisse de Saint-Malo de Dinan. Son frère René, lequel sera propriétaire de l’actuel immeuble sis au 1 rue du Quai Talard en Lanvallay, maison faisant face à celle de ci-dessus, sera Apothicaire, Echevin et Capitaine de la Milice de Dinan. Inhumé en la chapelle de St-Nicolas en l’église de Saint-Sauveur de Dinan René aura, composant ses armoiries,  les éléments suivants : De gueules à l’épée d’argent en pal accompagnée d’un croissant à dextre, d’une canne à semestre et de deux étoiles, le tout en argent.  ] un embas chambre porche quelle a enclos ou sopere la dite juridiction (?)

     

    - Monsieur du Pré Lambert et sa fille pocede une seconde chambre [ou Jean Lambert sieur du Pré lequel, syndic de Dinan et doyen des procureurs au Siege de Dinan sera, cela par sa seule union contractée avec Laurence Lechapellier, le beau-frère des dites Ftrançoise et Guillemette Lechapellier ci-dessus. Cette maison après les décès respectifs de Jean Lechapellier et de son épouse sera donc, pour besoin de transmission héréditaire, divisée entre Françoise, Laurence et Guillemette Lechapellier toutes trois filles de Jean et de Julienne Rolland

     

    La rue du Four

    - La dite damoiselle du Plessis [Guillemette Lechapellier ci-dessus] pocedde deux petites maisons au boult lune de laultre et cellier et cour.

     

    - Maistre Thomas Lorre et consort pocede la prochaine maison qui fuct a Charles Forest et aux lueurs [Charles Forest maistre boulanger à Dinan ; il épousa Janne Ermel].

     

    - Monsieur Pierre de Serville [la noble famille de Serville trouve son origine en Charles de Serville lequel, né vers 1500, épousa Françoise Marot la propre soeur de Macé Marot sieur de la Meffraie en Taden; Tanguy Marot, l'aieul de Françoise, donnera une terre en Dinan intra muros afin de permettre lui aussi la construction de l'église de Saint-Malo de Dinan. Charles de Serville et Françoise Marot étaient tous deux sieur et dame de la Benastais en Lehon. De cette union naitrons deux enfants, Françoise et Thomas la dite Françoise prenant plus tard pour époux Guillaume Serizay sieur du Rusz et des Grandschamps terre en la ville de Dinan assise au delà des remparts de cette ville. Thomas lui prendra pour épouse, quant à lui, Janne Olivier laquelle, par son père, était héritière du manoir et de la terre noble des Vieilles-Navières en pays d'Evran. Thomas et Janne à leur tour seront parents de trois enfants, Guillaume, Vincent et Françoise. Vincent entrera en possession des Vieilles-Navières; Françoise elle prendra pour époux Jan Lefrançois ce dernier étant l'enfant héritier de Jan et de Catherine Ferron. Sieur et Dame de Launay Jan Lefrançois et Françoise De Serville seront tous deux parents de Gilles Lefrançois celui-ci étant le probable commanditaire de la construction du manoir des Rochettes en Lanvallay. Gilles prendra pour époux Janne Lesné tous deux ayant été de leur vivant possesseurs aussi de la maison de la Grande-Croix Verte au port de Lanvallay. Guillaume de Serville ci-dessus, le frère et de Vincent et de Françoise, lui prendra pour épouse  Françoise Hamon la propre fille de Jehan Hamon le Jeune de la Besnardais en Saint-Sansom et de Charlotte Bagot. Revenons à Vincent. Ce dernier prendra pour épouse Macée Hamon laquelle, en deuxième mariage, prendra pour nouvel époux Thomas Mesnages; de cette seconde union naitra Macé Mesnage lequel sera sieur de la Salle en la rue du Four en Lanvallay. De son premier mariage avec Vincent de Serville Macée Hamon sera la mère Guillaume lequel, sieur de Lisle en Taden, sera aussi sieur des Vieilles Navières en Evran. Guillaume, uni à Laurence de la Haye, donnera pour enfant à celle-ci Jacques de Serville le premier sieur des Marets en la rue du Four au port de Lanvallay, enfant né vers 1630; Jacques sera l'ancestre des différents maires "de Serville" de Lanvallay au XIX siècle. La dite terre des Maretz, assise elle aussi rue du Four, au port de Lanvallay, sera ensuite transmise au sein de cette noble famille pendant plusieurs générations. Ainsi, né vers 1720, sera sieur de cette terre Jacques-Gilles de serville. Pierre de Serville ou Pierre Desserville ci-dessus lui prendra pour épouse Perrine Haslé tous deux parents du dit Jacques-Gilles ci-dessus. Ce couple sera souvant rencontré en les actes de Lanvallay] et consort pocede maison et un cellier au boult, cellier desrière et petit jardin proche la rivière et un autre jardin proche la cour derrière le prieuré et jardin nommé la pesrie (prairie ?).

     

    - François Dubois et femme pocede deux grand cors de logix proche les uns de aultre l'un nommé la Salle [Etait sieur de la salle ici Macé Mesnage père lequel épousa successivement et Carize Jan et Jacquette Chevrel. Parents de 12 enfants référencés ce couple eu pour garçons Pierre, Guillaume, Jan, Raoul, Macé et Gilles. Macé père nait le 04/01/1591 et meurt 20/10/1654. Aucun de ses enfants connus, garçons ou filles, ne transmettra la dite terre de la "Salle". Cette dernière ayant été le bien en 1693 des dits François Dubois et femme on peut peut-être raisonnablement penser que Macé Mesnage père vendit de son vivant en la rue du Four la dite terre de la "Salle"] et cour jusque a la rivière cy devant pocedé par des Mesnages Rolland Jehaneaux et Cousins, et un jardin le desrière proche la rivière.

     

    - Pierre Lucas et Mathurine Tranchemer pocede une petitte maison proche la rivière cy devant pocedée [hier] par Jean Fanier et femme.

     

    - Damoiselle Françoise Fleury veufue du feu sieur de la Villegromil Mesnage pocede une maison au dessus et proche de la rivière et un jardin [il s’agit ici de Pierre Mesnaige ou Mesnage sieur de la Villegrommil en les Champsgéraux. Le manoir de la Villegrommil a appartenu à la famille Lefrançois dès le 16ème siècle puis à la famille Mesnage dans le courant du 17ème siècle. Amaurye, Carize et Hélène, filles de Pierre, furent toutes les trois baptisées à la Magdeleine Pierre ayant eu pour parents, quant à lui, Macé et Jacquette Chevrel. De sa seconde épouse, honorable dame  nommée Carize Jan, Macé aura pour fils aussi Macé deuxième du nom sieur du Morandais. 12 enfants sont reconnus tous nés de Macé et de ses deux épouses.  Le père de Françoise fut Tanguy Fleury sieur de la Courbrie).

     

    - Le sieur de Morandais Mesnage aultre jardin [Macé deuxième du nom ci-dessus lequel pris pour épouse Simone Lefrançois. Jacques Mesnage, leur fils à tous deux, sera procureur général aux états de Bretagne].                                                                                         

    - Le dit sieur du Pré Lambert [Jean Lambert ci-dessus] et sa fille un aultre jardin de laultre costé du pont vers le nord[Nous sortons ici de la rue du Four. Alors pourquoi cette possession est-elle répertoriée ici dans cette rue alors qu'elle semble être sur le Talard, au nord du pont ou bien de l'autre côté de la rivière vers la mer ?].

     

    - Hamon Guillaume sieur des Aubriais et consort pocède corps de logix  celliers et court derriere la Salle Mesnage [il s’agit ici de Hamon et d’Anne Aoustin sieur et dame des Aubriais]. 

     

    - Le dit Dubois autre corps de logis et celliers qui furent au sieur de la Daviere Aubry.

     

    - Le sieur Lepestel deux celliers au boult qui furent au de la Grange Durand et femme. 

     

    Sur le Tallard

    - Jan Asseline Lamard [Il faut lire ici : Jan Asseline sieur de la Mare. Ce dernier fut sieur de la Mare, terre peut-être située en la paroisse de Tressaint; Maistre Jan Asseline sieur de la Mare décédera à un âge très fortement avancé puisque qu'il rendra son souffle dans sa 112 ème année, en 1722. Il sera inhumé en l'église prieurale du prieuré du Pont à Dinan. Archive B.M.S de Tressaint.                   Nous sommes ici en 1693. Les sieurs Asseline seront ici présents jusque dans la seconde moitié du XVIII siècle. En effet en 1723 est cité en tant que sieur du Cheminneuf François Asseline lequel pris pour époux Perrine Guerin. Sera ensuite cité, toujours comme "sieur du Cheminneuf",  noble homme Thomas Asseline lequel pris pour épouse Jeanne-Marie Quétisan leur enfant Marie-Jehanne-Emanuelle Asseline ayant été baptisée en Lanvallay en l'année 1724. Nous devons voir au travers de Jan, François et Thomas, trois générations successives et directes. Les Asseline seront de leur vivant possesseurs de la Vallée de Bretagne, grande vallée pentue surplombant l'actuelle rue de la Madeleine, hier le dit "Chemin-neuf", vallée dont ils seront encore propriétaires en 1733]  pocede uune maison bastie de neuf par le feu sieur des Champguerard Lambert a fait bastir (ou Nicolas Lambert sieur des Champguerard lequel épousera Jeanne Guerin. Nicolas Lambert aura pour frère le dit Jean Lambert sieur du Pré ci-dessus. La possession d'un jardin positionné de ce côté du pont et relevant de Jean Lambert est-elle en rapport avec la présence ici même de Nicolas Lambert, frère de Jean ?] et deux jardins au boult proche le dit Chemineuf et la principalle maison et logement du Chemineuf ou pand le Lion Dor [ est-ce : "ou pend l'enseigne du Lion d'Or"  ou bien "au pan du Lion d'Or" ?] cour puit et jardin desrière [Nous sommes en 1693 et le bâti dit "le Lion Dor", bâti alors en la possession du sieur Asseline de Lamard, est-il déjà une hostellerie ? L'actuelle grande et belle maison posée au plus près de la rue de la Madeleine, en bordure de route, fut construite très probablement en le courant du XVIII siècle; c'est l'ancien "Hôtel du Lion d'Or - Relais des Postes" . Grand corps de logis celui-ci comprend toujours en son derrière une très grande cour fermée en laquelle se trouve être toujours un long vieux bâti parallèle devenu aujourd'hui une grande et longue dépendance. Cette cour outre son puits possédait encore hier une très vieille servitude laquelle par son droit permettait de desservir la dite Vallée de Bretagne laquelle, en 1733, sera encore le bien des enfants héritiers "Asseline" : ...joignant le tout du dit cellier et grenier d'un costé à maison appartenant aux héritiers de Carize Bacheu et du derrière à une vallée appartenant aux enfants de Thomas Asseline...  Toutefois ce même hôtel dit le "Lion d'Or" , celui du XVIII siècle, est beaucoup trop récent pour être celui présenté ici en cet acte daté de 1693. Il est donc fort possible que la première "hostellerie" du "Lion d'Or" , donc celle citée ici en 1693, n'ait pas été positionnée en bordure du Chemin-neuf mais plutôt en retrait, en fond de Cour, les attelages arrivant ainsi devant l'hostellerie. Cette éventuelle hostellerie originelle et première serait en ce cas les dites "dépendances actuelles" de ce logis le XVIII siècle dans son developpement économique assistant ici à la réalisation, cela pour "aggrandissement probable", d'un nouveau hôtel dit "le Lion d'Or". Celui-ci positionné plus en avant sur les pavés de la chaussée reliant alors Dinan à Saint-Malo, en devant de cour, aurait été donc un nouvel hôtel que l'on aurait voulu beaucoup plus spacieux, hôtel construit lorsque le quartier de la Magdelaine connu pleinement lui aussi le plein developpement portuaire du port de Dinan. Il est possible toutefois que ces mêmes dépendances aient toujours été des dépendances mais que l'hostellerie première fut en son emplacement originel remplacée par l'actuel ancien hôtel.Cet hôtel, toujours assis en bordure de route, est devenu aujourd'hui un grand corps de logis privatif, ancienne maison de maitre puisque qu'il fut en 1844 la maison de Paul Larere, avocat à Dinan. Toujours est-il qu'en 1693 apparait écrit ici pour la première fois l'appellation dite du "Lion d'Or"].

     

    - Monsieur de la Bigotière pocède sur le Tallard un grand corps de logix écurie et cellier qui furent aux dit sieur Gigot.

     

    - Monsieur Du Tertre possède la maison des Clos logement cour jardin et verger desrière qui furent au sieur Serizay.[Guillaume Serizay et Hélène Gillier. Les Clos, terres situées au port de Dinan sur la rive de Lanvallay, aujourd’hui le musée de la Rance, seront en 1718 la propriété d’un sieur Leroy].

     

    Leis le fortbourg …du simetière

    - Monsieur le procureur du roy à Dinan corps de logix nommé de Grillemont cour et logement et jardin desrière tout au long de la dite rue

     

    - Madame de Cotuhon [Cotchon] pocede la prochaine maison cour cellier desrière le logement ou est le pressoir de Tourandel  maison et cellier ainsi le puit et petit jardin proche le Cheminneuf [Voir le chapitre consacré au puits Tourandel. Cette maison, son auberge et son puits seront tous trois cités plusieurs fois dès le XVI siècle. Vers 1580 la maison ou l'auberge de "Tourandel" est déjà divisée en plusieurs parties ou plusieurs lots puisque l'une de ces parties sera le bien propre de Janne Feron Dame de la Croix-Verte, la propre soeur de Hamon Feron alors prieur du prieuré du Pont. Le pressoir de Tourandel sera quand à lui une nouvelle fois cité en 1711 lors de la succession de madame Turpin alors propriétaire des Grande et Petite Croix-Verte].

     

    - Les enfants de feux sieur et demoiselle de la Porte Jan, un grand corps de logix faisant le coin pour aller vers le Cheminneuf qui appartenoit aux feux sieurs du Cheminneuf Guerin [Olivier Guerin époux de Jeanne Jan tous deux sieur et dame du Cheminneuf] et jardin proche le puits Tourandel. Monsieur Aubry pocede uune chambre sur le devant de la dite maison acquise des héritiers.

     

    - Le dit procureur du Roy et consort unne maison au boult cour embas 3 chambres et galatais la grande écurie de Tourandel chambre au dessus et grenier  

     

    - Les enfants du feu sieur dit Anges Gigot, Jeanne Catherine et Marie [ou Alain Gigot sieur des Anges époux de Guillemette Rillet et fils d’Olivier Gigot et Carize Mouton sieur et dame de la Lande. Alain sera le père de Catherine Gigot. Propriétaire de l’actuelle maison sise au 18 de la rue de l’Abbaye en Lanvallay  Olivier et Carize s’uniront à Lanvallay le 30/06/1614 et seront tous deux inhumés en leur chapelle en l’église Saint-Sauveur de Dinan] un grand corps de logix cour cellier et apantif maison et jardin proche le Cheminneuf.

     

    - Julienne Becheu veufue de Pierre Guerin pocede uune vallée nommée de Vilot au boult du dernier jardin .

     

    - La veufue Olive Becheu et enfans un embas ou cellier qui fuet a Simon Morand.

     

    - Veufue Michel la chambre sui le devant et la dite Julienne Becheu la chambre desrière.

     

    - Guillaume B(e)auchesne et Carize Becheu [ou Bechu ou Bechet] uune maison neufve proche nommée la Cour de Bretaigne. 

     

    - Monsieur de Laublette Martel pocede la maison de la Petite Croix Verte toute proche la suite ( ?)

     

    - Le dit sieur de la Morandais Mesnage [Macé Mesnage et Simone Lefrançois ci-dessus]et les sieurs de la Branche Lesné [Ici Jean Lesné sieur de la Branche lequel épousera Olive Lefrançois sœur de Simone ci-dessus. Macé Mesnage et Jean Lesné semblent tous deux êtres entrés en possession de la dite Croix-Verte par leur épouses respectives toutes deux sœurs l’une de l’autre. Comment vers 1630 Gilles Lefrançois et Jeanne Lesné, tous deux époux et parents aussi et d’Olive et de Simone Lefrançois ci-dessus, entrèrent-ils en possession de la dite Croix-Verte ?] possède la maison cave cellier écurie de la Grande Croix Verte cy devant pocedée par le dit Rolland des Croix [Ici Pierre Rolland lequel, né en 1634, épousera et Jeanne Agan et Jeanne Desdouit. Pierre était le fils de Jean Rolland et Charlotte Vannard tous deux sieur et Dame des Croix en Lanvallay. Jean sera Procureur-Syndic de Dinan ses père et mère ayant été respectivement Nicolas Rolland et Olive Hudebert tous deux ayant été aussi sieur des Croix et de la Croix-Verte ; Nicolas Rolland quant à lui aura pour père et mère Rolland Rolland et de Jeanne Feron tous deux également sieur et dame de la Croix-Verte]

     

    Rue de Labaye

    - La demoiselle des Fontaines Ruellan possède uune maison du costé du midy de la Grande Croix Verte et jardin du prieuré et un jardin au hault de la dite rue [Ici Roberte Charton laquelle épousa  Gilles Ruellan sieur des Fontaines. Roberte Charton était la petite-fille de Charlotte Marot et de ce fait l’arrière petite-fille aussi de Robert Charton sieur de la Richardais en Taden. De son vivant Gilles Ruellan fut Notaire royal et Alloué de Plouer]. 

     

    - Le sieur Pestel pocede du mesme costé portion de maison et jardin qui fuet a Nicollas Dutertre [fils de Guillaume Dutertre et de Guillemette Busson. Nicolas fut nommé le 31/03/1636 au prieuré de la Magdelaine].

     

    - Le sieur dit Beranger Rolland uune maison et jardin au boult qui fuet aux Moncoqs.

     

    - La ditte veufut Ollive Becheu [ou Olive Bechet. Fille de Yvon Bechet, Bechu, Baschu ou Becheu et de Jeanne Beauchesne, elle fut baptisée le 25/06/1625] et Carize Becheu pocede le jardin de lopital [est-ce ici décrit dans la rue de l'Abbaye l’ancien prée du prieur situé de l'autre côté de la rivière ? Logiquement cela ne se peut...Lire le chapitre consacré à la dite rue de l'Abbaye]

     

    - Françoise Lesné et enfants deux maisons et deux jardins proches le hault Envay [Fille de Guillaume Lesné né en 1625 et d’Olive Loste ou Lhoste. Son oncle Maurice sera Capitaine ouGgouverneur de la ville de Dinan. Cette famille posséda la terre de Pelineuf ou Pelineuc den Lanvallay. La terre du  Haut Envay renvoie ici à l’actuel chemin nommé : le Mont en Va. Ce chemin, longeant la Rance, réuni sur la plateau de Lanvallay la dite rue de l’Abbaye et l’ancien bourg de Lanvallay. Nommé Envay ay XVII siècle peut-on faire un rapprochement orthographique entre le terme Envay et le nom de la paroisse de Lanvallay ? ].

     

    - Monsieur Maingard de la Vallée de Clouges

     

    - Les enfans Ollivier Pous et Carize Harel uune maison cellier cour fontaine et petit jardin desrière.

     

    - La dite Jullienne Becheu et enfant Pierre Guerin uune maison et jardin desrière

     

    - Jan Louisse et Anne Forest uune maison cellier et jardin desrière

     

    - Le dit François Dubois uune maison qui fuet a Amaury Richeux [la famille Richeux sera pendant plusieurs générations en possession de la terre dite du Lohier, terre située au plus proche de l’église paroissiale de Lanvallay. Le premier possesseur fut Amaury Richeux premier du nom] et jardin desrière.

     

    - Jane Pou et fils uune maison et petitte section ou plancher de jardin.

     

    - Nicollas Dutertre et enfants deux maisons et jardin desrière.

     

    - Emmanuel Bregain sieur de Connes pour uune maison qui fuet a Pierre Hamelin

     

    - Jan Guerin maison et jardin.

