• - Le Gué-Parfond ou le Ruisseau de Sainte-Suzanne.

     

    Le Gué-Parfond ou le Ruisseau de Sainte-Suzanne.
     
    Peut être une image de arbre, nature et étendue d’eau
     
     
     
     
    Il court...il court... il court...tel le furet.
    Il existe un très joli petit ruisseau traversant presque toute notre commune de "Lanvallay - Tressaint - Saint-Solen - Saint-Piat"...tout petit serpent de seulement 4.38 km de long il parait.
     
    Il prend en effet naissance dans la petite forêt de Tressaint, proche du hameau de la Ville Ameline alimentant encore de nos jour son ancien lavoir, dorénavant par tous abandonné et toujours seul, puis il s'évade s’enfuyant vers celle de Saint-Solen, Saint-Solen et son château, le château de la Vairie dont encore hier il alimentait les magnifiques bassins d’eau; de nos jours la Vairie est un grand centre d’élevage de chevaux de race.
     
    Avec forte discrétion il parvient à la porte du Mezerais très rare petit village assis sur deux communes, village assis sur Saint-Solen, village assis aussi sur Saint-Helen ; en amont de celui-ci au petit hameau du Gué Parfond hier il donna son propre nom tout en le traversant sans réellement le toucher tant sa retenue alors déjà était grande, tant la roue du moulin qu'il faisait fonctionner avec lui en silence aussi tournait. Depuis longtemps déjà elle ne tourne plus, depuis longtemps déjà à jamais elle a disparue.
    En ce lieu aujourd'hui tout semble presque mort, tout semble à jamais endormit ; même les quelques rares maisons anciennes formant au XVIII siècle ce hameau semblent toutes être dans un songe qui jamais plus ne se réveillera.
    Dans le plus grand des mutismes, discret et à l’abri de tout regard inquisiteur, il descend toujours sans bruit entre hautes herbes, bouleaux et frênes courant en serpentant vers la rivière presque toute proche, courant vers Saint-Piat il y a très longtemps tout petit village seigneurial assis en Pleudihen.
     
    En frôlant la très ancienne terre noble de Bois Fougères il continue entre creux et valons, entre arbres et ciel avant de s’engouffrer dans la tiède pénombre d'une toute petite forêt, une forêt presque enchanteresse; il devient ici même le plus joli de tous nos ruisseaux.
     
    En cet endroit préservé par la nature elle même nous entrons cependant dans une charmante parcelle PRIVÉE.
    Si cependant nous la respectons dans sa quiétude comme elle même toujours nous respecte pour tout ce que nous sommes Charles ne nous dira rien mais nous lancera au contraire un grand sourire.
     
    En ce jardin si naturel tout est vrai tant ce petit ruisseau sur lui même se tourne et retourne avec toute la souplesse que seuls les jeunes félins possèdent; et plus encore ses fragiles et minuscules courbes toutes plus magiques les unes que les autres reflètent avec insulte les nuages et les branches mortes.
    À la sortie de ce sous-bois né aux Emplats, proche de Bois-Colin et de son vieux chemin vicinal, proche de l’ancienne terre noble de la Guerche hier château, puis au XX siècle école, aujourd’hui bien privé, il passe sous la route menant à Dol...en cet endroit par magie il reçoit un autre petit ruisseau né lui sur le sol de Saint-Helen et change ainsi brusquement de nom pour prendre le nom très religieux de Sainte-Suzanne.
     
    En contrebas de cette ancienne grande voie gallo-romaine, aujourd’hui route départementale, il rend l’âme à la vouivre dans l’immense havre de paix de Chantoiseau, au plus près des anciennes argiles marneuses hier au XIX siècle avec forte gourmandise tant exploitées; en cet endroit à l’image de son nom tout est féérique...il est ruisseau à Lanvallay.
    « - Le n°1 de la rue de l'Abbaye- Le Gué Parfond...hameau de Saint-Solen. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :