• Les feudataires en l'évesché de Dol au XII et XIII siècles; l'Abbaye de Vieuville

    L'Abbaye "Notre-Dame' de Vieuville et le pays dolois

    1137

     

    Premièrement

    Charte de la fondation de l'abbaye de Veteris-ville

     

    In nomine sancte et Individue trinitatis Ego Gelduinis filius Hamonis audiens paupertatis amatoribus regnum Coelorum hereditario jure ore veritatis esse promissumi si ejusdem paupertatis ant nolo, ant nequeo nudus interim executor existerei, ipsos saltem pauperes apud illum qui cum dines esset, pronobis pauper factus est, advocations et mediatores milii satago acquirere notum itaque sit omnibus Sancte matris ecclesie filiis tam modernis quam successuris  quod ego Gelduinus filius Hamonis pro salute anime mee et parentum meorum, sed et pro salute anime uxoris mee Adelize, et filiorum meorum atque filiarum, pro salute etiam domini mei Gofredi Dolensis archiepiscopi ipso quoque donante, et concedente, concedente etiam uxore mea Adeliza et filiis meis Johanne et Haimone, done et concedo Ecclesiae  Sanctae Trinitatis de Savigneio, et monachis ibidem deo militantibus in perpetuam elemosinam ad edificandam abbatiam omnem terram meam de Veteri Villa, ut meum p|prium [proprium ] domini cum, tam in campis, quam in pratis, aquis, et virgultis, sicut ab orientali et aquilonali parte vingitur [?]  vinulo  quodam qui vocatur Landal , ab occidentali nero, alio torrente  qui dicitur Tramidal, a parte quoq meridiana ex uno praedictorum Rinulorum in alium extat divisio dimdens illud Dominicum de Veteri villa a communi territorie Despiniac, dono etiam stagnum meum quod ex rivulo quem nominamus Landal, ibi colligitur...Dono insuper terram illam quae vocatur Bigoteria totam ex integro sicut clauditur metis suis... Hanc itaque donationem terrarum mearum solutam etc. quietam, etc. ab omni calumnia  etc. seculari exactione liberimam, etc. eleemosinarum lege perseuraturam dono et concedo, nihil in ea retinens nisi aeternam remune rationem, etc. contra  impugnatore ipsuis elemosinae defensionem, tali scilicet conditione, ut in ipsa etc. ex ipsa eleemosina  in Veteri villa Cenobiale domicilium construatur, etc. Abbatia secundum conditionem et consuetudines praefatae  Ecclesiae sancte Trinitatis ibidem fundetur. Cui etiam donationi duas partes decimae quas habeban in parrochia de Millac abomni exactione consuetudine et seculari liberas etc. quietas  adiungo. Duas etiam partes decimae dimidiae  parrochiae de Toumen omninos liberas...qua omnes donationes per manum domini meis Gauffridis Dolensis Archiepiscopi, de quo praefatas terras tenebam, Deo obtuli, ipse dominus meus iu manu Gauffridi  predictae Ecclesiae Abbatis illas misit. Quam etiam ellemosinam dominus meus Gelduin de Dolo devote concessit, eorumdem Monachorum porcis pastionem .in foresti suis quietam donavit . Non multo autem post tempore, convocata etc. congregata ad confecrandum in ipsa elemosina Cimiterium magna multitudine, istam elemosinae  donationem in hac ipsa Carta a domino meo Gauffrido Archiepiscopo, coram plebe recitatam, ipso donante etc. concedente, concedentibus etiam uxore mea, et filiis meis Johanne et Hamon, ego quoque coram omnibus concessi, etc. cum subscriptis concessoribus et testibus propria manu in hac carta confirmavi. Ipse etiam dominus meus Archiepiscopus propria manu confirmavit, omnesque eleemosinas amatorum et benefactorum aeterna benedictione et Episcopali absolutione sublimavit. Illos autem qui eam molestare aut violare tentaverint, anathematis gladio a corpore Ecclesiae praescindendos, etc. nisi resipuerint aeternae, damnationis maledictionis adjudicavit. Quod factum est anno ab incarnatione domini millesimo centepsimo trigesimo septimo, mense Augusto, 6. Idus ejusdem mensis, Archipraesulatus autem domini Gauffridi Dolensis Archiepiscopi anno septimo, coram plebe etc. subscriptis testibus. testes magister Huberius canonicus; Jordanus; Robertus canonici de Dolo; Robertus Anglicus scriptor Archiepiscopi;  Radulfus  de Combour. 

     

    Traduction personnelle : Au nom de la sainte et Indivisible Trinité moi, Gelduin fils de Hamon, écoutant la pauvreté, amoureux du royaume des cieux hérité, promet avec vérité être droit; ou bien si la même pauvreté refuse que je soit nu pendant ce temps l'Exécuteur existe étant parmi ceux qui sont pauvres. Par concéquence que sachent tous les fils de la Sainte Mère Eglise, tant actuels que futurs, que moi, Gelduin fils de Hamon, pour le salut de mon âme et celles de mes parents, mais encore et pour le salut de l'âme de ma femme Adelize et celles de mes fils et filles, et aussi pour le salut de mon seigneur Geoffroy, archevêque de Dol, je fais également ce don et j'accorde. Accordent aussi ma femme Adelize et mes fils Jehan et Hamon, donné et concédé à l'église de la Sainte-Trinité de Savigny et aux moines qui là servent Dieu pour le service des Aumosnes, à perpétuité toute ma terre de Vieuville avec ma propriété seigneuriale tant les champs que les prairies, étangs et les haies, comme à orient et nord tout ce qui entoure la vigne du vin nommée Landal, autre à occident un torrent nommé Travidal, également  en la partie sud tout ce qui précède le canal et dans une autre division existante la maison de l'église de Vieuville en le territoire commun d'Espiniac. Je donne aussi mon petit étang que je nomme Landal. Là est ramassé... en outre je donne une terre de récolte nommée  Bigoteria [Bigot; être étroit, avoir l'esprit bigot...ici une terre peut-être très  étroite] totalement clause... je donne mes terres dont je me défais, calme de toute revendication, séculières et libres de toute exaction. Persévérez le droit du don de l'aumosne et concédé; rien sauf la récompense éternelle tout en conservant la raison; contre l'adversaire défendre l'Ausmone telle est la condition dans ce cas; à partir de l'Ausmone en la Vieille ville la maison communautaire sera construite; l'abbaye selon les conditions et les coutumes de l'Eglise de la Sainte Trinité susmentionnée sera fondée; et aussi le don de deux petites dimes que j'ai en la paroisse de Millac, sans exigence suivant la coutume, libres et laïques j'ajoute dans la quiétude; deux parties des dîmes sur la moitié de la paroisse de Tourmen entièrement libres [cette paroisse semble disparaitre au XVI siècle formant au paravent une enclave "doloise" voisine de Saint-Coulomb. Dom Morice preuve 1 colonne 575.Elle semble avoir été avalée par la mer lors de la montée de son niveau cela tout comme la paroisse de Paluel laquelle était-elle au nor de Roz sur Coueson. Hervé de Tremigon plus tard donnera lui à V.V. deux jugers de terre et un juger de pré tous trois proches du village de Tourmen : ...juxta villam Thoumein...Dom Morice colonnes 773 et 785. Histoire féodale des Marais, Territoire et église de Dol.; par Jean Allenou, année d'édition 1918] ; puis tous les grands dons fait à mon seigneur Geffroy, archevêque de Dol, lesquelles les dites terres qu'ainsi il a détenu, offertes à Dieu, Geoffroy lui même mon seigneur  de sa main les remit à l'église et à abbé ci-dessus cités, et aussi ces aumônes mon seigneur Gelduin de Dol  accorda. De même pour l'alimentation des porcs des moines la forêt en toute quiétude fut donnée. Maintenant, peu de temps après, assemblés, réunis en grand nombre dans le cimetière pour le recueillement des dons, ces dons d'ausmones dans la charte de mon seigneur l'archevesque Geoffroy, ayant été donné, furent énoncé au peuple etc. Accordés, de même accordent ma femme, et mes fils Jehanne et Hamon, j'ai publiquement tout concédé. Par leur signature en la charte ont accepté et confirmé  de leur propre main les témoins, de sa propre main mon seigneur d'Archevêque à confirmé, éprouvants l'amour de toutes les aumosnes, et le bienfait de la bénédiction éternelle et l'absolution soulevée par l'évesque. Maintenant tous ceux qui tenteront de violer ou de molester seront retrancheés  du corps de l'Eglise par l'épée de l'anathème à mons qu'ils ne se repentent éternellement dans la condamnation de la malédiction a t-il été déclaré. Fait en l'année d el'Incarnation du Seigneur mil cent trente sept le 6 du mois d'aoust. Maintenant l'Archevêque de la papauté le seigneur Geoffroy archevêque de Dol en l'année 7 devant le peuple. Témoins : maistre Hubert chanoine; Jordan; Robert chanoine de Dol; Robert l'Anglais écrivain de l'Archevêque; Raoul de Combourg.

    E cet acte rédigé en 1137 il sera dit que Gilduin était "père" et de Jean et de Hamon; il sera dit aussi qu'il était père de plusieurs filles. A ce titre nous pouvons penser que Gelduin seigneur de Landal [les seigneurs de Landal avaient leur seigneurie assise en les paroisse de la Boussac et de Guguen toutes deux proches de Dol. En réalité cette seigneurie très ancienne s'étendait et avait cours ,cela par ses seules et multiples possessions, en les paroisses de la Boussac, de Guguen, de Combourg, de Bonnemain, de Plergat, de Pleine-Fougères, de Saint-Ouen de la Rouairie bien hier de Riwallon de Combourg, de Nostre Dame de Dol, du Vivier, de Hirel, de la Fresnaye,de Cherrueix, de Saint-Broladre, de baguer Pican et d'Espiniac ou d'Epiniac. Par ses biens cette seigneurie relevait donc des seigneurs de Combourg mais aussi du Franc Régaire de l'Evesché de Dol. Cette seigneurie possédait château et forteresse, jardins, bois et forets, métairies, étangs et moulins, colombiers et Garennes, hommes, rentes par deniers de froment, d'avoines, de gélines, des droits coûtumiers s'appliquant sur les dites Coûtumes ancestrales et les trépas etc. En tant que seigneurs "importants" un nombre de seigneurs "gentilhommes" relevaient directement de cette seigneurie pour leurs propres biens],   et de Travidal, fils de Hamon, vu donc le jour vers 1100-1110 ayant déjà au moins 4 enfants en 1137. Fils de Hamon son père lui dû voir très probablement le jour vers 1070-1080; à la même époque naissait Robert de Subligny et Gelduin de Dol fils de Jean 1er seigneur de Dol Gelduin étant lui aussi cité en cette charte [Celui-ci étant le propre fils de Riwallon de Combourg premier seigneur de Combourg. Adelize femme de notre Hamon ici cité ne pourrait-elle pas avoir été "petit-fille" du dit Riwallon frère de Hamon de Dol et de Josselin de Dinan ? Cela ainsi ne pourrait-il pas expliquer l'origine des Armoiries de la famille seigneuriale de Montsorel ?] . Grandissant sur les terres de Dol, peut-être aux côtés même de Gelduin, fils de Jean de Dol, Hamon père de Gelduin a t-il pu prendre pour épouse une fille supposée de Jean 1er de Dol soeur de Gilduin de Dol ? De qui Hamon père de Gilduin, seigneur de Landale et de Travidal, obtint-il ses terres seigneuriales en pays de Dol ? Gelduin de Montsorel son fils n'aurait-il pas été en ce cas le propre neveu de Gelduin de Dol ? Cela en ce cas n'expliquerait-il pas les Armes les Armoiries des premiers seigneurs de Montsorel  à savoir les mêmes "fusées ou fuseaux " que celles des seigneurs de Dol ? Cette charte nous apprend aussi le nom de l'épouse de Gelduin fils de Hamon, elle se prénommait Adelize; de qui Adelize était-elle l'enfant ? 

     

     

     

     

    Les feudataires en l'évesché de Dol au XII et XIII siècles; l'Abbaye de Vieuville

    Début XX siècle. L'abbaye de la Vieuville sous Dol. Cliché M. A. Bonnesoeur,Artiste-Peintre et Photographe à Saint-Servan,Excursion Société Archéologique de Saint-Malo.

     

    Les feudataires en l'évesché de Dol au XII et XIII siècles; l'Abbaye de Vieuville

     

    Son église était placée sous la Sainte- protection de Saint-Sauveur et de Sainte-Marie

     

     

     Deuxièmement

    XI siècle et XII siècle
      Les seigneurs et Chevaliers dolois; Sceaux et Armoiries... 

     Ce chapitre est  très amplement agrémenté des commentaires de monsieur Loïc Fisselier ce dernier travaillant sur un ouvrage consacré à la famille seigneuriale "Du Guesclin"

     

     

    Premièrement

    Relevant très tôt, cela dans son origine, de l'évesché de Dol, la seigneurie de Combourg dans son étendue territoriale s'étirait de la mer à l'embouchure du Couesnon, proche de la frontière du duché de Normandie cela au plus près du Mont-Saint-Michel, aux paroisses de Dingé et de Querbriac.

    Les paroisses  relevant de sa puissance seigneuriale, au nombre de 16, pour certaines citées dans le Cartulaire de Vieuville, étaient les paroisses suivantes : .Roz-sur-Couesnon; Saint-Marcan; Cendres, Pleinefougères, la Boussac, Trans, Cugen, Lourmaie, Lanhelen, Meillac, Combourg, Tremeneuc, Saint-Leger, Lanrigan, Gingé et Querbriac. [dans la paroisse de Dingé était la seigneurie d'Aubigné bien des seigneurs d'Albinéio; Dans la paroisse de la Boussac était le fief de Landal relevant en partie de l'évesché ce dernier étant aussi possesseur d'une grande étendue de la paroisse de Cuguen et de Meillac. Il ne faut pas confondre ici la seigneurie d'Aubigné ou d'Albigneio proche de Rennes ici citée de celle d'Anjou. Aucun lien ne semble pouvoir réunir ces deux familles seigneuriales dites toutes deux : d'Aubigny]. La seigneurie de Combourg par elle même possédait aussi quelques enclaves en les seigneuries proches; à savoir Plerguer en la châtellenie de Chateauneuf la Nöé, Vieuville, Songeal, Saint-Ouen de la Rouairie, Basouge la Pérouse, Noyal sous Basouge ces dernières elles étant alors enclavées en la baronnie de Fougères. Situées toutes à la frontière du "Régaire" de Dol certaines paroisses, au nombre de huit, relevaient elles aussi en partie de la seigneurie de Combourg cela au travers du versement de dîmes diverses. Ils y aura aussi certaines "dépendances" relevant des seigneurs de Combourg; ainsi seront "féaux" les  seigneurs de Cherrueix, de Baguer-Morvan, de Saint-Broladre, de Lislemer ou Belle-Isle et de  Lanhélain . Les huit paroisses elles seront : Epiniac, Bonnemain, Baguer-Morvan, Baguer-Pican, Saint-Broladre, Cherrueix, le Mont-Dol, Dol et l'Abbaye sous Dol.

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

    XII siècle, vers 1160. Les Armoiries de Rolland 1er de Dinan-Montafilan. De Gueule à quatre fusées d'Hermine posées en fasce, accompagnées de six besants de même. Le premier seigneur de Dinan n'eut probablement pas d'Armoiries; les premières Armoiries des seigneurs de Dinan ne possèderont que 4 Fusées, cela sans aucun Besant. Les seigneurs de Dinham, en Angleterre, branche cadette, elle possèdera cinq Fusées.

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

     XIV siècle. Thibault de Lanvallay. D'Azur à 7 Macles rangés d'Argent emplis d'Azur posés en 3-3 et 1

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

    XIV siècle. Robin de Lanvallay. D'Azur à 7 losanges rangés d'Argent posés en 3-3 et 1 [les losanges des seigneurs de Lanvallay trouvent-ils leurs origines dans le mariage lequel unira par des liens familiaux Jean de Lanvalei et Radulfus de Flacheio ce dernier étant lui même apparenté aux seigneurs de Dol ?]

    Nous faut-il plus rattacher au XIV siècle l'origine des Losanges des seigneurs de "Lanvallay-Tressaint" aux Fusées des seigneurs de Montsorel, seigneur de Landal, ou bien à celles des seigneurs de Dinan ? Quels ont été les liens de généalogies ayant pu unir le premier seigneur de Montsorel avec les seigneurs de Dinan ? Le premier seigneur de Montsorel était-il un juveigneur de la maison de Dol  ou bien un juveigneur de la maison de Dinan ? Si cela "est", et cela quelle que soit la maison seigneuriale retenue,  cela se fit-il  via une union aujourd'hui restée entièrement inconnue ? [les éléments armoiriaux représentant et les Losanges, et les Fusées, et les Macles sembles tous êtres au XII siècle entièrement indépendants des éléments formant alors les Armoiries des seigneurs de Dol-Combourg].

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

     

    XII siècle. De Gueule à quatre fusées d'Argent posées en fasce.

    Armoiries des seigneurs de Montsorel, seigneurs de Landal en Broualan et fondateurs en 1137 de l'abbaye de Vieuville en pays de Dol en laquelle sera inhumé Hasculphe de Subligny seigneur de Dol décédé  en l'année 1197. Fondée en 1137 avec l'acceptation de Gelduin de Dol par Gelduin de Montsorel dit fils de Hamon, Gelduin de Montsorel étant de ce fait "sujet ou féal" de Gilguin de Dol seigneur de Dol, l'abbaye de Vieuville recevra des dons multiples dont certains seront donnés notamment par Jean de Lanvallei et certains enfants nés "de Subligny". Au regard de ces Armoiries les seigneurs de Montsorel étaient-ils issus par "les femmes" de la maison seigneuriale de Dinan cela par une enfant née de Jean de Dol ? L'abbaye de Vieuville au XII siècle est indissociable des autres familles seigneuriales doloises représentées par exemple par les le Chat, les du Chalonge, Flacheio, d'Aubigné, d'Apigné, de l'Espine etc. toutes très prolifiques envers celle-ci. Certaines de ces dernières par les liens du "mariage" s'uniront à la famille seigneuriale de Dol [voir ci-dessous et plus en bas les Armoiries des seigneurs de Percy].    

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

    Chartularium monasterii Veteris-villae. Enfeus probables d'Enfants né Montsorel [Jean-Pierre. Un détail de première importance que je viens de voir sur votre site . Dans les titres de la Vieuxville il y a la reproduction des armoiries situées sur 3 tombes de la famille de Montsorel . Deux comportent des brisures de cadets. Une comporte une rose qui a pu être ajoutée pour montrer une branche cadette , mais surtout l'autre, la deuxième, comporte un lambel qui est par essence même le symbole représentant une branche cadette . Elle pourrait donc symboliser que les "de Montsorel" sont  des cadets de la maison de Dol-Combourg . On en revient aux armes initiales de la maison de Dol que portait initialement Yseult de Dol soit " un fuselés de gueule et d'argent surmonté d'un chef de gueule ou d'argent " . Le fuselé est donc bien la représentation de la maison de Dol . Les fusées découlent de ces armoiries initiales . Tous les cadets des "de Dol" portent les fusées ou losanges ( du Hirel , du Guarplic , de Montsorel , de Lanvallay par l'union contractée avec N. de Flacheio , d'Aubigné ) et sans doute les Le Bouteiller et Boterat qui pourraient aussi être sortis primitivement de Dol . De même Adam de Subligny porte un écu fuselé qui était peut être aussi l'écu de ses frères Jean de Subligny et Berthevin de Subligny comme étant tous fils de N de Dol . Les armes originelles des "de Subligny" sont un écartelé, repris ensuite par Hasculphe de Subligny devenu seigneur de dol. Loïc Fisselier le 11/07/2014 ].

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

     De Gueule à quatre Fusées d'argent posées en fasce.  

    XIII et XIV siècles. Armoiries de Raoul 1er d'Aubigné "Radulfus de Albineio" époux de Mahaud de Montsorel seigneur de Landal. Raoul d'Aubigné meurt croisé avant 1226 année en laquelle sa veuve sera citée au côté de son nouvel époux Jean Paisnel seigneur de Landal suite à cette seconde union [Raoul 1er d'Aubigné serait-il le fils d'Helie d'Aubigny et d'Agnès de Subligny ? Son parent Guillaume II, dit le Briton, frère d'Estienne, lui sera père et de Raoul II et de Guillaume III. Philippe frère de Raoul d'Aubigny lui sera gouverneur de Jersey auprès duquel oeuvra son propre neveu, fils du dit Raoul, lui aussi prénommé Philippe. Ce dernier semble devoir remplacer son oncle à Jersey pendant les absences de son oncle. Philippe frère de Raoul prendra part à la troisième croisade, cette dernière se déroulant entre 1189 et 1192, trouvant la bas en 1228 la mort bien des années après. Pourquoi Philippe ne rentra t-il pas en ses terres seigneuriales au lendemain de la fin de la dite troisième croisade ?  Raoul son frère lui aussi la trouvera la mort en Palestine mais lui pendant le déroulement même de cette même croisade.Mahaut ou Mathilde de Montsorel à la mort de Raoul prendra pour nouvel époux Jean Paisnel celui-ci devenant ainsi le nouveau seigneur de Landal ].   

    [Jean Pierre . Pour la seigneurie de Landal au XII e siècle elle relevait en partie du Regaire de Dol (Landal ), une autre partie etait tenue en juveigneurie de Dol , et une autre en ligence de Dol ( certainement Montsorel ) . D'après l'étude de Michel Brand'Honneur il y avait une motte a la queue de l'un des etangs de Montsorel où se dressaient les piliers des fourches patibulaires à 4 pots . C'etait donc une seigneurie châtelaine très importante possédant les droits de basse, moyenne et haute justice. S'il y avait une motte on peut donc la dater entre 1050 et 1150 . Il y avait donc une famille des seigneurs de Montsorel à cette époque. Gildouin fils Hamon fonde la Vieuxville en 1134 et il avait déjà des enfants . On peut donc le faire naitre vers 1100 et Hamon son père en conséquence vers 1070/1080 . Les premiers qui portent le patronyme de Montsorel sont Dom Guillaume de Montsorel vers 1170 et Olivier de Montsorel citè chevalier a la prise de la tour de Dol en 1173 .Dom Hamon de Montsorel est le fils de Gildouin de Montsorel , fondateur de la Vieuxville, et de son épouse Adelise .Les enfants de Gildouin et Adelise sont cités eux vers 1170 dans les titres de la Vieuxville et sont Jean , Hamon , Zacharie et Dom Guillaume; Olivier de Montsorel est donc vraisemblablement le cousin germain des precedents et fils de Geffroy ( de Montsorel ) frère de Gildouin, tous deux fils d'Hamon . Le patronyme de Montsorel apparait donc avec les enfants d'Hamon .On peut difficilement placer un ou  une de Subligny comme seigneur de Montsorel car au mieux Hamon aurait epousé vers 1090/1100 une de Subligny fille de Othoer , et héritiere de Montsorel . Mais il est certain que les "de Subligny" n'étaient pas presents dans l'évêche de Dol à cette epoque . Ils apparaitront par le mariage vers 1110/1120 de Robert de Subligny et N de Dol , et en plus les "de Subligny" étaient à l'epoque les plus importants seigneurs de l'Avranchin et tous barons . Une cadette de Subligny , fille d'Othoer , aurait-elle pu épouser Hamon seigneur uniquement de Montsorel ? Ca parait peu vraisemblable vu l'importance des "de Subligny" à cette époque .Je ne vois qu'une possibilite logique.Hamon père de Gelduin est en fait Hamon de Dol , né vers 1070 , qui hérite de tout le patrimoine deja assez considérable , relevant de Dol Combourg , et qui sera dit être tenu au XVIIe siecle en juveigneurie de la maison de Dol . Il hérite aussi de Landal , mais qu'il tient du Régaire de l'évêché de dol . Et je pense qu'il épouse vers 1090/1100 N de Montsorel , la fille ainée du premier seigneur de Montsorel , fondateur de la motte de Montsorel créée vers 1070/1080 , qui devait être le plus important seigneur de Bonnemain et peut être des environs aussi . Ce N. de Montsorel  tient Montsorel en ligence des seigneurs de Dol-Combourg . Si on applique les règles de successions Hamon de Dol devrait lui même être le fils ainé d'autre Gildouin de Dol , qui a peut être été marié avant de devenir archevêque de Dol ( + vers 1077 ) ou bien celui de son frere cadet Geffroy de Dol .Les armes des Montsorel possèdent donc les fusées pour être "juveigneurs" des seigneurs de Dol-Combourg . Que la Vieuxville ait été donnée en 1134 a Savigny n'a en soit rien de surprenant car la region de Dol-Combourg était deja fortement sous influence Anglo-Normande . Loïc Fisselier; le 11/07/2014].                                                                       [Bonjour Jean Pierre. Pour moi Raoul d'Aubigny a epouse sa cousine par les de Dol  au 4e degre ou au 4 au 5 , Mahaud de Montsorel Les armes des d'Aubigny du pays de Dol sont 4 fusees . Ils sont juveigneurs de Dol et portent donc les 4 fusees . Leur ancestre Guillaume d'Aubigny , chevalier du pays de Dol , le breton , a épouse N de Dol . Voila pourquoi la seigneurie de Landal est si considérable . Mahaud de Montsorel et Raoul d'Aubigny descendaient tous les deux de la maison de Dol et ont chacun hérité d'un démembrement de Dol Combourg].

    En 1195 Raoul d'aubigny , seigneur de Landal porte comme armoiries
    " d'azur a trois mondes d'or , surmontes chacun d'une crois de meme " ( sceau de 1195 )
    En 1200 le meme Raoul d'Aubigne porte
    " de gueule a quatre fusees d'or posees en fasce "
    Cela correspond bien a mes investigations .
    En 1200 Raoul d'Aubigny , seigneur de Landal , a abandonne ses armes pour prendre celles de sa mere Agnes de Subligny ( les 4 fusees ou le fusele ) , epouse d'Helie d'Aubigne . Voila pourquoi la seigneurie de Landal etait si importante et tenue en partie en juveigneurie de Dol . Agnes de Subligny , juveigneure de Dol , a du apporter une importante quantite de seigneuries , provenant de la maison de Dol  , par sa grand mere paternelle , N de Dol , epouse de Robert de Subligny .

     

    Les feudataires en l'évesché de Dol au XII et XIII siècles; l'Abbaye de Vieuville

    Pierre tombale à Jérusalem de Philippe d'Aubigny. Photo envoyé par Loïc.

    Voici la pierre tombale de Philippe d'Aubigny trouvée en 1939 à Jérusalem en la chapelle du Saint-Sépulcre en la croisée des nefs. Philippe semble en effet décédé à Jérusalem en 1228 avoir être resté en ce pays de nombreuses années après la fin de la 3ème croisade. Philippe d'Aubigné fut le précepteur du futur roi Henry III puis "gouverneur" de Jersey.  Les "fusées"  en ses Armoiries  semblent devoir provenir de sa mère Agnès de Subligny. Loïc Fisselier.

     

    Les feudataires en l'évesché de Dol au XII et XIII siècles; l'Abbaye de Vieuville

    Dessin représentant l'épitaphe de Philippe d'Aubigny en la Chapelle du saint-Sépulcre. Loïc

    Ici repose Philippe d'Aubigné l'âme reposant en paix. Amen

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

     

    XIV siècle. Armoiries de Guillaume D'Aubigné seigneur de Landal, fils des précédents. Sa fille Mahaud épousera Olivier de Montauban. De Gueules à quatre Fusées d'argents posées en fasce, brisé de 6 Besants d'or, trois en tête et trois en pointe [ces armoiries sont presque identiques à celles de Rolland 1er de Dinan seigneur de Dinan-Montafilan lesquelles elles sont emplies d'Hermines]

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

     

    Armoiries des seigneurs de Montauban construits avec les Armes des seigneurs de Rohan; Les seigneurs de Montauban seront seigneurs de Landal et posséderont en l'abbaye de V.V. quelques uns de leurs enfeux; XIV siècle. De Gueules à sept Macles d'or, posés 3,3,1 au Lambel d'argent [les Lambels, comme les Roses ou les Macles aussi, étaient des éléments d'Armoiries servant à indiquer une "brisure" dans l'ascendance seigneuriale première. Ce principe ou cet élément se retrouve notamment en la seigneur de la Bellière des vicomte de Dinan branche cadette des dits seigneurs de Dinan]

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

    Armoiries des seigneurs de Rohan-Montauban  seigneurs de Landal. De gueules à neuf macles d'or, posés 3,3,3 au lambel d'argent

     

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

     

    Château de Landal en Broualan; XIV siècle. 

    Celui-ci se trouve être situé proche de l'abbaye de Vieuvile, à 4 km seulement, abbaye assise elle sur la paroisse d'Epiniac près de Dol.Sur la terre seigneuriale des Montsorel, dont les seigneurs sont cités dès 1137, apparaitra au XIV siècle ce Château . Cette terre seigneuriale sera successivement le bien des Montsorel, puis des seigneurs d'Aubigné lesquels entreront en possession de cette seigneurie par le mariage ayant uni au XIII siècle Mahaud de Montsorel à Raoul d'Aubigné; elle sera ensuite le bien des seigneurs de Montauban cela par le mariage ayant lui uni au XIV siècle Mahaud d'Aubigné à Olivier de Montauban; puis elle deviendra le bien des Rohan de Guéméné par le mariage ayant uni et Marie de Montauban et Louis de Rohan-Guéméné etc.



    Les feudataires en l'évesché de Dol au XII et XIII siècles; l'Abbaye de Vieuville

    1er sceau de Pierre du Garplic, de Guarplic ou "du Guesclin" . Pale de gueule et d'argent avec 3 rangees de macles d'argent et de gueule , l'un dans l'autre

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

     XIII siècle. Quatre Fusées posées en fasce surmontées de trois Macles rangées. 2ème sceau de Pierre 1er  du Guarplic portant la date 1248.

     

    Fils de  Bertrand et petit-fils de Geoffroy et de N. de Subligny. Remarquez la présence des "Fusées"  éléments armoiriaux des seigneurs d'Aubigné puis d'Aubigné-Subligny aussi. D'où proviennent les trois Macles" rangées au dessus ? La famille "du Garplic"  en amont avait-elle parmi ses Armes cet élément ? Ou bien celui-ci provenait il de son épouse toujours inconnue à ce jour ? [Bonjour Jean-Pierre. L'acte Pierre du Guesclin / W Blanchet serait à situer selon moi peu après 1224 , après sa réconciliation avec Gervaise de Dinan .L'ecu ancien des du Guesclin serait donc " pale de gueule et d'argent avec 3 rangées de macles d'argent et de gueule , l'un dans l'autre " . Bien que rien n'indique les emaux sur les sceaux , ce sont probablement l'or et l'argent de la maison de Dol . De plus les macles pourraient déjà indiquer des ancêtres étant eux mêmes de la maison de Dol . Je pense a N fille de Flaad , senechal de Dol , épouse vers 1175 de Eudes du Guesclin . Les sénéchaux de Dol étaient certainement sortis en ramage de la maison de Dol , car ces charges étaient généralement attribués à des cadets . Les armoiries étant souvent symboliques , je suppose que le second sceau avec les fusées et les macles a ete adopte ensuite , après 1224 ,  par Pierre du Guesclin . Ce sceau date de 1247 Les fusées montrent encore l'ascendance de Dol , mais n'auraient ils pas été placés en meubles principaux pour symboliser la réconciliation cette fois ci de Pierre du Guesclin avec Jean de Dol . Elles montreraient que Pierre du Guesclin réintegré pleinement la maison de Dol , comme juveigneur , apres sa felonie envers Jean de Dol . Après réconciliation Jean de Dol lui rend le Plessix Bertrand et sans doute d'autres biens situes dans l'évêché de Dol . C'est juste une supposition. Loïc Fisselier 15/07/2014] .

    Bonjour Jean Pierre
    Je m'excuse pour le bombardement de Mails , mais c'est comme cela que j'ai l'habitude de travailler a chaud .
    Les armoiries se generalisent dans la chevalerie aux environs de la 2e moitie du XII e siecle donc les macles ne proviennent probablement pas de Flaad senechal de Dol car en 1075 Flaad ne possedait vraisemblablement pas encore d'armoiries . Meme s'il pouvait avoir eventuellement un ecu distinctif ce signe n'etait pas encore hereditaire . les macles ne proviennent certainement pas de Flaad . Geffroy du Guarplic par contre a du avoir ses premieres armoiries succeptibles de devenir hereditaires . A cette epoque ces armes etaient generalement simples , non elaborees , et souvent constituees de formes geometriques simplifiees . la famille de Dol devait porter vers 1150 " fusele de gueule et d'argent au chef d'argent " , armoiries heraldiquement plus probables que " fusele de gueule et d'argent au chef de gueule " . Les emaux de gueule et d'argent se retrouveront dans toutes les familles importantes issues de Hamon I vicomte d'Aleth  . Geffroy du Guarplic quant a lui a donc probablement adopte vers 1150 l'ecu " pale de gueule et d'argent " , les emaux symbolisant la aussi son extraction de Hamon . Geffroy du Guarplic epouse peu apres 1150 Agnes de Subligny .Son fils Berthevin du Guarplic adopte probablement l'ecu " pale de gueule et d'argent charge de trois rangees de macles d'argent et de gueule , l'un dans l'autre " , les macles symbolisant cette fois ci son extraction de la maison de Dol , par sa mere Agnes de Subligny. Il faut rappeler que tous les cadets de cette maison de Dol adopterent soit le fusele ( de Subligny ) , soit les fusees ( du Hirel , de Montsorel , d'Aubigne , Boterat ) , ou soit les macles ( du Guesclin , ) ou meme les losanges ( de Lanvallay )  . Berthevin du Guarplic epouse vers 1170 N de Hereford ( ecu a l'aigle eploye dont je n'ai pas retrouve les emaux ) .Pierre du Guarplic conserve les armoiries de son pere jusqu'en 1225 au moins . Il epouse vers 1195 ( av 1198 ) N de Dinan dont les armes etaient " de gueule a quatre  fusees d'hermine posees en fasce , accompagnees de six besants de meme " . Avant il 1248 il combine ses armes avec celles de son epouse en adoptant " de gueule a quatre fusees d'argent surmontees de trois macles de meme " ou plus probablement " d'argent a quatre fusees de gueule surmontees de trois macles de meme " . C'est donc la le debut des combinaisons heraldiques combinant les meubles de deux familles alliees , avant que n'apparaissent les armoiries de types " ecartele " ou " parti " . Les fusees symbolisant ici la famille de Dinan . Bertrand du Guesclin son fils adoptera les armes des de Hereford provenant de sa grand mere paternelle " d'argent a l'aigle ( a une tete ) eployee de sable becquee et membree de gueule " . Ses descendants porteront l'aigle a deux tetes . Loïc. le 18/07/2014.

     

     

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

     

    Sur fond d'Azur cinq Fusées posées en fasce

     Les Armoiries de Sir Richard de Percy  lequel fut en 1215  l"un des 25 barons de la Magna Carta au côté de William III de Lanvallei. 1170-1244; il était de fils d'Ignes de Percy et de Jocelin de Louvin, frère d'Adelise de Louvain deuxième épouse du roi Henry 1er d'Angleterre. Maison originaire de Percy en Auge, en Normandie, son actuel représentant est Georges-Dominique Percy comte de Percy né le 04/05/1984. Richard de Percy ci-dessus fut inhumé en l'abbaye de Whitby.

    Ces 5 fusées trouvent-elles en ces Armoiries des seigneurs de Percy leur origine en la maison seigneuriale de Dol-Subligny ? En effet, comme la Maison seigneuriale de Subligny, comme la maison seigneuriale des Flacheio, comme la maison seigneuriale des Montsorel, les seigneurs de Percy étaient eux aussi originaires de Normandie; Mathilde ou Mahaut de Montsorel, Dame de Landal et fille de Guillaume de Montsorel épousera Raoul d'Aubigné ou Raoul de Albigneio avant de prendre en seconde noce Jean Paisnel. Du premier mariage ayant uni Mathilde de Montsorel à Raoul "père" d'Aubigné  naitra Raoul "fils" d'Aubigné ou de Albigneio lequel lui prendra pour épouse Sybille de Valogne veuve en seconde nocé de Guillaume de Percy. Pourquoi les enfants des seigneurs de Percy prirent-ils pour éléments armoiriaux les Fusées de la maison de d'Aubigné ? les "Raoul d'Aubigné" père et fils semblent devoir trouver leur origine commune en Raoul 1er d'Aubigné lequel lui sera cité en 1095 lors d'une donation que Raoul fera au monastère du Mont-Saint-Michel. Assis entre Rennes et Combourg les seigneurs d'Aubigné étaient des seigneurs "bretons". Raoul d'Aubigné ou de Albigneio sera cité dans plusieurs chartes de l'abbaye de V.V. en la seconde moitié du XII siècle cela à côtés d'Hasculphe de Subligny et au côté aussi des seigneurs de Langan et Le Chat. Présent proche de la V.V. l'un des ancestres de Raoul d'Aubigné prit-il lui aussi pour épouse une enfant née dans la Maison  des seigneurs de Dol, enfant encore inconnue à ce  jour ? [Il existe un Raoul d'Aubigné lequel, vers 1095, fera une donation au Mont Saint-Michel. Celui-ci était-il l'ancestre de nos Aubigny seigneurs "bretons" ? Raoul semble avoir eu pour frère un dénommé Guillaume d'Aubigné celui-ci étant cité dès l'année 1106 comme étant "chevalier du pays de Dol". Cette famille seigneuriale bretonne ne semble pas pouvoir être raccordée à celle des seigneurs d'Aubigny de Normandie.]

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

     Les Armoiries de Dol-Combourg-Subligny


     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

     XII siècle. Sceaux d'Hasculfe de Subligny et de Jean III de Dol son fils représentant l'Oiseau de proie symboledes seigneurs de Subligny ou de Soligné.

    Les Armoiries de "Dol-Combourg"  puis celles "Soligné-Dol" après que Hasculphe de Soligné, gendre de Jean II de Dol, est changé son Sceau. Revue de Bretagne, de Vendée et d'Anjou, volumes n°39 et 40; année d'édition 1808. [La maison seigneuriale de Subligny, originaire de Normandie était encore vassale du Roi Henry II d'Angleterre dans les année 1168. D'ailleurs le père de Robert, ce dernier étant l'aïeul de Hascuph, lui participera au côté de Guillaume de Normandie à la bataille d'Hasting. Henry II nommera notamment à la direction de la seigneurie de Dol son lieutenant Jean de Subligny, de Sulligné  ou de Soligné après qu'il est forcé Raoul de Fougères, alors tuteur de la dite yseulde, à partir pour Jérusalem. Le fils de Jean, Hasculph deuxième du nom, lui prendra pour épouse Ysolde de Dol fille de Jean II. Jean père d'Hascuph II, seigneur "Normand" avant toute chose, fondera l'abbaye de Montmorel ayant à ses côtés ses deux fils notre dit Hascuph II et le frère de ce dernier, Guillaume, tous deux dits "Bretons" en une chazrte latine relatant la fondation de Montmorel. Ce surnom implique que les deux frères, et cela à l'inverse de leur père J"ean fils de Robert", étaient eux  avant la fin du XII siècle devenus "sujets" bretons avant d'être normands. Ce changement "comportemental" se fera sur un seule et même génération: celle d'Hasculphe de Subligny époux de Yseulde de Dol et fils de Jean fils de Robert. Extrait ci-dessous de 2 actes de Montmorel dont le deuxième dans lequel Jean de Sulligné fils de Robert parle de son oncle Hasculphe 1er du nom  lequel fut le frère de Richard évêque d'Avranche:  Noverint omnes quod ego Lecelinas domina de Marcelo filia Hasculfi de Sullignieo, capellano ministranti in capella ubi corpora patris et matris mee sepulta sunt... In nomine patris et filiiet spiritus sancti notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod Johannes de Sulligneio pro salute anime sue et anime Hasculfi de Sulligneio avunculi sui et patris et matris concessit et dedit cum asseusu Hasculfi filii sui. De redditu molendini quod est ante domum suam  de Beuron in loco qui dicitur Pratum...  

    Les feudataires en l'évesché de Dol au XII et XIII siècles; l'Abbaye de Vieuville

    Sigillum ate de Suluinis

    Vers 1130-1140. Sceau de Adam de Subligny ou de Soligné lequel aura pour père Robert de Subligny et pour mère supposée N. de Dol, fille de Jean 1er de Dol et soeur de ce fait de Geldouin de Dol. Adam de Subligny par sa soeur Mathilde sera le beau-frère de Hugues de Farcy. Par son frère Jean, lequel sera choisi par le roi Henry II pour être le nouveau tuteur de Yseul de Dol, petite-fille de Gelduin de Dol ci-dessus, Adam sera l'oncle de Hasculphe de subligny. [celui-ci prendra lui pour époux la dite Yseul de Dol...] . Les Armoiries de Adam représentent ici l'Oiseau de proie propre aux seigneurs de Subligny mais aussi les "fusées ou le fuselé" des seigneurs de Dol. Ses armoiries ici ci-dessus attestent très probablement le fait que sa mère en effet était très probablement une enfant née de Jean 1er de Dol...Nouveau traité de diplomatique; tome IV;  par Charles François Toustain,René Prosper Tassin; 1759 page n° 271. Loïc Fisselier.

     

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

    XII siècle. Sceau de Guillelmus Spine ou Spina ou de Guillaume de l'Espine

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

    XIII siècle. 1261. Sceau de Bertrandii  de Sancto-Edigio ou de Bertrand de Saint-Gilles brisé  de molettes en 3;2;1. Seigneur de Tremehin sis hier en la paroisse de Begar aujourd'hui en la commune de Baguer-Pican. Il était marié à Julienne Dame de Tremehin. Veuve celle-ci prendra pour second époux Robert du Melesse, croisé. Universis presentes litteras inspecturis Bertrannus de Sancto Egidiomiles Dominus de Tremehin salutem. Noveritis quod ego pro salute anime mee et Juliane uxoris mee dedi et concessi de voluntate et expresso assensu dicte uxoris mee et Tisoris filii nostry, primogenity , abbatie Veteris-Ville , et monachis ibidem deo servientibus quidquid juris hac bebam in decima mea dominicy mei Tremehin sita in parrochia de Bagar, in cujus rei fidem presentes litteras dedi dictis monachis sigilly mei munimine roboratas , anno Dominy 1261 mense aprily. Traduction : Que tous, par cette présente lettre sachent. Bertrand de Saint-Gilles seigneur de Tremehin  salut. Vous devez savoir que pour le salut de mon âme et celle de ma femme Julienne j'ai donné et accordé volontairement pour ma femme et mon fils Tisoris notre premier né, à l'abbaye de Vieuville et aux moines qui là servent Dieu, tout et de droit mes décimes seigneuriales que j'ai à Tremehin situé en la paroisse de Bagar. Quecette présente lettre donnée aux dits moines je la confirme et la ratifie par mon sceau. Fait en l'année du Seigneur 1261 au mois d'Avril. Cartulaire de Vieuville.

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

    XIII siècle. Le sceau des Bouteillers de Dol; chevaliers en charge de la charge du "bouteiller". Les "bouteilllers de Dol seront d'abord les "Pincerne", puis les "de Boterat" issus de Raoul de Flachei puis les seigneurs de l'Espine ou Spina ces derniers recevant cette charges par mariage; de par leur fonction les "bouteillers" étaient responsables des sceaux. Charge relativement importante son nom sera dans l'Histoire de Dol une fois transmis en "patronyme. Ainsi Guillaume fils de Raoul de Flachei prendra comme patronyme : Guillaume Bouterat. Cette charge est présente dans l'histoire du duché de Bretagne dès le XI siècle au travers des la famille "Butellarius" laquelle sera moult fois présente en des chartes écrite.  La seigneurie de Dol, et cela comme la plus part des grandes seigneuries d'ailleurs, avait donc aussi des "hauts magistrats. Seront ainsi présents 3 corps de hauts fonctionnaires dont deux plus importantes puisque, elles, transmissibles de père à enfant. Celles-ci seront les charges de Bouteillers et de Sénéchaux. Les premiers sénéchaux seront issus de Flaad premier sénéchal de Dol cité souche des Fitzalan cette charges au XIII siècle ayant été transmise par les femmes  à la famille seigneurial du "Garplic". Au XII siècle la troisième "charge" semble elle avoir été de moindre importance ayant laissée très peu de traces sinon que quelques unes seulement; c'était celle de "gardien" ou de "gouverneur" ou Villicus en latin [cette charge ou cette fonction apparait pour la première fois sous Hasculf de Subliny; sera alors cité Jehannes "Villicus de Dol" ]. . Une quatrième semble aussi éxister au travers de la charge de "Trésorier". A la dite fonction de "gouverneur de Dol"sera cité par deux fois Jean "Villicus" de Dol : Hasculf de Soligneio ommnibus salutem. Noverit universsitas quod Joannes "Villicus Doli" cum fratribus suis Hamone, Eudone, Oliverio et duabus sororibus suis quas solas habebat et uxore sua, non erim ad huc habebant heredem qui concedere seiret nec deberet, dimisit abbati Veteris ville decimam illam possidebat in vineis suis apus Dolum, hoc ego Hasculfus concedent Yselde uxore mea voluie et concessi. Traduction : Hasculf de Soligné à tous salut. Tout le monde doit savoir que Jean, gouverneur de Dol, avec Hamon, Eude, Olivier et ses deux seules soeurs qu'il a, et sa femme ses héritiers doivent venir ici qui acceptent. L'abbé de Vieuville a libéré les dîmes qu'il possédait en des vignes à Dol. Ce à quoi moi Hasculf accepte et a accordé ce que ma femme Isolde voulait. Jean sera cité une deuxième fois lorsque sera faite l'Enquête portant sur le nombre de chevaliers que devra chaque seigneurie à l'Ost du duc; sera alors présent en autre à ses côtés Pierre du Garplic sénéchal de Dol :...quo feodum modo possidet Petrus du Garplc, feodum senescalli Dol, debet unum militem. Hoc dixit idem per sacramentum suum. Thesaurarius Dolensis dixit idem per omnia quod primis. Johannes Villicus Dolensis jurztus dixit idem per omnia primus... Traduction...la taxe que donne Pierre du Garplic pour ses frais [pour son fief] de sénéchal de Dol, donne 1 chevalier; il a dit la même chose par serment. Le trésorier de Dol à dit la même chose que le premier. Jean gouverneur de Dol témoin a dit la même chose tout comme le premier...

     

     

    Faits et gestes de la famille seigneuriale de Lanvallay

    XIII siècle. Le Sceau de Jean de Boterat comprenant de biais les Fusées  des Armes des seigneurs d'Aubigné-Soligny celui-ci offrant à V.V., en 1239, sa ville de Gernery [Ville-Garini puis Ville-Guerin toujours en la paroisse de Baguer-Morvan]

     

     

     

     Deuxièmement

    XII et XIII siècle; liste de certains des feudataires de l'évesché de Dol cités en la Cartulaire de V.V.

     - Olivier de l'Espine clerc en la paroisse de Guguen donne une petite par de dîmes.

    - Henrii de la Barre chevalier en la paroisse de Roz -Landrieux.

    - Thomas la Becasse en la paroisse de Pleudihen donne une petite part de dîmes..

    - Jehan Louel chevalier à Saint-Piat donne une petite part de dîmes jouxtant St-Piat

    - Ruellonis de Flacheio en la paroisse de Saint-Broladre donne une petite part de décimes.

    - Mainguis Piscatoris donne une petite part de dimes.

    - William Boterat ou William le Botiller "boutiller de Dol" fils du précédent; "Ego testificor William de Boterat filium Radulfus de Flacheio

    - Geoffroy de l'Espine en la paroisse de Saint-Marcan fils d'Eudonis soeur de Geoffroy de Cortepie.

    - Jehannes Villicus "gouverneur de Dol". 

    -  William Bouterat "Guillelmus Buticularius miles primogenitus Gaufridi Buticularius" en Epiniac ou William  le Bouteiller fils de Geoffroy le Bouteiller en Epiniac ci-dessus.

    - Geoffroy de Capelle ou Geoffroy de la Chapelle et héritiers en Epinac

    - G. ou Gaufredo de Picerna donne à V.V. 4 actes de terre pour la sépulture de son fils William avec l'assentiment de tous ses enfants dont Olivier qui est cité.

    - Jehanna de Dol femme de feu Alain de Dol sénéchal de Dol, cela avec leur fille Olive, donnent à V.V. pour l'âme du dit Alain des mines de froments. Seront présents en autre Gaufrido Pincerna et l'abbé du Tronchet. Témoin Guillelmus Boterart

    - vers 1180. Adam Potier pour le salut de son âme, celles de ses ancestres et celles de ses héritiers donne à l'abbaye de Vieuville à perpétuité ses dimes de la terre de Travel. Donnra son accord sa femme Pétronille . Adam Potier sera un temps en désaccord avec la dite abbaye de Vieuville et Adam de Subligny, oncle d'Hasculf seigneur de Dol, cela en rapport à la dite terre de Travel. 

    - Vers 1190. Jean de Langan, "maistre forestier de Combourg", frère de Geoffroy et fils de Gaultier et de Theopha sa mère, donne à V.V. ses dimes de Travel pour le repos de son beau-frère Thome ou Thomas de l'Espine. Acceptent ce don sa soeur et son frère Michel Langan. Cité en une charte établie sous Pierre évesque de Saint-Malo Jean de Langan est dit seigneur de Geoffroy lequel est alors le boutiller de Combourg. Cette prééminence laisse sous entendre une position "seigneuriale" relativement élevée de Jean de Langan le "maistre forestier" étant le seigneur du "boutiller". L'était-il par le titre ou par sa terre ? Jean de Langan possédera la moitié des décimes de la terre de Rouvres qu'il donnera également à V.V. Geoffroy le Boutiller ou le Boterat lui possédant l'autre moitié. Au regard de ce bien "commun" quels ont été les liens de parenté ayant pu unir ces deux hommes ?Ex dono Gaufredi Buticularii de Combour medietatem decime de Rouvreia concedentibus filius suis Johannes et Willelmus et duo filiab. suis et Johanne de Langan Domino sue. Jean de Langan sera en opposition avec V.V. pour cette même terre dite de Travel cela pour son fils aisné qu'il voulait assoir;, sa mère Theopha et sa soeur épouse de Thomas de l'Espine renonceront toutes deux à ce même bien.

    - Vers 1190. Guegon de Gobar donne à Vieuville ses droits d'hebergement et deux journaux de terres en le village de Travel.

    - Vers 1190. Robert de l'Espine, William le Chat et Guy de herlant donneront tous trois à V.V. toutes leurs dimes de Tremor. Où était cette terre possédée peut-être en commun entre ses trois hommes.

    - Vers 1190. Hugues de Evran avec l'accord de son seul fils Geoffroy donne à V.V. une mine de froment à prendre sur le village de Vieux-ville en la paroisse de Saint-Meven.Ce don sera fait avec l'accord de ses seigneurs, Juhel de Mayenne et son épouse Gervaise dame de Dinan-Lehon

    - Vers 1190. Ral. de Moscon donne à VIV. une mine de froment à prendre à Dinart [Dinard ?]

    - Vers 1190. Guillaume du Vivier donne à V.V. 2 acres  et demi en Cherrueix; donneront leurs accords ses deux fils Glaio et William du Vivier. William sera cité également en 1181 lors des biens du recouvrement de l'évesché de Dol.

    - Vers 1190. Thomas Courtepie uni à une fille née de Robert de Floaville concèdera un don fait à V.V. par H.Mahi.

    - Vers 1190. Geoffroy Courtepie donne à V.V. une prairie.

    - Vers 1190. Hamon de la Grue donne à V.V. 20 deniers sur Hamon de Thruan.

    - Vers 1190. William de Miniac donne des mines de Froment à V.V.

    - Vers 1190. Payen de Floaville donne à V.V. 1 boisseau de froment que concède son fils Helie; frère supposé de Robert de Floaville ci-dessus.

    - Vers 1190. Raoul de l'espine donne à V.V. 12 deniers sur des terres proches du Mont-Dol.

    - Vers 1190. Geoffroy Pincerne de Dol et son fils William donnent tous deux à V.V. 5 acres de terre . Geoffroy donnera un autre don à V.V. pour l'inhumation de son fils à Vieuville; concéderont ce don ses deux filles et les deux maris d'icelles, William Bouterat et William Hirel.

    - Vers 1190. William Hirel ci-dessus en le même acte.

    - Vers 1190. Mainard de Roselaria donne à V.V. 1 chemin ou "droit de chemin ?" proche le village d'Hernol; concèdera ce don Hamelin de Cherrueix seigneur de Mainard.

    - Vers 1190. Hamon de Cherrrueix ci-dessus seigneur de Cherrueix.

    - Vers 1190. Hamon fils de Alain et William son frère  donne à V.V. tous deux  "pour moitié chacun" une mine de froment; Alain fils de Hamon concèdera la demie-mine donnée par son père.

    - Vers 1190. Jourdain fils de Helie de Montferrant donne à V.V. le chemin proche de Radulfus Potin.

    - Vers 1190. William d'Aubigny donne à V.V. 7 mimes de froment qu'il avait précédemment perçu par Hasculfe de Subligné suite à "une paie" enfin établie entre les 2 hommes; ont concédés cela William et Raoul tous deux fils de William d'Aubigné ci-dessus.

    - Vers 1190. William d'Aubigné ci-dessus donnera une nouvelle fois 4 mines de froment à V.V. fropment relevant de sa terre du Paluel. Sur celle-ci sont tous référencés présents les "Farcy", les Paluel" et les "d'Aubigné". A la même époque Hasculf de Subligny semble lui accordé une somme annuelle de 100 livres cela afin de signer la paix entre les deux hommes; toutefois pour cela Guillaume semble devoir "prêter allégeance" à Jean de Dol fils d'Hasculf. Seront cités en cette charte ces deux enfants ci-dessus, Raoul et Guillaume, mais aussi son propre frère "Esienne".

    - Vers 1190. La soeur de Geoffroy [ou Geoffroy Cortepie], femme de Geoffroy de l'Espine, donne à V.V. une petite dime à Alneto terre relevant de la Bochac ou Bossac. Et ex dono sororis ipsuis Gaufridi uxoris videlicet.Gaudri Spine parvam decimam in alneto in parochia de la Bochac. Puis un don de la soeur de Geoffroy épouse il va s'en dire de Geoffroy de l'Espine ... 

    - Vers 1190. Yves de la Jaille donne à V.V. deux petites mimes à prendre sur sa terre de Haleria ou de Halere. Yves du Monastère,  petit-fils de Yves de la Jaille ci-dessus, héritier de son aieul, concèdera ce don.

    - Vers 1190. William l'Abbé et ses fils donnent 3 journaux de terre au Mezeray.

    - 1198. Willelmus Spina ou William d'Espine pour les âmes de ses parents et celle de son frère Geoffroy donne à V.V. les décimes dits de "Buaz" en la paroisse de Conborn ou Combourg. Concèderont des "dons" ses filles Juliena et Oliva. Seront témoins Geoffroy Spina; Roll. Spina; Radulfo de Monters etc

    - 1211. Gaufridus le Blanc confirme à V.V. toutes les dîmes possédées en la paroisse de Planguenoit ainsi que celles détenues en la paroisse de Pledel. Concèderont ces aumônes ces enfants Olivier et Georges

    - 1212. Geoffroy 1er de Fougères pour sa motte féodale de Marcillé en 1212. Il offrira à V.V. vingt mines de froments sur son moulin de Marcillé.

    - 1218. William fils de Alain de Miniac confirme à V.V. , cela avec son fils et tous ses oncles, les mines de froments offrets en la paroisse de Ploeguen. [Pleuven

    - 1234. Geoffroy fils de Robert de Valle confirme à V.V. tous les frais et aumosnes détenus en la paroisse de Denay

    - 1242. Trehan Brient et sa femme Guima possèdent des mines de froment en terre d'Harel.

    - 1258. Johannes dictus Chapelen  [Jean Chapelain] avec sa femme Theophania reconnaissent à V.V. touts les frais et taxes situés en la paroisse d'Epiniac.

    - 1261. Gaufridos Buticulario dolensi ou Goffredus le Botillier, boutiller de Dol, milite defuncto terram in pago d'Espiniac. Geoffroy donnera en 1261 à l'abbaye de Vieuville la chapelle de "la Chesneio" située en la paroisse d'Espiniac.

     

    - 1266. Oliverus de Charruiers ou Olivier de Cherueix seigneur de la paroise de Cherrueix  jugera un désacord établi entre les moines de V.V. et Hamelin de Feicent ce dernier contestant à la dite abbaye la chapelle de "Cheneio en Epiniac" hier offerte à la dite abbaye par le dit Goffredus le Botiller. Hamelin en effet disputera  en effet à V.V. la terre sur laquelle était assise cette chapelle cela au seul nom de sa femme Aude laquelle était fille de Geoffroy le Bouteiller.

    - 1292. Guillaume Chaorcin soldat et sénéchal de Combourg. Il atteste la vente établie entre V.V. et Johannis Chaperon ce dernier se désistant de biens détenus sur le territoire de Landran en la paroisse de Combourg. Guillaume Chaorcin en 1296 attestera de sols d'argent donnés à V.V. par Margueritte dite veuve de Johannis Chaperon.

     

     

     Troisièmement

    L'origine des seigneurs de Subligny ou de Soligné

    et l'Abbaye de Vieuville


    Commune de la Manche, en Basse-Normandie. Proche d'Avranches les quatre premiers seigneurs de cette famille seigneuriale seront, Robert, Richard et Hasculphe Richard ayant été "évesque" d'Avranches; tous trois fils d'Othoer.  Hasculphe lui prendra pour épouse Denyse d'Avranches fille du seigneur d'Avranches. Othoer sera présent à Hasting en 1066; il décédera lors du naufrage de la Blanche Nef. Robert sera l'un des ancestres des enfants de Jean de Lanvallei...

     

    Praesentibus et futuris notum facimus quod Olivarius de Ploigonoit concedente uxore sua Aaliz filia Petevini dedit Monachis V.V. decimam Capellae Nazariae, terrae illius scilicet quam tunc temporis possidebant, sicut continetur in Carta Johannis de Dolo, antequam praedictus Olivarius haberet heredem de praef. Aaliz, Habuit autem heredem postea Gaufridum nomine qui ad mortem matris suae  in Castello de Comborn coram Yfelde fillia Johannis de Dolo uxore H.de Solign. et coram Adam de Solign. nutritio ejus donum illud quod pater ejus et mater antea dederant concessit. Testibus his Roberto Carbon et Gaufrido Docet Laïcis. Notificamus iterum quod Olivarius de Maglechat dedit eisdem Monachis cum iret Jerosolimam minam unam frumenti quam possidebat ex dono Hasculfi de Soligneio concedente filio suo majore Hasculfo nomine. etc. Testibus his Hamone Bode. Gaufrido Spina.Adam de Solineio et Unfrido filio ejus.           Traduction : Nous faisons ceci pour qu'aujourd'hui et demain  nous sachions qu'Olivier de Ploguenast avec l'accord de sa femme Alice fille de Petevini  donna aux moines V.V. [ici Veteris-Villae ou l'abbaye de Vieuville laquelle fut fondée vers 1135-1137 par Gilduin fils de Hamon pour le "salut" des âmes de son épouse Adelise ainsi que celles de ses enfants Jean et Hamon. Sa fondation fut acceptée par Gelduin de Dol seigneur de Dol-Combourg et fils de Jean 1er de Dol lequel Gelduin de Dol en effet donnera son assentiment; à ce titre Gilduin fils de Hamon, ancestre des seigneurs de Montsorel et de landal, était donc "sujet" de Gelduin de Dol-Combourg.                Située aujourd'hui en la commune d'Epiniac les futurs moines de Vieuville lors de la dite fondation obtinrent un "droit d'usage" de la forêt afin de permettre le chauffage des dits moines. Ce droit sera dans les années qui suivront mis à mal par certains seigneurs "forestiers" eux-mêmes ces derniers étant en charges des dites forêts. En effet, en l'année 1167, à la demande de Jean de Soligné son frère, Adam de Soligné jugera un différent relatif à la mise à mal de la forêt de Borgoth, forêt relevant de la dite abbaye de Vieuville, forêt mise à mal par certains seigneurs forestiers eux-mêmes.                                                                                                                           Il ne faut pas confondre ici Aaliz fille de Petevini avec Adelice ou Aaliz dame de Courcelle laquelle elle sera femme de Jean de Subligny et mère d'Hasculphe de Subligny. Jean de Soligné père d'Hasculphe semble devoir prendre part à la croisade puisqu'il partira pour Jérusalem comme l'atteste un acte en lequel Hasculphe explique la présence d'un deuxième sceau quand celui-ci prendra pour nouveau sceau un sceau alliant celui des Soligné à celui de Dol-Combourg] les décimes de la chapelle de Nazarie, terre qu'il possédait et qui figurait dans la charte de Jean de Dol avant qu'Olivier précité les possède. Alice a comme héritier Geoffroy [ici Geoffroy de Ploguenast fils d'Olivier de Ploguenast et d'Aaliz fille de Petevini. La chapelle de Nazarie fut offerte aux moines de Vieuville vers 1140 par les enfants de Gualterii Truffer ou Gautier Truffier; ce don fut accompagné notamment de 80 arpents de terres contenant, étang, pré, une motte, un moulin etc. don qui fut confirmé par Jean de Dol et sa mère Noga. P1 colonne 601. ] qui fut nommé [qui ratifia à la mort de sa mère au château de Combourg...] à la mort de sa mère au château de Combourg devant Iseul fille de Jean de Dol et femme d'Hasculphe de Soligné [Avranchin Hasculphe de Soligneio deviendra seigneur de Dol-Combourg par son mariage l'ayant uni à Yseul de Dol; tous deux semblent avoir eu pour enfant Jean de Subligny lequel deviendra Jean III de Dol celui-ci abandonnant le nom de son père pour prendre celui de la seigneurie de sa mère, Dol. Hasculphe et son épouse auront aussi deux autres enfants en les personnes de Raoul et de Geoffroy de Soligné lequel lui sera chanoine de Dol. Tous trois seront "bienfaiteurs" de l'abbaye de Vieuville sous Dol puisque douze chartes de fondations fut faites que par le seul Hasculphe de Soligné. Celui-ci semble avoir un fidèle parmi ses fidèles; Guillaume Farcy] et devant Adam de Soligné son nourricier  [Adam de Soligné ou de Soligneio était le frère de Jean de Soligné lequel fut nommé "régent" à la seigneurie de Dol par le roi Henri II d'Angleterre ce dernier privant ainsi Yseul de Dol de son héritage Yseul ayant eu plus tard pour époux Hasculphe de Soligné le propre fils du dit Jean de Soligné ou de Subligny. Ici Adam de Soligné est dit être le nourricier de Geoffroy de Ploguenast fils d'Olivier et d'Alice fille de Petevini. Doit-on comprendre qu'Adam de Subligny était le "tuteur" de leur enfant né Geoffroy de Ploguenast ? Au nom de son frère Jean de Subligny Adam de Soligné ou de Subligny sera "sénéchal de la seigneurie de Dol-Combourg. Celui-ci prendra pour épouse une femme prénommée elle aussi Aalis ou Alice femme de laquelle il sera père d'une enfant. Celle-ci épousera plus tard Geoffroy de l'Espine ou Goffredus Spine  lequel sera lui aussi un "bienfaiteur " de V.V. Quel est alors le lien de "parenté" ayant pu unir et Alice fille de Petevini et Adam de Soligné ? Cette femme, mère de Geoffroy Ploguenast, nommée Aaliz elle aussi, a t-elle pu être une enfant née "de Soligné" ? La réponse est-elle "non" puisque Adam de Soligné est présenté comme étant "tuteur" de l'enfant et non oncle ou "Avunculus" ? Peut-il y avoir un rapprochement orthographique à faire entre Petevini et Berthevin ? Si oui quel était alors ce lien "familial" ayant éventuellement existé entre Aalyz fille de Petevini  et Adam de Soligné frère de Bertrand puisque Adam est dit "nourricier" ou "nutritio" de l'enfant et non "oncle"  de l'enfant ? Celui-ci pouvait être son grand oncle et non son oncle puisqu'il n'est pas dit "Avunculus" ?Merci ici à Loïc Fisselier pour un "correctif apporté"], bien que ses père et mère précédemment lui avaient accordé. Les témoins furent Robert Carbon et Geofroy Docet, laïques. Il fut de nouveau notifié qu'Olivier le Chat donna aux mêmes moines quand il alla à Jerusalem une mine de froment qu'il possédait d'un don qu'accorda Hascuph de Soligné à son fils aisné nommé Hascuph [ici Hascuph de Maglechat fils du dit Olivier le Chat. Fut aussi cité en une autre charte le chanoine Geoffroy de Maillechat lequel sera présent lors d'un accord qui sera établi entre un chevalier et le prieur de Saint-Florent sous Dol; Dom Morice preuve 1. colonne 823. En 1167 sera aussi nommé Jean de Maillechat ou Joh de Maglecato; preuve 1.colonne 659 . A noter aussi la présence de Hamon le Chat ou Hamo Cattus ce dernier ayant été nommément cité lorsque Jean de Dol et son frère Gueldouin ou Gelduin confirmeront tous deux les possessions de l'abbaye de Combourg. Preuves 14 colonne 454. La seigneurie de Mallechat ou de Malchapt semble avoir été possession elle aussi en la paroisse de Roz sur Couesnon.                                                                         Toujours à noter également la présence, cela au côté de Radulfus Flacheio beau-frère de Jean de Lanvallei, d'Evanus Catus forestier; cela se fera en l'année 1168 lorsque sera réglée par Jean de Subligny un litige opposant et les moines de l'abbaye de Vieuville et certains seigneurs forestiers de la forêt de Borgoth. Preuves 1 colonne 657. Leur seigneurie semble avoir été assise à Roz sur Couesnon]. Furent témoins Hamon Bode; Geoffroy de l'Espine; Adam de Soligné et Unfrede son fils.  Titre de l'abbaye de Vieuville. 

     

    Parmi les différents dons que firent à l'abbaye de Vieuville Hasculphe de Soligné et son épouse, Yseul de Dol, nous pouvons noter celle-ci : ...Nous avons donné pour le salut de nos âmes et celles de nos parents, Jean de Dol père Isault et Aaliz ma mère, quatre acres de terres libres de toutes redevances. Cependant l'abbé sera tenu à jour fixe de fournir ses frais à tout le couvent, une abondante pitance de pain blanc, du vin et du poisson... Petit-fils d'Othoer de Subligny, premier seigneur de Subligny cité par l'Histoire, Jean de Soligné semble avoir eu aussi pour oncle Richard de Subligny celui-ci ayant été évêque d'Avranches de 1142 à 1153; le gisant de ce dernier est toujours aujourd'hui en l'abbaye de Lucerne [l'abbaye de la Sainte-Trinité de Lucerne fondée en 1143 et située aujourd'hui en la Lucerne-d'Outremer dans le département de la Manche. Elle fut fondée par Hasculphe et Richard de Subligny tous deux frères de Jean et fils de Othoer. A noter aussi l'existence de Robert frère des précédents dont le vivant est attesté dans l'un des "cahiers de rentes" de l'abbaye de Montmorel. Lors de cette fondation faite en la dite année 1143 seront cités "post mortem" et Othoer de Subligny et son épouse dite Lescelline. Fils éventuel d'Alfred de Sulcini, ce dernier étant cité en une charte d'Hugues d'Avranches, Othoer et Lescelline eurent donc au moins quatre enfants ayant chacun laissé dans l'Histoire leurs propres racines. Richard lui fut évesque d'Avranches, Hasculphe lui épousera Denise d'Avranches, Raoul et Robert lequel lui sera le père de Jean de Subligny...Jean de Subligny de son vivant, cela avec Ruallon du Homme, sera à l'origine de la fondation de l'abbaye de Montmorel en la paroisse de Poilley et en le diocèse d'Avranches. L'épouse de Robert de Subligneio est toujours inconnue à ce jour. Cependant devant l'importance de leurs biens étendus au plus près de Dol monsieur Loïc Fisselier pense qu'il serait très probable que cette enfant soit née "soeur" de Gilduin de Dol. Voici sa pensée : Robert de Subligny etait un cadet. A mon avis il a épouse N de Dol , et c'est pour cela que l'heritage de N de Dol a été partagé entre les filles cadettes, le patrimoine du ressort de Dol était moins stratégique que celui de l'Avranchin, aussi l'ainé Jean de Subligny se réserva tous les héritages en Angleterre et en Normandie . Pour moi il n'y a guère de doute que les héritages situés en Palluel, Saint Marcan, Saint Broladre, Roz sur Couesnon, la chapelle de Nazare, etc ... proviennent de N de Dol. Charte citant l'affiliation unissant Jean de Soligné à son oncle Hasculphe ...In nomine patris filii et spiritus sancti notum sit omnibus tam presentibus quam futuris quod Jehannes de suligneio pro salute anime sue et anime Hasculfi de suligneio avunculi sui et patris sui et matris concessit et dedit cum assensu Hasculfi  filii sui  de redditu molendini quod est ante domum suam de Beuron in loco qui dicitur pratum... Traduction : Qu'il soit connu de tous, au nom du Père, du Fils et du saint Esprit, pour le présent et l'avenir, que Jean de Subligny pour le salut de son âme, et l'âme d'Hasculphe de Subligny son oncle, pour celle de son père et celle de sa mère concède et donne, avec l'assentiment d'Hasculphe son fils, le moulin qui est en sa maison du Beuron en un endroit qui est appelé le Pré...  [Jean de Subligny seigneur Normand sera de son vivant bienfaiteur de l'abbaye de Montmorel, aujourd'hui assise en Poilley dans la Manche,  par moult fondations offertes ce dernier possédant probablement une grande partie des vallées étirant leurs étendues en la région du Beuvron jusqu'à la dite abbaye de Montmorel, cela probablement depuis son château de Pré proche duquel était son dit moulin. En la donation dite ci-dessus Jean offrira une rente annuelle de 10 sols à l'église d'Avranches, 10 sols à percevoir sur le dit moulin de sa maison de Beuvron. Jean semble avoir été choisi comme tuteur de Yseul de Dol par le roi Henry II lui même lequel lui confiait de ce fait le gouvernement de la cité seigneuriale de Dol confisquant cette dernière à Raoul de Fougères premier tuteur d'Yseul. Henry II d'Angleterre semble vouloir ainsi assoir en la région de Dol des hommes fidèles et normands préparant ainsi une sorte d'annexion de toute ce région de la Bretagne aussi. Marié à Alix il fut aussi bienfaiteur de l'abbaye d'Aunay en un acte relevant des archives du Calvados. En effet avec l'accord de "Alix", Jean donnera à cette même abbaye deux acres de terres relevant de la seigneurie de Courseulles bien probable d'Alix.           Comme seigneur normand placé par Henry II en la seigneurie de Dol Johannes de Suligneo sera témoin d'une charte rédigée d'Henry II en l'année 1175; cette charte sera relative à un désaccord opposant l'abbaye du Mont-Saint-Michel au seigneur Wuillaume de Humeto lesquels se disputaient les dimes de Foucarville, dimes que les moines du Mt-St-Michel tenaient des seigneurs de la Haia. Cette charte à elle seule confirme en effet les liens de "vassalité"  unissant alors Jean de Subligny à son roi Henry II roi d'Angleterre. Il en sera de même avec William 1er de Lanvalei lequel lui aussi apparaitra comme témoin en une charte du roi Henry II relative aux biens de l'abbaye du Mont-Saint-Michel. Adressée à tous ses officiers présents en Normandie le roi les informera en cette charte que le Mt-St-Michel, ses moines et l'ensemble des biens relevant du Mont étaient tous placés sous sa seule autorité et protection. Sera présent au côté de William de Lanvallei Henry évêque de Bayeux. Archives du Mont-Saint-Michel volume II folio 283. Entre 1167 et 1175 Henry II adressera à l'évêque d'Angers ainsi qu'à tous ses officiers présents en terres angevines une lettre en laquelle il attestera donner à l'abbaye de Fontrevrault une donation afin que les nonnes qui en cette place prient Dieu et la Vierge-Marie pour le repos de son père. Au nom du comte d'Anjou Geoffroy Plantagenest son père, et au nom de sa mère la reine Mathilde l'Impératrice, il donnera à  ce titre deux "greniers, l'un à Angers et l'autre à Saumur, dans lesquels prendront place les minagium. Sera aussi témoin et cité en cette charte au coté de la Reine Aliénor Willelmo de Lanvalleio lui même.  Hasculphe et Denise d'Avranches auront pour enfant Lescelline laquelle elle prendra pour époux Foulques Paisnel seigneur de la Haie-Pesnel. Dans le Cartulaire du Mont Saint-Michel sera cité en 1121 Ostete de Sulligny très probablement Othoer de Sulligny ou Soligné ci-dessus ou ci-dessous. Ce dernier semble faire partie des chevaliers bretons ayant accompagné Guillaume de Normandie à Hasting] que fonda ses frères fils de son père Othoer; ce dernier trouvera la mort lors du naufrage en 1120 de la Blanche Nef, naufrage en lequel trouvera la mort aussi le fils aisné et héritier du roi Henry 1er d'Angleterre [le décès de ce fils aisné royal sera à l'origine de la guerre de succession laquelle opposera deux petit-enfants de Guillaume de Normandie; à savoir Mathilde l'Emperesse, mère du futur roi Henry II et Estienne de Blois son cousin. Ce conflit sera à l'origine de déchirures profondes au sein même de familles seigneuriales bretagne cela à l'image de la famille seigneuriale de Dinan].  Jean de Soligné petit-fils d'Othoer aura ainsi pour père, lequel sera donc le frère de Richard ci-dessus cité, Robert de Subligny  son frère Raoul ayant lui été inhumé en l'abbaye de Savigny [abbaye fondée par Raoul de Fougères en l'actuelle commune de Savigny le Vieux, en Basse Normandie]. Jean, Adam, Berthevin auront tous trois pour soeur N. de Soligné laquelle prendra pour époux un seigneur né "de Flacheio" ou "de Flechet"  peut-être Ruealus de son prénom; de cette dernière union sortiront respectivement William et Radulfus de Flacheio cités ci-dessus mais aussi une fille laquelle sera choisi pour épouse par Jean de Lanvallei lui même. Ainsi la maison seigneuriale de Lanvallei s'apparenta t- elle avec les maisons seigneuriale de Dol-Combourg-Soligné ; ainsi la maison seigneuriale de Lanvallei s'assoit-elle sur la région de Dol [Il existe une terre d'Harel en le Vivier terre que semble donner Jean de Lanvallei à V.V cette terre ayant été offerte à Jean par son neveu Hamon fils de Alain celui-ci, frère de Jean, l'ayant reçu au seul titre de son droit d'aîné. Cette terre avait donc été préalablement le bien propre du père d'Alain et de Jean.  Harel en conséquence n'échoie donc pas à Jean par son mariage l'ayant uni à la famille seigneuriale de Flacheio. Pour la terre d'Harel il faut cependant savoir qu'il existe aussi une autre terre nommée Harel, celle la en Tressaint, cette terre étant également assise au plus près de la terre sur laquelle sera edifié le manoir des premiers seigneurs de Lanvallay-Tressaint au XIV siècle. La charte d'Harelia cite notamment Hamon fils de Alain, neveu de Jean de Lanvalei,  duquel Hamon Jean tenait sa terre dite d'Harel quant il l'offrit à V.V. . Je pense qu'il y a une très grande probabilité pour que cet Alain de Lanvallai père de Hamon et frère de Jean soit le même Alain qui sera à l'origine des seigneurs de Lanvallay-Tressaint puisque généalogiquement ces deux "Alain" sont tous deux sur la même ligne générationnelle . Ma question est donc la suivante : La dite terre d'Harel offerte à V.V. est-elle celle assise au Vivier de Dol ou bien celle sur laquelle en Lanvallay-Tressaint apparaitra le manoir des seigneurs de Lanvallay-Tressaint ? Le débat bien sur reste ouvert... Cependant les liens unissant la paroisse de Lanvallay avec l'abbaye de Vieuville sont au tout début du XIII siècle bien réels puisque l'abbé de V.V. semble devoir faire séjour en cette paroisse quelques fois. D'ailleurs quand décédera Guillaume fils de Raoul et père d'Olivier premier seigneur de Coêtquen l'abbée de Vieuville, alors présent en la paroisse de Lanvallay, descendra en personne au prieuré du Pont à Dinan appelé par Olivier pour donner à Guillaume les derniers Saints Sacréments. Que pouvait-faire l'abbé de V.V. en la paroisse de Lanvallay quand décédera le père du premier seigneur de Coëtquen ? Pourquoi Guillaume père d'Olivier, décédé en le prieuré du pont à Dinan en l'année 1223, se fera t-il inhumer en l'abbaye de Vieuville et non pas en celle de Léhon ou bien en le prieuré du Pont à Dinan ? Quels pouvaient les liens unissant et V.V. et les premiers seigneurs de Coëtquen ?]...

     Adam de Subligny semble pour une terre obtenue de son père, de son père puisque Adam la partage avec son neveu Hasculphe de Subligny, être en litige avec l'abbaye de V.V. Ce litige mettant en scène Adam Botier et ses fils, sera définitivement réglé par Hasculphe de Subligny en personne celui-ci étant donc lui aussi concerné par cette même terre et affaire. Il s'agira de la terre de Travel bien probablement hier en possession de Robert de Subligny père d'Adam et de Jean de Subligny ce dernier étant donc le père d'Hasculphe ci-dessus. Ego H.Soligné, etc. Contention quae vertebatur inter Mon, Vet.Villae et Adam de Soligneio patruum super terram de Travel ita sopita est...quam pactus est liberare contra Adam Botier, concedentibus filiis suis Johanne et Gisleberto. Item et calumniam de rubro fossato concessit. Hoc ego quia ad meum dominium pertinebat, concessi cum iselde uxore mea, et Johanne filio mea et Sig. et Adam patruus meus similiter sui authoritate firmavit. Testes Guillelmo Grimaut; Roberto de Flaovilla; Guillelmon de Kaline; Hamone Bode; Mauritio abbate de Vet.Villae etc.                                                                Traduction : Je, Hasculphe de Soligné etc. Contentieux qui existe entre le monastère de Vieuville et Adam de Soligieo mon oncle sur la terre de Travel; ainsi arrêté et réglé. Un accord fut trouvé contre Adam Botier; ont concédé à cela ses fils Jehan et Gilbert ; les accusations similaires pour le fossé rouge. Je dis cela parce que cette possession me concerne. Avec l'accord d'Iseul ma femme, et Jehan mon fils et Sig. Et de même établi avec l'autorité de mon oncle Adam. Témoins :Guillaume Grimaut; Robert de Flaville; Guillaume de Kaline; Hamon Bode; Maurice abbé de Vieuville. 

     

         Charte du Cahier des fermes de l'abbaye de Montmorel citant l'affiliation de Jean de Subligny   

    Notum sit omnibus futuris et praesentibus quod Robertus de Suligneio  de assensu et voluntate Johannis filii sui donavit Mathillidi filiae suoe in maritagio cum Hugone Farci [2ème seigneur de Pont-Farci. Il est probablement le fils de Gualtier ou Gaultier de Farcy lequel lui est cité en tant que "croisé" en l'année 1147] triginta acras terrae apud Capellam. Postea vero proedicta Matillis dedit ecclesiae proedicti loci ad usus fabricoe ejusdem duas acras proedictoe  terrae, proedictis Roberto, Johanne et Hugone proesentibus et confirmantibus.                                                       Traduction : Qu'il soit connu de tous aujourd'hui et demain que Robert de Soligné avec l'assentiment et la volonté de son fils Jean, donne avec sa fille Mathilde mariée avec Hugues Farcy trente acres de terre à la Chapelle [Mathilde avait reçu cette terre de son père lors de son mariage avec Hugues. Cette terre sera à l'origine de la seigneurie de la Chapelle-Heuzebroc. Comprenant 90 actes de terre en 1512 elle est aujourd'hui l'actuelle commune de Guilberville en le canton de Thorigny ; proche Saint-Lo dans la Manche. Voir généalogie des seigneur de Farcy : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55649807/f135.image]. Toutefois plus tard la dite Mathilde a donné aussi à l'église pour sa construction deux acres de la terre qui précède, Robert, Jean et Hugues précités sont présents et confirment.

     

    Les premiers seigneurs du Gaiplic et l'abbaye de V.V.

    Travail rédigé avec l'aide de monsieur Loïc Fisselier...

    Au XII siècle le premier seigneur de Guarplic ou du Waplic cité, souche demain de la maison "Du Guesclin", lui aussi fut afféré autour de la dite abbaye de Vieuville; Avait-il pour nom        Bertrand ?[Berthevin juvenis ou Bertrand le jeune pour les historiens Du Paz et Dom Lobineau. Pour certains chercheurs ce Bertand le Jeune serait une extension de la pensée de ces deux historiens ce premier Bertrand n'ayant en réalité probablement pas existé. Il est vrai qu'à ce jour je n'ai pas réussi à trouver une charte relatant son existence. Il est vrai aussi que la charte citant Florida de Musterjan et ses fils, la mère des premiers seigneurs de Gaiplic reconnus, reste elle aussi entièrement silencieuse sur le père de Geoffroy et ses frères. Voici ci-dessous la pensée de Loïc Fisselier : Bertrand du Guesclin le jeune n'a jamais existe . C'est une transcription hypothetique faite par du Paz vers 1620. Dom Morice , qui a eu l'original du document de 1181 en mains en 1686 a rectifie l'erreur de du Paz en le citant comme Bertwinus juvenis ( Berthevin le jeune ), prénom qu'a aussi repris Dom Lobineau. Petevini n'est certainement pas un prénom. Selon moi le document original recopie dans le cartulaire de la Vieuville était probablement de mauvaise lecture. Un B en partie efface peut très bien être confondu avec un P. Les copieurs, quelques temps apres , n'ont pas compris le prenom , car ce prenom de Berthevin sort exclusivement de l'Avranchin et etait inconnu au pays Dolois , d'ou la retranscription approximative et les erreurs faites aussi par du Paz . Il n'y avaient probablement que deux Berthevin au pays Dolois et en Poulet au XIIe siècle , Berthevin de Subligny puis son neveu Berthevin du Guarplic ]. Au décès de son supposé époux, Bertrand, décès survenu vers 1150, Floride de Mousterjan semble faire une donation à la dite abbaye de Vieuville laquelle donation, plus tard, sera contestée par son propre enfant Geoffroy  dont le nom de l'épouse n'est point connu aujourd'hui: Geroldus Magister et B.Samsonis Ecclesiae Capitulum cunctis fidelibus salutem. Innotescat omnibus quod Florida de Musterjan et filii ejus scilicet Gaufridus Gaiplip et Richardus et Guillelmus dederant Ecclesie S.Salvatoris de Veteri villa totam terram suam in Fresneia etc.Hanc autem donationem Gaufridus Pincerna Doli et heredes sui,hanc autem habita karitate monasterii concesserunt, salvo tamen jure suo quod a prescripto exigendum est.Testes Gilduinus Capelanus. Thomas de Kibriac. Th de Berneres. WILL Hofe. Evanus de Kard. Willelmus de Serlant miles. Rogerius Rufus etc. Nos autem et authoritate sigilli B. Samsonis communivimus;Testibus Magistro Gerodo. W.de Dinan etc. Canonicis.                Traduction : Maitre Gerold et le chapitre de la Bieuheureuse église de Saint-Samson [l"église de Dol au travers de son Saint-Patron], à tous les fidèles salut. Qu'il soit su de tous que Floride de Musterjan [le nom de son époux en effet ici n'est pas cité.  La seigneurie de Musterjan ou de Mutelien, possédant moyenne justice, semble très probablement être géographiquement assise en la paroisse de Roz Landrieux. A ce titre elle relevait elle aussi du Régaire Episcopal de Dol. Ce nom d'un historien à l'autre s'est écrit de plusieurs façons. Nous rencontrons ainsi Musterjan, Musterian et même Moustierjan. Ce nom prendra ensuite son orthographe définitive au travers de Mutelien]  et ses fils, à savoir Geoffroy Gaiplip et Richard et Guillaume ont donné à l'église de Saint-sauveur de Vieuville toute leur terre en Fresnaye etc. A ce don Geoffroy majordome de Dol et ses héritiers, le charitable monastère d'Angers ont concédé, sans préjudices de leurs droits convenus dans les actes. Temoins : Gilduin Chapelle; Thomas de Kibriac; Th. de Berneres; Guillaume Hafe; Evan de Kord; Guillaume de Serlant chevalier; Roger le Roux etc. Nous maintenant et fortifié du sceau de Saint-Samson. Témoins : Maistre Gerold; Guillaume de Dinan; l'Eglise.  [Floride donnera à son époux N. de Gaiplic, ou de Guarplic, plusieurs enfants  à savoir Geoffroy, Richard et Guillaume; Geoffroy lui étant lui cité en une charte rédigée en 1180. Ce dernier, Geoffroy Waglip ou Geoffroy Gaiplic, confirmera en effet en 1180 la donation faite hier par sa mère, donation qu'il semble peu avant avoir contesté aux moines de V.V. celui-ci de retour de croisade, parait-il, ayant voulu récupérer la terre hier offerte. Preuves 1 colonnes 679 et 680]. Cette terre était-elle un bien provenant de son époux ? En vérité il semble que la dite terre offerte était le bien propre de son épouse Floride et non celui de "N" . Garplic son époux puisque la paroisse de la Fresnaye relevait alors en partie de la seigneurie de Landal et non de celle du Garplic [En vérité en 1130 une partie de la Fresnaie relevait pour certains de ses biens de Jordan fils de Alain lequel lui détenait notamment le cimetière de l'église de cette paroisse cette église relevant d'autres "laïcs". Il possédait également le cimetière de l'église de Sainte-Croix assis probablement en la même paroisse. A la demande de Geoffroy archevêque de Dol Jordan, homme illustre, fils de Alain, donnera à Marmoutiers les dits cimetières plus plusieurs acres de terre, une métairie et un droit de pêche. En la même année meurt Jordan "fils de Alain" lequel de son père avait hérité de la Sénéchaussée héréditaire de Dol. Peut-on à la lecture de cela faire un rapprochement entre Jordan fils d'Alain et Jordan fils d'Alain sénéchal de Dol ?                                                                    Peut-il y avoir eu un lien quelconque ayant pu unir Floride de Musterjan  à la seigneurie de Dol cela au travers d'Alain, père de Jordan, tous deux sénéchaux héréditaires de Dol Guillaume de Combourg, chanoine, ayant été l'un des témoins lors de la donation du cimetière de la Fresnaie ? Peut-on avoir la même pensée quand on sait que sera aussi présent lors de cette donation faite par Jordan fils d'Alain Gilduin de Dol en personne celui-ci étant le seigneur Suzerain du dit Jourdan fils d'Alain sénéchal de Dol ? Il nous faut savoir aussi que Gelduin de Dol donnera son assentiment pour la fondation de la dite abbaye de V.V; celui-ci meurt en l'année 1133.   Ego Gaufridus Dolensis Ecclesiae totius capituli nostri assensu in Archiepiscopum electus, Jordanum filium Alani strenuum virum  et illustrem conveni, quatenus cimiterium Ecclesiae S.Crucis et S.Mevenni de Fraxinaria, quod quasi proprio  et hereditario jure possederat, Ecclesiae Majoris monasterii annueret. Quod, mox ut animadvertit  se injuste tenuisse, concessit, etc. Jordanus filius Alani subscripsit. + Maria uxor Jordani subscripsit. + Jordanus subscripsit. + Alanus subscripsit. + Hi duo filii Jordani. Actum anno Incarn.Dom.MCXXX. Indict VIII. Epacte IX. Philippo Lodoici filio regnante Francorum Rege, testibus  Willelmo de Combornio Canonico. Domino quoque Gilduino Jordanis. Willelmo Vicario. Eudone Goione. Gaufrido Achatasna. Traduction : Moi Geoffroy, archevêque de l'église de Dol avec l'approbation de tout le chapitre;Jordan, fils d'Alain, homme énergique et réputé, respecté, possède à ce jour les cimetières de Sainte-Croix et de Saint-Meven de la Fresnaie qui sont les siens par droits d'hérédité, consent à les donner à l'église du Grand Monastère [Marmoutier] du fait qu'il se rend compte qu'il les détient injustement; concède etc...Jordan fils d'Alain signe; Marie la femme de Jourdan signe; Jourdan signe; Alain signe; les deux fils de Jourdan signent [l'un de ces deux enfants sera probablement Alain fils de Jourdan lequel, en 1160, sera le fondateur de l'abbaye du Tronchet sous Dol. Cette abbaye demain sera elle aussi "propriétaire" de biens assis en la dite paroisse de la Fresnaie. Tout laisse penser que les sénéchaux héréditaires de Dol étaient effectivement présents ici aussi et que c'est l'un de leurs enfants qui donnera à Marmoutiers les cimetières de cette paroisse alors en possession de sa famille Ewarinus de Dol leur ancestre étant le frère supposé de Hamon époux de vicomtesse Roianteline. Dans une Bulle du Pape Boniface, pape entre 1294 et 1303, le chapitre de Dol possédait en autre en la paroisse de la Fresnaie un domaine lequel était nommé : la métairie de la Vicomtesse Roianteline. Que devons nous penser à la lecture de cela ? Nous faut-il en effet rattacher les sénéchaux héréditaires de Dol à l'essence même de la Vicomtesse Roianteline ?...]. Etabli en l'année de l'Incarnation 1130 sous le règne du roi de France Louis fils de Philippe [il s'agit ici de Louis VI le Gros fils de Philippe 1er lequel Louis le Gros décédera le 01/08/1137]. Témoins : Guillaume de Combourg chanoine; Gilduin le seigneur de Jordan; Guillaume le vicaire; Eudes Gouyon; Geoffroy Achatasna. Dom Morice P colonne 564.

    Floride de Musterjan [celle-ci semble avoir été unie en autre noce puisqu'elle est citée en une charte laquelle reprendra différents dons faits à l'abbaye de Vieuville, charte présentée par G.Spina époux de Aaliz fille d'Alain sénéchal de Dol. Cette charte en effet cite d'autres enfants née de Floride  : ...ex dono Guillelmi filii Gaufredi Pincerna Dolensis; ex dono Gaufredi filii Hugonis;ex dono Galteri filii Juhelli; ex dono Floria de de Musterian concedent Eveni filio suo et filius ipsius Even Guego et Stephano...                                                                                     Traduction : ...donne ce don Guillaume fils de Geoffroy échanson de Dol; Geoffroy fils d'Hugues; donne ce don Gaultier fils de Juhel; donne ce don Floride de Musterjan et concèdent Even son fils et les fils d'Even, Even, Guego et Etienne...] était-elle issue des seigneurs de Landal par une branche inconnue d'icelle  ou bien d'Alain père de Jourdan tous deux sénéchaux héréditaires de Dol ? Ces enfants seront donc menacés à la soumission d'une éventuelle  excommunication suite à ce litige ayant opposé un temps et Geoffroy et les moines de V.V. Ce litige durera un temps certain et le Pape lui même semble devoir intervenir en cette affaire laquelle sera notamment suivi par l'abbaye de Saint-Jacut aussi. En l'année 1180 tout semble devoir  rentrer dans l'ordre puisque les Gaplic en effet reconnaitront enfin la légitimité de ce don en le confirmant de nouveau. Quel lien de parenté a t-il pu généalogiquement réunir et Berthevin Subligny et Berthevin du Warplic fils de Geoffroy sus nommé ?[Geoffroy Gaiplic fils de Florence de Musterjan,  pour Loïc Fisselier, pris pour épouse probablement une enfant née éventuellement en la maison de Soligné . Elle pourrait ainsi être une enfant de Robert de Subligny].

     

     1180Charte confirmant la donation de la terre de la Fresnaie par Geoffroy Gaplip ou Waiglip

    D.G.S. Jacuti abbas, etc; Nos ex mandato summi Pontif. causam quae vertebatur inter Monachos Veteris villae et G.Gaplip terminandam suscepimus, etc. cumque testes Monachorum jurassent Monachos terram de Fresneia  per XXX annos juste possedisse ex dono Floridae matris ejusdem G.Gaplip et fratrum Ricardi et Guillelmi, et ex concessione ipsius G. post reditum suum de Jerosolymis , etc. ex concessione Domini sui pincernae Doli; de filiis vero saepedicti G.Waiglip in concedenda illa primitus nulla suuit mentio, quia nec dum nati erant, etc. Restitutione adjucata, Monachi pro bono pacis dederunt praefato G.X lib Andegavenses, etc.Sub testibus his Jehannes de S.Servantio, Bernardo priore S.Salvatoris de Dinan, et Jordano solacio ejus, etc. Actum est hoc apud Dinan in domo Monachorum S.Salvatoris. Postea venit praefatus G. Veterem villam et praefatam terram coram Abbate Moyse per librum super altate obtulit, etc. Anno an Incarn.Dom. MCLXXX Traduction : Henri. D.G. Abbé de Saint-Jacut. Nous avons le mandat du souverain Pontif pour établir la cause de la dispute établie entre les moines de Vieuville et Geoffroy Gaplip et ainsi de suite. Que les moines ont jurés avoir reçu la terre des moines de la Frenaie il y a juste trente ans, don de Floride propriétaire mère de Geoffroy Gaplip et de ses frères Richard et Guillaume et que Geoffroy a concédé après son retour de Jérusalem etc. Avec l'autorisation de l'échanson de Dol [Jean de Soligné] cependant les fils ci-dessus de Geoffroy Gaplip ont [simplement] acquis car il n'y a pas si longtemps qu'ils sont nés etc. La restitution a été attribuée. Les moines pour un séjour tranquille donnent au présent Geoffroy 10 livres d'Angers etc. Sont témoins Jehan de Saint-Servan; Bernard prieur de Saint-Sauveur de Dinan; et Jordan son confort; etc. Fait à Dinan par les moines de Saint-Sauveur. Plus tard le susmentionné Geoffroy; Et la terre ci-dessus offerte aux abbés devant l'Autel sur le livre de Moïse etc. Année de l'Incarnation du Seigneur 1150.

     

    Charte annonçant la menace de l'excommunication de l'épouse ainsi que celles des enfants de Geoffroy Gaiplip [charte non datée]

    H [pour Henry maitre abbé] .D.G.S. Jacuti Abbas magistro Giroldo et Capitulo  B.Samsonis Salutem. Cum Mandatum accepissemus eam quae vertebatur controversiam inter Monachos Veteris villae  et Gaufridum Gaiplip fine canonico terminandi etc. Elegerunt potius suam concordia litem decidere quam, etc. Et quia sunt nonnulli qui concordia huic adversantur, et pacem turbare conantur, nos Apostolica fret authoritate eos a communicatione fidelium sequestramus , et vobis eadem auctoritate praecipiendo mandamus quatinus omnibus Dominicis  et festi diebus, accensis candelis excommunicatos eos publice denuntietis, scilicet uxorem et filios G.Gaiplip, et WIllelme filium Landri, et Gaufridum Pincernam Doli. P1 colonne 680.                Traduction : Henri.D.G.S. [Henri était vers 1180 père abbé de Saint-Jacut. Vers 1180 le pape Alexandre III lui demandera en effet de régler le litige opposant Geoffroy Gaiplc à l'abbaye de Vieuville; Girold est probablement ici l'un de ses abbés. Alexandre III décédera le 30/08/1181] Maistre Girold abbé de Saint-Jacut et le Chapitre de B. Saint-Samson. Salut.Avec le mandat de prendre le litige des moines de Vieuville et pour établir régulièrement ce qui doit cesser avec Geoffroy Gaiplip il avait été choisi cet accord à ce litige et décidé de cette manière etc. Et parce que certains se sont opposés à cet accord, et qu'ils ont essayé de troubler la paix, par l'autorité du Siège Episcopal nous les faisons sortir de la communion des fidèles et nous les séquestrons. Et par notre autorité de prescrire nous vous demandons tous les dimanches et les jours de fêtes, les bougies allumées, de publiquement les excommunier et de publiquement les démentir, à savoir la femme et les fils de Geoffroy Gaiplip [Geoffroy Gaiplip lui ici n'est pas menacé de cette même excommunication; pourquoi cela ? Geoffroy Gaiplip était-il alors déjà décédé lorsque fut prononcée cette même excommunication  lui qui était encore en vie en 1180 lorsqu'il confirmera le don fait hier à V.V. par sa mère ? A la lecture de cela Geoffroy Gaiplip était probablement décédé lorsque Alexandre III mourut le 30/08/1181] Et William fils de Landri et Geoffroy échanson de Dol.  

     

    Autre charte relative au nouveau sceau voulu par Hasculphe de Soligny

    ...Nec quemquam moveat quod ego Hasculphus alterius figurae sigillum habui antequam pater meu iret Jerusalem, videlicet cum scuto de quarteriis, et monachis non obsit quia habent cartas primo et secundo sigillatas...                                                                                                                  Traduction ...Personne ne doit être gêné parce moi  Hasculphe ait fait un autre sceau autre que celui que j'avais avant que mon père aille à Jerusalem, à savoir pour protéger les parties et de ne pas interférer avec la première charte des moines et le second sceau..[n'ayant pas encore de sceau propre Hasculphe en effet abandonnera le sceau de son père, celui des seigneurs de Soligné ou de Subligny, pour prendre en mi-partie celui de la maison de Dol-Combourg maison de sa femme, Yseul de Dol. Leur fils Jean de Soligny abandonnera son nom de Soligny pour prendre définitivement le nom de la seigneurie de feu sa mère, Yseul de Dol. Il prendra pour nom "Jean III de Dol"].    

     

    Les seigneurs de Flacheio ou de Flachey

    Il est impossible de dissocier les seigneurs de Flacheio ou les seigneurs de Flachet, Flachey ou Flache des seigneurs de Subligny les "descendants" du premier seigneur de Flacheio descendant des seigneurs de Subligny par les femmes. Ainsi William de Flacheio deuxième du nom reconnaitra ce lien lors d'une donation qu'il fera à l'abbaye de Montmorel [abbaye avranchine située à Poilley] pour le salut de l'âme de Jean de Soligné son oncle : ...anime Jehannis de Suligneto avunculi mei...pour l'âme de Jean de Soligné mon oncle...William de Flacheio ayant eu pour mère probablement N. soeur de Jean et d'Adam de Soligné Agnès étant elle fille de Jean. Pour illustrer ce propos les seigneurs de Flacheio seront souvent présents dans les chartes réalisées à la demande des seigneurs de Soligné et il en sera ainsi vers 1191 quand Hasculphe de Soligné confirmera à l'abbaye de Vieuville une vente laquelle fut préalablement établie  entre les moines de la dite abbaye et Robert le Poigneur fils de Lambert; sera alors cité en effet comme témoin au côté entre autre d'Adam de Soligneio Rual, Ruellan ou Ruellon de Flachey ou de Flachet. Voici ces deux actes qui se suivent.                                                                                                                             Acte premier : H.de Soligeio, etc. Notum, etc. Robertum filium Lambertii le Fotoor totam terram suam quam jure hereditario possidebat in guastis de Millac, vendidisse Monachis Veteris ville; quod concessimus ego H. et Yseldis uxor mea et duo filii mei Johannes et Radulfus, et habuimus  de karitate Monasterii x. libras andeg. Testibus Jordano de Maszua [ou Jordan de la Massue ancestre des seigneurs de la Massue de Saint-Piat]; Gauf.Spina [Geoffroy de l'Espine gendre d'Adam de Subligny ci-après]; Andréa [Adam] de Solig.;Rob. de Carbonnel; Guillelmo de Rarinieo, et multis aliis. Traduction : Hasculphe de Subligny, qu'il soit su etc.Robert fils de Lambert le fauteur a, pour l'ensemble de ses terres héritées en Guastic de Meillac [la terre de Guastic en Meillac semble rendre Robert le Fotoor ou le Poigneur et ses enfants "sujets" du fief des seigneurs du Troussier ces derniers étant seigneurs en Meillac. En effet Manaser et Guillaume Troussier seront tous deux présentés comme étant les fils de "Gautier Troussier de Millac" quand ceux-ci, cela avec d'autres membres de leur famille, offriront aux moines de V.V. la dite chapelle de "Nazarie" avec l'ensemble des dimes qui en dépendaient : ...filii Gualterii Trusser de Millac...], vendu aux moines de Vieuville ; que nous avons concédé cela moi Hasculphe et ma femme Iseult et mes deux fils Jean et Raoul et nous avons eu pour la charité des moines 10 livres d'Angers. Temoins : Jordan de Mazua; Geoffroy Spina; Adam de Subligny; Robert de Carbonnel; Guillaume de Rarinieo et plusieurs autres.             Acte second : H. de Soligneio, etc. Notum, etc, quod Robertus filius Lamberti le Poigneur vendidit R.Abbati et Monachis Veteris ville terram suam in gaftis de Millac de feodo Manescheriorum, cum omni jure primogeniti quod habebat in predicta terra. Hanc autem venditionem juravit, terram ipsam penitus abjurando super altare in Capella mea de Combor. Concesserunt etiam id mater ejus Haois ad cujus hereditatem jam dicta terra pertinebat, et sorores ipsuis Roberti, et earum filii et filie et mariti, scilicet Herveus Anglicus et uxor ejus Orven, Hugo Wichel et uxor ejus Adelina, Petrus Chauce et uxor ejus Eremborc, et Ivete que non habebat virum, et Oliverius filius Radulti de Brolio et fratres ejus, et Petrus Boio et filii ejus, et Guillelmus filius Eudonis, et Evanus Cornemontane, qui omnes erant comparticipes Roberti in ista terra, juraverant etiam fidelitatem in omnibus Abbati et Monachis, tanquam juniores primogenito suo. Testes R.Abbas; Henricus de Bagar monachus; Gaufridus Pincerna; Gaufredi Spina; Ruellonus de Flacheio [époux de N. de Subligny soeur de Jean et d'Adam de Subligny. Ne pas confondre Ruellonis ou Ruellonus avec Radulfus ou Raoul fils du dit Ruellonus]; Jordanus de Mazua, milites etc.    