     

    - Les enfants de Lesnart Douillet (fils de Léonard Douillet et de Pasquière Rebour. Léonard et Pasquière naissent tous deux vers 1580 puisque leur premier enfant nommé Gilles naitra le 20/11/1600. Ce couple aura au moins sept enfants dont Mathurin lequel verra le jour le 03/09/1614. Au regard de la chronologie il est cependant possible que Leonard ci-dessus soit le fils de Léonard et de Pasquière. Lorsque se fera le partage  Lechapellier-Rolland en 1671 le fils de Leonard et de Pasquière, Macé Douillet né le 18/12/1605 pour le nommer, sera en cet acte cité comme étant propriétaire d’un Courtil sis rue de l’Abbaye) un logix jardin et verger desrière.

     

    - Les enfants Julien Harel uune maison et petit jardin au hault de la rue [Nés de Julien Harel et son épouse    Yvonne ( ?) Hamelin].

     

    - Pierre Lemaugnier une maison qui fuet a François Barbe et jardin en hault de la dite rue.

     

    - Monsieur de Prelaute (Percevault) et sa fille pocede la vallée de Clairette [Cette vallée tire son nom de la présence d’une fontaine nommée la Fontaine Clairée. Cette fontaine sera elle aussi citée en 1671 lors du partage des biens Lechapellier-Rolland] au haut de la dire rue de labbaye savoir sy elle relève du prieuré…voir la veuve du feu sieur de Cussillye Lechapellier (Autre orthographe du sieur de Cucillé. Cette famille en 1693 descend de Josselin Lechapellier et de Jeanne Lerenec. Josselin Lechapel(l)ier est le premier sieur de Cucillé cité. Né en 1557 il décédera très âgé, le 25/01/1647. Sieur de Cucillé il sera aussi le possesseur de l’auberge des Trois rois, auberge assise au port de Dinan à droite à la sortie de la rue du Petit-fort. Aujourd’hui à l’emplacement de cette auberge se positionne le départ de la rue du Port, dès la boulangerie passée.

     

    - Margueritte Louvier (?)  Ollive et Claude ...un logis et jardin qui fuet aux Sougnet.

     

    - Jean Goujon un cors et jardin.

     

    - Jean Ribau(l)t un cors et jardin.

     

    - La maison du Vieux Connant ( ?) sur le quay en la paroisse de Saint-Malo de Dinan apartenant à noble homme de la courbure Aoustin sieur de la Vigne. Coté 372-374 [Laurent Aoustin lequel, né vers 1620, prendra pour épouse Bertranne Legrand. Laurent aura pour père et mère Julien Aoustion et Françoise Cohue Julien ayant été chirurgien de son état. Cette propriété, située au pied du Saut à l’Ane, est voisine de l’ancien moulin de Beaudouin situé 50 mètres en amont, à l’extrémité du quai de Dinan, côté Dinan. Marie-Rose Jan, fille de Marie Aoustin et de Raoul Jan et petite-fille de Laurent ci-dessus sera dite demoiselle de Beaudoin son époux étant Vincent Leroy sr de la Billardais en Taden. Sa sœur Hélène Jan sera l’épouse de Christophe Lesné sr de Pélineuf en Lanvallay. A noter le fait aussi que le dit Raoul Jan ci-dessus était le propre petit-fils de Macé Marot et de Guillemette Rolland sieur et Dame du Cheminneuf dont la pierre tumulaire aujourd’hui est positionnée dans la bas de la rue de l’Abbaye.].

     

    - Julien Oriou et Alaine Bezart la maison du Sault à lasne St-Malo (en la paroisse de St-Malo, aujourd’hui la vallée des Chênes ou la côte surmontant la Courbure) doit le jour de la Chandeleur 3 sols 2 chapons. Cotte 418.

     

    - Antoine Bouzin la somme pour le clos au Prieur jadis les Petits champs Jehanne. 1 boisseau de froment 1 chapon. Coté 160.

     

    - Juliette Bécheu veuve Pierre Guerin oultre les 12 sols boisseaux pour la Vallée terre cy dessus doit en sols de terre de 10 seillons à la Mainette un boisseau de froment.

     

    - Alain Labbé demeurant au village de Réhanet en Lanvalay.

     

    1693. Les Tenanciers du faubourg de la Magdelaine1693. Les Tenanciers du faubourg de la Magdelaine1693. Les Tenanciers du faubourg de la Magdelaine

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    1693. Les Tenanciers du faubourg de la Magdelaine

     

    1693. Les Tenanciers du faubourg de la Magdelaine

    XVIII siècle. Ancienne hostellerie du Lion d'Or, en la rue de la Madeleine. La petite batisse de droite, accollée, fut au XIX siècle une boulangerie.

     

    1693. Les Tenanciers du faubourg de la Magdelaine

    Acte de décès de Jan Asseline sieur de la Mare. Signe Prioul recteur de Lanuallay.

     

     


    votre commentaire
  • 1689 à 1694  

    Les Fermes du prieuré de la Magdelaine ou les différentes possessions du prieuré mis en fermage

     

    A savoir : [images 3269-3270-3271-3272-3273-3274-3275]

    Les dixmes des différentes fermes du prieurés, les noms des dites fermes, le nom des différents " teneurs ou fermiers", le prix de ces fermes dû 1 ou 2 fois l'an, la nature de ces rentes, leurs termes respectifs et leurs durées tout aussi respectives.

    - Les dixmes du Petit-Angle et de la Marre en Miniac. 430 livres. Jean Agenats. Pasques et la Saint-Jean. Pour 3 ans. 1er paiement à Pasques 1690.

    - Autres dixmes du Petit-Angle en Miniac. 150 livres; Christofle Corbel à Pasques; Charles Fougeray à la St-Jean et Robert Faumel. Pour 3 ans. 1er paiement à Pasques 1690.

    - Dixmes du Bois Hamon en Miniac. 144 livres; Jean Chenu à Pasques et Julien Brebel à la St-Jean. Pour 3 ans. Premier paiement à Pasques 1690.

    - Dixmes du Haut Gouillon en Miniac. 70 livres. Messire Yves Legal recteur de Miniac. A Pasques et à la St-Gilles.  1er paiement à pasques 1690.

    - Dixmes du bourg de Beillac en Miniac. 40 livres.

    - Le moulin prieural. 500 livres. Gilles Aubry. Juillet-Octobre-Mars-Juin. Pour 6 ans conditionné part 3. Payé en 1689.

    - Le Four banal. 150 livres. Thomas Briant. Octobre et Juin. Pour 3 ans. 1er paiemnet octobre 1689.

    - La Prée (prairie) du Prieur. 200 livres. Vendu en 1690.

    - Le Reguain. 21 livres. Vendu en 1692.

    - Dixmes des 4 Gentilhommes en Crehen. 10 mines de bled. Paiement en nature à la récolte.

    - Vault ordinaire. 150 livres.

    La maison prieural et son jardin. 60-75 livres. Maistre Aubry prestre et son père.

    - La Fuie ou le Colombier et son jardin. 15 livres.

    - L'Ecurie prieurale. 10 livres

    - La rente des 24 godets froment. 24 boisseaux. Requerable à la Jossaye en Taden.

    - Les Peites dixmes dites: Au Champs Marottes. Requérable en la paroise de Pleudihen. 10 livres.

    - Le Greffe. 45 livres. Néant.

     

    Abrégé de la leivé du Prieuré de la Magdelaine.

     Le Grand Angle                                                                                                                                                   - A esté affermé cy devant à Jean Gingenas la somme de 4 e 30 ll.                                                                       - Robert Gingast est encore en arréage de la somme de 102 ll. Cy 102 ll.                                                           -Jean Agenas est en arréage de la somme de 80 ll 19 s 4d. Cy 80 ll 19s 4 d.                                                     -Et Pierre Gingastz d'environ 10 a 12 ll. Cy 10 ll.                                                                                                     - Le dit trait a esté affermé le 13eme jour de juin 1692 pour 3 ans à Julien Bridel , Jean Chenu et Pierre Gingastz la somme de 380 livres dont ils ont paié à Pasques dernier la somme de 180 livres à savoir chacun 60 livres reste par conseur a paier a la Saint-Jean la somme de 200 livres. Cy 200 ll.                                                 Total : 392 livres 14 sols 4 deniers.