    Ruellone ou Rualenus de Flacheio ou de Flachey sera aussi le témoin en 1183, comme nous l'avons déjà vu un peu plus haut, de la charte d'Hasculphe de Soligné lorsque celui-ci donnera à l'église de V.V. six acres de terre assis en la paroisse de Meillac [Celui-ci serait-il le gendre de Robert de Subligny Ruellone épousant ainsi la soeur de Jean de Subligny, soeur dont le prénom aujourd'hui reste encore inconnu ? Si la réponse à cette question est "oui" alors Ruellone ou Rualenus de Flacheio serait le père de William et de Radulfus de Flacheio].                                                       Le premier seigneur de Flacheio cité par l"histoire, ancestre de William et Radulfus de Flacheio cités ci-dessus, semble devoir être William 1er de Flacheio ce dernier, père supposé de Rueollonus,  voyant lui le jour vers 1100-1110. En effet il sera cité en 1147 lors d'une Bulle Papale rédigée en 1147 sous la mandature d'Eugène III celui-ci mettant sous la protection de Saint-Pierre l'abbaye de Savigny et tout son bien temporel; sera alors cité également en cette même charte Hasculphe 1er de Subligny lequel était donc le frère de Richard évesque d'Avranches. Hasculphe sera cité pour avoir offert à l'abbaye de Savigny sa terre nommée Vacua-valle. La citation côte à côte en une même charte des deux seigneurs "Subligny et Flacheio", ceci en la dite année 1147, confirme déjà certains proches liens les unissant et cela bien avant qu'intervienne le "mariage" ci-dessus cité et ayant uni l'une à l'autre ces deux familles seigneuriales. Seigneurs d'origine normande, tous comme les Subligny d'ailleurs [l'un des enfants nés de "Flacheio"  sera en effet prénommé : Normandus de Flacheio], le premier seigneur de Flacheio semble avoir été géographiquement assis proche de la frontière séparant alors et le duché de Normandie et le duché de Bretagne. Proche de Mortain en effet ce seigneur était probablement détendeur d'un fief proche de Saint-Aubin de Terregate quant il offrira en 1147 aux abbés de Savigny, donc cela au côté de Hasculphe 1er de Subligny, la terre de Croso [l'abbaye de Savigny fut créée entre 1112 et 1115 par Vital de Mortain 1er abbé de cette abbaye. Elle semble avoir au XII siècle administré personnellement des abbayes filles lesquelles aujourd'hui seraient assises en Côte d'Armor, dans le Calvados, dans la Manche,  la Sarthe, l'Orne, la Mayenne, l'Ille et Vilaine, la Seine Maritime et le Maine et Loire. En Ille et Vilaine elle avait notamment sous sa "juridiction" l'abbaye Cistercienne de V.V. cette dernière étant assise en la paroisse d'Espiniac diocèse de Dol à 1 lieue de cette ville] . Cette terre  il l'offrira conjointement avec Ade et Symoni de Terra-Vasta et Willelmi Hirconis tous quatre en étant apparemment détendeurs pour une partie ou un1/4. Quel était le lien ayant pu unir ces quatre derniers seigneurs ?                                                                                                   Ruellon de Flacheio ou Ruellonis de Flachei [il sera présent au côté de Jean de Lanvallei quand celui-ci donnera à V.V. sa terre de Harel, vers 1198 ou 1200; en cette charte il sera présenté comme étant le beau-frère de Jean de Lanvallei celui-ci ayant alors pour épouse la soeur de Ruellone] sera lui cité en plusieurs chartes lesquelles reprendront différents dons offerts à V.V.; il sera dit en deux de ces chartes que ce seigneur était assis en la paroisse de Broualan, paroisse située entre Dol et Combourg à 5 km seulement d'Epiniac ou de l'abbaye de V.V. Pouvons nous penser que Ruellone de Flachet, chevalier d'Hasculf de Subligny, ait  reçu la dite terre de Broualan de son épouse supposée N.de Subligny laquelle elle même devait la tenir de son propre père, Robert de Subligny ? Comment ce dernier l'obtint-il et cela parmi d'autres moult terres doloises ? Ces questions peuvent-elles renforcer l'éventualité de l'existence d'un mariage ayant uni et Robert de Subligny  et une soeur supposée de Gilduin de Dol père de Jean  II de Dol ? Comment se fit-il que bien avant qu'Henry II décide d'unir la cité doloise à ses sujets normands il y ait eu un rapprochement certain entre certains sujets normands installés au plus près de la frontière et la dite cité doloise ? Pour illustrer cette question pourquoi sous le règne d'Etienne roi d'Angleterre Robert de Subligny, alors seigneur avranchin, épousa t-il une enfant soeur de Geldouin de Dol celui-ci ayant chercher contre le duché de Normandie moult rencontres guerrières dans les grèves du Mont-Saint-Michel ? [Les liens de patenté ayant pu unir les eigneurs de Flacheio à la maison seigneuriale de Subligné sont formellement attestés et cela au sein d'une seconde charte laquelle le dit très clairement sans aucune ambiguité possible cité cette fois non William de Flacheio déjà cité ci-dessus mais notre Ruellan son père: Ego Hascumfus de Soligneio notum fario quod Ruellus de Flacheio miles meus, et cogntas dedi Abbato Veteris-ville concedent uxore et omnibus pueris suis qui Jam Loqui poterant omnia capitalis herberegia de Tehoit. Traduction : Moi, Hasculf de Subligny je fais savoir que Ruellan de Flacheio, mon chevalier et parent, a donné à l'abbaye de Vieuville; concèdent sa femme et tous leurs enfants avec eux Jean Loqui qui avait tout le "principal" d'Herberegia de Tehoit].                                                                                         Première charte Jehannes D.G Dolensis eclesie  minister humilis notum elemosinas ex. dono Oliverii Spine clericy in porrachio de Cugnen parvam decimam; ex dono Henrii de la Barre militis in parrochia de Ros Landrioc aliam parvam decimam; ex dono Thome la Bocache in parrochia de Pledihen aliam parvam; ex dono Johannis Louel aliam parvam luxta sanctum piatum; ex dono Rinellonis de Flachei in parrochia sanctu Brolardy; ex dono uxoris Gaufredi Spine filii Eudonis sororis Gaufridi Cortepie in parrochia Sanctu Marchanni paruam decimam; ex dono Menguy piscatoris parvam decimam etc. Traduction : Jean seigneur humble serviteur de l'Eglise de Dol, ces aumosnes : Don d'Olivier de l'Espine clerc en la paroisse de Guguen autre décimes; un don de Henry de la Barre chevalier en la paroisse de Roz Landrieux autres petites dîmes; un don de Thomas la Becasse [Thomas la Bocache ou la Becasse sera cité en 1223 en une charte de V.V. laquelle relatera en partie la mort de Guillaume fils de Raoul en le prieuré du pont à Dinan. Père d'Olivier 1er seigneur de Coëtquen Guillaume décédera en le prieuré du Pont. Thomas la Becasse sera témoin de la venue en le dit prieuré de l'abbé de V.V. celui-ci venant ici même en ce prieuré afin de donner le dernier saint sacrément au dit  Guillaume père du dit Olivier] de  en la parroisse de Pleudihen autre petit; un don de Jean Louel de peu d'importance en Saint-Piat; un don de Ruellan de Flachet en la paroisse de Saint-Broladre; un don de la femme de Geoffroy de l'Espine fils d'Eudonis soeur de Geoffroy de Cortepie en la paroisse de Saint-Marcan autres decimes; un don de Mainguy une partie des dîmes de ses pechêries.                                                               

    Deuxième charte : Universis, etc. Radulfus de Albineio, etc. Ego testificor William de Boterat filium Radulfus de Flacheio dedisse Abbati et conventui Saint-Michel clausturam muri et terram etc. Juxta domum Monachorum de Saint-Broladrii etc. Ipse cruce signatus erat et iter suum aggredi  properabat, et terram suam de manu Dolensis episcopi receperat et ab eo tenebat  et etatem habebat, et ut res   et ejus facta stabilitatem haberent, ejus sigillo confirmavit ; et tunc temporis non eram nisi ejus senescalus. Traduction : Pour tous etc. Raoul d'Aubigné etc. Je témoigne que William de Boterat fils de Radulfus de Flacheio a donné à l'abbé et au couvent dans le mur d'enceinte de Saint-Michel une terre etc pour la maison des moines de Saint-Broladre. Il a été signé de la Croix et pour cela s'est hâté et la terre de la main de l'évesque de Dol reçue et ayant l'âge [ayant l'âge et ayant été signé de la Croix par la main de l'évesque  de Dol, il se hâta pour aller en terre Sainte...] et pour que cette affaire soit stabilisée j'ai confirmé de mon sceau; et je n'étais pas là mais mon sénéchal. Cartulaire du Mont-Saint-Michel.                                          William "Boterat", fils ici en cette charte attesté ici de Raoul de Flacheio, sera également cité en 1226 lorsque sera établie une enquête relative aux nombres de chevaliers dû par l'évesque de Dol à l'Ost du duc de Bretagne William devant à cet Ost le nombre assez considérable de 10 chevalier lui même étant l'un de ces 10 mêmes chevaliers. Il sera ainsi cité aux côtés notamment de Pierre du Garplic alors sénéchal de Dol, de Guillaume de Lanvalai et de Jean Paisnel seigneur de Landal:...Guillelmus Borerat miles juratus dixit quod Archiepiscopus Dolensis ad defensionem Britannie debet dare decem milites Domino Comiti pro exercitu...Abbe de Coyquien idem per omnia quod Willelmus Boterat...P1 colonne 857. Traduction : ...ou Guillaume Boterat chevalier témoigne qu'il doit à l'archevêque de Dol 10 chevaliers au seigneur comte pour la défense de la Bretagne...abbé de Coëtquen de même pour tout que William de Boterat...L'abbaye de Montmorel cite elle : Normannus de Flacheio filius Willelmi de Flacheio militis . Rappelons que cette abbaye fuit fondée à Poilley en pays avranchin [à 8 km environ de Saint-Hilaire du Harcouët] en 1160 par Ruellan de Lhomme et par Jean de Subligny, Jean étant le père d'Hasculfe de Subligny seigneur de Dol; elle se verra par William de Flacheio, frère de Radulfus ou de Ruellan, s'offrir un don pour le "repos" de l'âme de Jean de Subligny  cité ci-dessus ce dernier étant présenté en la charte relatant ce don comme étant le propre oncle de William de Flacheio. William Boterat fils attesté de Radulfus de Flacheio était donc le neveu de William Flacheio frère de Radulfus et le cousin germain de Normand fils de William [pourquoi William de Boterat choisira t-il ce nom de Boterat cela au détriment du nom de son père,  "Flachéio" ? Boterat était-il le nom de sa mère ?         Faut-il repprocher ce patronyme nouveau par lui choisi à celui de sa fonction probable, celle de Bouteiller  puisque celui-ci, en 1226, semble être "possessionné" du fief bien hier des "du Bouteiller" ? William Butelarius fils de Geoffroy Buticulario, lequel William est cité en 1247, pres de vingt années après, ne pourrait-il pas être le petit-fils de William Bouterat le chevalier qui devait de son vivant 10 chevaliers à l'Ost du duc ? Cette fonction propre ici à la cité de Dol sera citée en l'année 1266 et concernera un dénommé "Geoffroy" dit "Bouteiller à Dol" et décédé au village d'Epiniac:...1266...et auda dicentibus quod religiosi habuerent a Gaufridos Buticulario dolensi milite defuncto terram in pago d'Espiniac...et ...Guillelmus Buticularius miles primogenitus Gaufridi Buticularius]. Nous rencontrons aussi dans une autre charte la présence d'un possesseur de fief  "Helie Boterat" ! William fils de Raoul de Flachéio aurait-eu t-il pour mère une enfant née Boterat ? Helie Boterat ci-dessus était-il le frère de William ou bien son beau-père ? Voici la pensée de Loïc Fisselier : Bonjour Jean Pierre. Si cela peut vous aider j'ai retrouvé ceci dans mon étude sur les du Guesclin. Guillaume Boterat, le fils de Raoul du Flachay, a probablement dû prendre le nom de sa mere supposée qui était alors une Boterat, peut-être même une fille d'Helie Boterat . Helie Boterat est le petit fils attesté de Trehan de Saint Broladre et vivait vers 1130.  Helie Bouterat n'attendit pas la maladie pour réparer ses torts. En pleine santé, assisté de ses deux fils, il vint au Mont Saint Michel et là , sur l'autel du grand archange, il renouvela la donation jadis faite par son aieul Trehan de Saint Broladre à laquelle il ajouta encore un acre de pré ( semaine religieuse de Rennes VI page 29 ) Helie Boterat vivait donc vers 1130 . L'appelation " feodum Heile Boterat " encore en cours en 1226 se rapporte donc la encore a son ancien possesseur Helie Boterat qui vivait vers 1130.

    On aurait donc la généalogie probable qui suit :

    - Ruelland du Flachay qui épouse vers 1140 N.de Subligny, fille Robert de Subligny et N. de Dol dont :

    - Raoul du Flachay qui épouse vers 1160 N. Boterat, fille d'Helie Boterat petit fils de Trehon de Saint-Broladre dont :

    - Guillaume Boterat qui épouse vers 1190 N. héritiere du fief des Pincerne ( la Fresnais ) dont : 

    - Guillaume Boterat cité en 1226 comme tenant le fief Pincerne et cité comme Guillaume Boticelarius en 1247, donc de fait comme Bouteiller de Dol ( qui prend peut être le nom de Le Bouteiller ) Cela expliquerait les biens possédés a Saint-Broladre par les du Flachay ( cette branche ayant conserve le nom du Flachay ) 

    NB : Trehon de Saint Broladre fit don d'une dime en Saint Broladre a l'abbaye du Mont Saint Michel dans un acte que je pense être à dater des environs de 1070. NB : Trehon de Saint Broladre fit don d'une dime en Saint Broladre a l'abbaye du Mont Saint Michel dans un acte que je pense être à dater des environs de 1070.

    La famille seigneurial "Pincerne" de Dol eu en autre pour enfant Olivier Pincerne lequel est cité au côté de Geoffroy Pincerne de Dol  et au côté aussi du fils de ce dernier, William, cela dans la même charte. En celle-ci il sera dit aussi que les filles d'Olivier Pincerne étaient femmes de William Bouterat et de William de Hirel.  Héritant du fief des Pincerne de Dol William Bouterat pris probablement pour femme une nièce de Geoffroy, Pincerne de Dol. En conclusion Geoffroy et Olivier Pincerne étaient probablement frère l'un de l'autre. Ex dono Oliveri filii ipsuis Pincerne quando sepultus est in sepidicta abbatia quandam decemam concedentibus filiabus ipsuis Pincern et earum maritis videlicet Willelmo Boterat et Will. de Hirel et eorum natis. Traduction : Puis le don pour Olivier Pincerne son fils quand il a été enterré en la dite abbaye suite à un décret, ont concédè cela les filles de Pincerne et leurs maris bien entendu: William Boterat et William de Hirel et leurs enfants.

    A noter aussi en le cartulaire de V.V. la présence de Jean de Flacheio; ce dernier aura pour armoiries les armoiries de Radulfus d'Aubigné et il est très probablement un parent très proche de Raoul de Flacheio

     

    Les feudataires en l'évesché de Dol au XII et XIII siècles; l'Abbaye de Vieuville

     

    Ci-dessus la confirmation que Guillaume ou William de Bouterat était bien le fils de Raoul de Flacheio [le texte ci-dessus ou ci-dessous, rédigé à la demande de Radulfus d'Albineio ou de Raoul d'Aubigné, n'a pas été extrait d'une charte originel mais de l'index du livre d'histoire de Bretagne rédigé par Guy Alexis Lobineau; Histoire de Bretagne volume 2 en la partie du volume référençant ses "preuves". L'acte en effet n'est pas du tout daté. L'acte le précédant, titre lui aussi du Mont-Saint-Michel, lui est daté de 1199. Alexis Lobineau a dû se tromper ici sur la croisade citée; il s'agit probablement de la deuxième croisade la famille Flacheio et Bouterat n'apparaissant elles qu'au XII siècle. Pour confirmer cela Radulfus d'Albineio sera aussi cité notamment dans une charte de V.V. abbaye fondée elle en 1137. Voici maintenant cet acte non daté dans sa totalité :Universis etc. R. de Albineio etc. Ego testificor W.Boterat filium R. de Flacheio dedisse Abbati et conventui S.Mich. clausturam muri et tetram  etc. juxtant domum Monachorum S. Braladrii etc. Ipse cruce signatus  erat et iter suum aggredi properabat, et terram suam de manu Dolensis Episcopi receperat et ab eo tenebat et etatem habebat et ut res  et ejus facta stabilitatem haberent, ejus sigillo confirmavit, et tunc temporis non eram nifi ejus Senescallus. Titre du Mont Saint-Michel non daté. Traduction : Pour tous etc. Raoul d'Aubigné etc. Je témoigne que William de Boterat fils de Radulfus de Flacheio a donné à l'abbé et au couvent dans le mur d'enceinte de Saint-Michel une terre etc pour la maison des moines de Saint-Broladre. Il a été signé de la Croix et pour cela s'est hâté et la terre de la main de l'évesque de Dol reçue et ayant l'âge (ayant l'âge et ayant été signé de la Croix par la main de l'évesque  de Dol, il se hâta pour aller en terre Sainte...) et pour que cette affaire soit stabilisée j'ai confirmé de mon sceau; et je n'étais pas là mais mon sénéchal]. Ci-après la charte de Veteris-ville citant Radulfus d'Albineio :Universis etc. Radulfus d'Albineio quando Jerosolymam perreri, concede m.uxore mea dedi abbatiae Veteris villae et testibus B. Le Coc; W. de Buxeio; A. de Miniac; G. Barbot; R. de Combor; E. de Listre; P. Querloel etc. Item Guigo de Combat miles, quando Jerosolymam perexit mecum, dedit tertiam partem Plaisicii filiorum G. juxta grangiam de Pirioc Traduction : Pour tous etc. Raoul d'Aubigné  quant il était à Jérusalem pour résister.M. ma femme a concédé et donné à l'abbaye de Vieuville. Les témoins: B. Le Coc; W. de Buxeio; A. de Miniac; G. Barbot; R. de Combor; E. de Listre; P. Querloel etc. De même Guy de Combat à Jérusalem pour résisté passé avec a donné un tiers de la terre de Plaisicii avec son fils G. proche de la grange de Pirioc.