    Le trait du Petit-Angle                                                                                                                                         - A été affermé le 19 juin 1692 au sieur Thomas Herambourg dit la Fontaine la somme de 130 ll. Pour une année seulement dont il a paié la moitié et sera l'autre à la Saint-Jean prochaine. Le bail est continué pour 2 ans à la charge de 139 ll 10 s. Cy 139 ll 10 s. Sous seing sieur signe Harambourg et Estienne Badeau le III may 1693.

    Le trait de Boishamon - A été affermé  le 19 juin 1692 a le sieur Guy Jean Roulleu sieur de la Villegoriou  la somme de 125 ll dont il a paié la somme de 50 ll et devra le reste a la Saint-Jean prochaine. Cy 50 ll.                   - Le 29 may 1693 le bail de la ferme a été donné à monsieur Charles Gingastz et a consort Olivier Durand la somme de 141 ll paiable à Pasques et a la Saint-Jean. 

    Le trait du Hautgoüillon                                                                                                                                     - Pour 3 ans  1692, 1693,1694 a eté cy devant affermé a messire Yves Gué recteur de Minaic-Morvan pour en paier le somme de 70 ll à Pasques et Saint-Gilles. Le bail luy a été continué avec celui du bourg de Baillac par transaction pour en payer par transaction la somme de 100 ll.                                                                               - Marie Saudrays doit darréage pour la ferme du Bourg de Baillac dont elle estoit cy dedans fermière la somme de six livres 13 sols et 4 deniers.

    Le moulin du prieuré                                                                                                                                           - A été affermé à monsieur Gilles Aubry le 21 juillet 1688 et le 4 may 1689 pour six ans la somme de 500 livres paiable par quartier dont il devra unz quartier le 28 d'aoust prochain 1693. Cy 125 livres. 

    Le four banal                                                                                                                                                         - Est affermé à Thomas Briand à commencé le 28 may 1689 pour six ans la somme de 150 ll paiable au 1er juin et 1er décembre il doit les sommes du mois de juin. Cy 75 ll.

    La Prée et Regain                                                                                                                                                - Sont affermé au sieur Daumale le 30 may 1691 pour six ans avec la somme de 200 livres paiable à la feste du Liege. Il ne doit rien.   

    La Dixme des Quatregentihommes                                                                                                                - Est tenue en main on y reçoit 40 boisseaux de fromant et 40 boisseaux de mouture mesure de Plessis-Balisson elle se paie par le dit sieur comte de la Rouairie et du Valvel Calmel. Le dernier doit darréage 12 boisseaux de froment. Cy 12 B 1/2 fr.

    La maison prieurale                                                                                                                                                                - Est affermée au sieur Alain Aubry pour la somme de 75 ll à commencé le 20 d'octobre 1690 pour six ans entiers et devra le prix de la ferme echu. Cy 75 ll.

    Le jardin et la fuie                                                                                                                                               - 30 livres pour six ans commencé le 28 may 1692. Sont affermés au sieur du maistre hostelier du Plat d'Etain le 8 may 1692 la somme de 30 ll paiable à noël et a Pasques il doit ses sommes de Pasques. Cy 15 ll. 

    Le petit jardin du prieur                                                                                                                                      - 9 livres pour 3 ans à commencé le 28 may 1692.Est affermé à monsieur Gilles Aubry pour la somme de 9 livres paiable le 20 de may . Il doit ce terme 9 ll.   

    Le petit grenier et les deux celliers                                                                                                                - 5  livres pour 3 ans à commencé le 28 may 1692. De la maison prieurale sont affermés à Julienne Lemoine la somme de 5 livres paiable le 20 de may . Elle doit ce terme cy 5 ll.

    Le Dimeau de Pleudihen                                                                                                                                    - Est affermé pour 3 ans à commencé la première année 1693 la somme de 9 livres 10 sols à Julien Lemoine paiable a Noël. Il ne doit rien.

    Le baillage de la Jossaye [en Taden]                                                                                                                - Est chargé  de 24 boisseaux de froment de rente requerable. René Sécardin doit 3 boisseaux darréage. Cy 3 Bx froment.

    - Le total des deux années 1692 et 1693 tant de ces reçus qu'à recevoir se monte à la somme de 5298 livres 8 sols. 

     


    votre commentaire