     

     

    .

     

    Généalogie ci-dessous des premiers seigneurs du Guarplic proposée par monsieur Loïc Fisselier

    Télécharger « Généalogie Subligny-Garplic »

     mise à jour le 28/09/2014

     

    Télécharger « Avranches-Mortain-Gorron-arbre-second.doc »

     

     

    Quatrièmement

    Quelques preuves ou  chartes de V.V. pour les textes ci-dessusXIII siècle.

    Vers 1180. 1ère citation de la paroisse de Pleudihen et de la terre de Saint-Piat. Johannes D.G. Dolensis ecclesie minister humilis not. elemosinas etc. Ex dono Oliverii Spine clerici in parrochia de Guguen parvam decimam; ex dono Henrici de la Barre militis in parrochia in de Roz Landrioc aliam parvam decimam; ex dono Thoma la Bocache in parrochia de Pledihen aliam parvam; ex dono Johannis Loïïel aliam parvam juxta sanctum Piatum; ex dono Rinellonis de Flachei in parrochia S.Broalardi; ex dono uxoris Gaufredi Spine filii Eudonis sororis Gaufredi Cortepie in parrochia S.Marchanni parvam decimam; ex dono Mengui Piscatoris IIII parvam  decimam etc. Traduction : Jean D.G. humble ministre de l'église de Dol notifions les dons etc. Puis le don d'Olivier Spine [Olivier de l'Espine] clerc en la paroisse de Guguen autre  petite de dimes; puis un don d'Henry de la Barre, chevalier  en la paroisse de Roz Landrieux, petite dime; puis le don de Thomas la Becasse en la paroisse de Pleudihen, autre petite part; puis le don de Jean Lovel une autre petite part proche Saint-Piat; puis le don de Ruellan du Flachei en la paroisse de saint-Braladre; puis le don de la soeur de Geoffroy Spine fils d'Eudonis soeur de Geoffroy Cortepie en la paroisse de Saint-Marcan, petite dime; puis le don de Maingui Piscatoria 4 petites parts de dimes etc. 

    Vers 1180-90. Donation faite par Hugues d'Evran . Omnibus ad quod praesens scriptum pervenerit J. de Maduana salutem. Notificamus vobis quod Hugo de Ewram, miles meus dedit Abbatiae Veteris Villae, cum ibi in fine sepeliretur, unam minam frumenti, concede G.filio suo quem solum habebat haeredem. Hanc autem elemosinam, concede Gervasia uxore mea et J.filia mea. Monachis concedo. Traduction : Que tous à ceux à qui ce présent écrit parviendra Juhel de Mayenne salut. Nous vous notifions que Hugues d'Evran, mon chevalier, donne à l'abbaye de Vieuville , quant il sera interré, une mine de froment. Concede G. son fils qu'il a pour seul héritier. Maintenant cette aumosne est concédée par ma femme Gervaise [ici Gervaise de Dinan Dame de Lehon femme de Juhel de Mayenne décédée en l'année 1197]  et ma fille Jeanne. Les moines concedent. 

     

    Chartes relatives aux dimes d'Epiniac

    1257 : Donation de Geoffroy le Bouteiller vassal de Raoul d'Aubigné. Universis Christi fidelibus P.L.J.Vel audituris Radulfus de Albineio dominus de Landal salutem in domini Noveritis quod in mea presencia constitutus Guillelmus Buticularius miles primogenitus Gaufridi Buticularius pro dei amore et anime sue et antecessorum et heredum suorum salute dedit et concessi beate Marie de Veteri villa et monachis ibidem des servientibus quidquid pro pinquitatis jure et reclamationis habebat ant habere posset in omnibus acquisitionibus et elemensis quas monachi haber bant in toto feodo patris suis et aliorum antecessorum suorum et specialiter in toto illo feodo quod Gaufridus dictus Capello et herede sui de dicto patre suo tenere solebant in parrochia de espinaic.Concesois insuper eisdem monachis in puram et perpetuam elemosinam et ex tune presente cartula confirmanit omnes elemonisas que ipsis in dicto feodo amodo fient et omnes alias acquisitiones etc.presentes litteras sigillo nostro, una cum sigillo dicty Guillelmi. Datum anno Domini 1257.Traduction : A tous les Chrétiens. Ecoutez Raoul d'Aubigné seigneur de Landal, salut en le seigneur. Vous devez savoir qu'en ma présence, ensemble, William le Bouteiller [le Bouteiller est ici une "charge" ou une "fonction" laquelle à la même signification que le mot Pincerna Cette charge à Dol sera héréditaires, cela à l'image des sénéchaux de Dol, et elle est celle de l"échanson" ce dernier tenant les sceaux seigneuriaux . Ainsi que XI et XII siècle nous rencontrons souvent la même fonction tantot écrite Pincernie de Dol ou le Butellarius] chevalier, premier né de Geoffroy le Bouteiller, pour l'amour de Dieu et le salut de son âme, celles de ses ancestres et celles de ses héritiers a donné et confirmé à Sainte-Marie de Vieuville et à ses moines serviteurs, quel qu'en soit la mesure et le droit, sans se rebeller contre ce qu'il pourrait y avoir, toutes les acquisitions de son père et de ses ancestres que les moines ont obtenu initialement de son père et de ses ancestres et en particulier avec les frais [Feodo:  Frais ou Rentes féodales. Il s'agit ici des sommes d'argent annuellement perçues au seul titre des dites  "rentes féodales. Ces dernières s'appliquaient sur les droits d'inhumation, des frais de bougies, frais de passage etc. Le bénéfice de certaines de ces rentes souvent étaient en effet offertes aux prieurés ou abbayes] utilisés en la paroisse d'Epiniac que Geoffroy dit Chapelle et ses héritiers  tiennent de son dit père [ces "Chapelle"  semblent détenir en la paroisse d'Epiniac des dimes lesquelles ont été obtenues de Geoffroy le Bouteiller père de William. Toutefois ces mêmes dimes relèvent comme même de l'abbaye de Vieuville les Chapelles pour leur bien en Epiniac relevant de la dite abbaye de V.V. elle aussi construite sur la dite paroisse d'Epiniac cela faisant des 'Chapelle" des feaux de l'abbaye de V.V.] utilisés en la paroisse d'Epiniac.En plus les moines pour les pures et éternelles aumosnes présentes en cette charte ont leurs taxes assurées à partir de maintenant. Seront aussi toutes les autres acquisitions. Nous présentons cette lettre avec nos sceaux, la signature du dit Guillaume. Daté de l'année du seigneur 1257.

     

    1261 : Donation de Geoffroy le Bouteiller. Universis presentes litteras inspecturis et audituris Gaufredus le Botillier de Dol miles salutem in Duo noveni universitas nestra quod ego pro salute mea, neo non et parentum meorum dedi et concessi in puram et perpetuam elemosinam liberam ommine et quittam etc. deo et beate Marie de Veteri Villa, et monachis ibidem Deo servientibus quidquid juris possessionis etc. habebam et habere poteram quo que modo in feodo Capellani in territorio de Chesneio sito in parrochia de Spiniaco quinimo  donationem illam monachis garantizabo et defendam et ad hee omnia heredes meos volin teneri specialiter obligatos. In cujus rei testimonium etc. actum anno domini 1261traduction :  Pour tous cette présente lettre, regardez et écoutez, Geoffroy le Boutiller de Dol, chevalier, salut à Dieu et à nos neuf universités, que moi, pour mon salut et celui de mes parents donne et concède dans la pureté et l'éternité des aumosnes libres et quittes de tout; à Dieu et à la bienheureuse Marie de Vieuville  qui là servent Dieu tout le bien en ma possession que je peux avoir en taxes honoraires en le territoire de la Chesneio en la paroisse d'Epiniac; en fait don aux moines avec la garantie de pouvoir se défendre  et se tiendront à toutes ces choses mes héritiers spécifiquement à cela liés. En cela témoignent etc. Fait en l'année du seigneur 1261.  [le sceau représente un chevalier à cheval portant épée et écu]

     

    1307. Don à V.V. de Jamet le Pommier. Universis presentes litteras inspecturis et audituris ass. et senescallus Dolens off. [officialis ?] noveritis quod coram nobis in jure constitutis Jametus le Paumier spontaneus non coactus dat, concedit deo et monasterio de Veteri viola et monachis ibidem Deo deservientibus pro salute anime sue ires pecias terre in parrochia de Espiniaco sub do minio Radulfi Baderon armigeri quarum una sita est etc tenendas et possidentas a dictis religiosis et corum monasterio, et successoribus, fuit etiam in nostra presentia personaliter constituta Haisia uxor dicti Jameti cum authoritate dicti Jameti que spontanea, et non coacta confirma et ratificat donationem predictam et in primis renuntiavit coram nobils omni dotalitii etc. Anno Dni 1307. Sceau 1 : SCURIA SENESCALLI ESPICOPI SCeau 2: CONTRA.S.CURIE Traduction : Pour tous ceux qui verront et entendront cette présente lettre officielle du sénéchal de Dol sachez que devant nous Jamet le Paumier spontanément et non forcé a concédé à Dieu et au monastère de Vieuville et aux moines qui là servent Dieu, pour le salut de son âme, trois pièces de terres en la paroisse d'Epignac dont l'un est située en l'ensemble de Raoul Baderon écuyer, etc. Garderons et possèderont les dits religieux et monastères, et leurs successeurs. A été également en notre présence personnellement la nommée Hawise femme du dit Jamet  avec l'autorité du dit Jamet, spontanément et non forcée, pour confirmer et ratifier le don en le premier rapport devant tous les nobles dons Ect. Année 1307.

     

    1228. Don à abbaye du Tronchet. par Mahaud de Montserel, alors veuve de Jean Paisnel, de toute ses dimes assises en la paroisse d'Espiniac. Comment cette dernière entra-elle en possession des dites dimes de la dite paroisse d'Epiniac ? ... Ego Matildis domina de Landal vidua post decessum nobilis viri Ioannis de Paganello mariti mei, in propria etc. ligia volontate mea, do et concendo pro salute anime mea, et patris mea, et maritorum meorum, et antecessorum  et successorum et amicorum meorum, Deo et Beate Marie de Troncheto, et fratribus ibidem Deo et servientibus, et Capellano Capelle mee de Monte-Forelli, decimas totius faedi mei quas habebam  et habere poteram in tota Parochia d'Espiniac, in puram et perpetuam eleemosinas  pacifisé possidentas et habendas...Traduction : ...Moi  Mahaud dame de Landal après le décès du très noble Jehan de Paisnel mon mari, en propriété etc. De ma volonté donne et concède pour le salut de mon âme, de mon père, de mon mari, et ancestre, et successeurs et de mes amis, à Dieu et à Sainte-Marie du Tronchet et les frères qui là servent Dieu et ses serviteurs, et pour le chapelain de ma chapelle de Montfort, toutes des dîmes que je possède et que j'ai dans toute la paroisse d'Espiniac, en pures et perpétuelles aumosnes pacifistes que le détient et que je tiens...

    1258. Universis presentes litteras inspecturis. P. Le Gon [Pierre le Gouz sénéchal de Dol] armiger tune temporis senascallus Dollensis salutem en Dno. Noveritis quod coram nobis in jure constitutis Johannes dictus Chapelen recognovit se vendidisse abbaii et couventii Veteris ville totam terram et dominium et quidquid habebat in feodo ipsorum in parrochia de Espiniac, una cum dote matris sue post mortem ipsuis pro quandam summa pecunie de qua se tenuit pro pagato, hoc autem Theophania uxor dicti Johannis in jure coram  nobis ratum habuit et gratum etc; Et quia de dicta venditione per curiam domini Dolensi episcopi banna legetima fuerunt facta, et vende persolute, et omnia alia que fieri debent, secundum usum et consuetudinem patrie de venditione et emptione facta, nos de consensu presentes litteras tradidimus salvo jure domini Dolensis episcopi, sigillo senescalli Dolens. Sigillatas, datum anno Dni 1248 mense Janv.Traduction : A tous ceux qui regarderont cette présente lettre, Pierre le Gouz, écuyer, en ce temps sénéchal de Dol, salut en le Seigneur. Vous devez tous savoir qu'en notre présence, établi par la loi, que Jean dit Chapelain, a reconnu avoir vendu à l'Abbaye et couvent de Vieuville toute sa terre et son domaine qu'il a personnellement en fief en la paroisse d'Espiniac, avec la dote post-mortem de sa mère pour lui, une certaine quantité d'argent la tenant pour la diffuser. Maintenant Theophanie la femme dudit Jean ratifie en droit devant nous et remercie etc. Et par ce que la dite vente par la Cour du seigneur évesque de Dol, a été faite sous sa légitime Bannière, et vendue et payée, et que toutes les choses qui devaient êtres faites, et que la vente et l'achat ont été faits suivant l'usage et la coutume du pays, nous présentons et délivrons ces lettres de consentement, protégée du droit du seigneur évesque de Dol, le sceau du sénéchal de Dol. Rédigé en l'année du Seigneur 1258, mois de Janvier.    

     

    Les chartes relatives à Harel

    Vers 1193. Litige opposant V.V. et Jean de Lanvalei. Universis christy fidelibus capitulum ecclesie dolensis salutem. Noveritis quod Johannes de Lanualei dimisit monachis Veteris ville stannum eorumdem monachorum quam donationem  jure jurando firmavit hoc ipsum juravit Hamo cognatus ejus, et Appollonius sororius ejus, et Willelmus filius alani avunculus ejus.Chartrier de Vieuville. Traduction : Pour tous les fidèles du chapitre de l'église de Dol, Salut. Vous devez savoir que Jean de Lanvalei a libéré les moines de Vieuville. Il a donné en cadeau à ces moines de l'étain réalisant un serment. A cela a juré Hamon son parent uni par le sang etc. Appollonius son beau-frère et Guillaume fils de Alain son oncle.

    1193. Même affaire. Johannes dei gracia dolensis electus, omnibus Christi fidelibus , notum facimus Jouannem de Lanvalei terram Harelie monachis Veteris ville in perpetuam elemosina dedisse, istam vero donationem concessi ego Johannes dolensis electus, concesserunt filii et filie ejusdem, johannis de Lanvalei et heredes sui quorum nomina singulariter exprimere utile duximus, seilicet hamo filius Alani, et filii ejus, et filii Apollonii nepotes ejusdem Johannis, et alii nepotes ejus filii, seilicet sororis ejus qui Redonia habitat, actum anno ab Incarnacione dui 1193. Testes : Willelmus arche.dolensis, Hamon filius Alanii, Radulfus de Flacheio milites  et multi alii. Chartrier de Vieuville. Traduction : Jean par la Grâce de Dieu électeur de Dol [évêque de Dol], à tous les fidèles du Christ. Nous faisons savoir que Jehan de Lanvalei a donné à perpétuité ses aumosnes de la terre d'Harel aux moines de Vieuville, ont vraiment concédé ce don moi Jehan électeur de Dol, ont accordé les fils et les filles du même, Jehan de Lanvalei et ses héritiers dont nous avons singulièrement jugé utile d'exprimer les noms, à savoir Hamon fils de Alan et ses enfants et les enfants d'Apollon neveux de Jehan, et ses autres neveux de ses enfants, à savoir sa soeur qui habite Rennes. Fait en l'année 1193. Témoins : Jehan arche. de Dol, Hamon fils de Alain, Raoul de Flacheio chevalier et plusieurs autres. pag38

     

     1241. Donation de Tristan Brient. Universis Christi fidelibus presentes litteras inspecturis Willelmus decanus Dolensis salutem in duo (?) noveritis quod Trehanus Brienti et Guima uxor ejus dederunt Deo et beate Marie de Veteri Villa dimidiam miman frumenti apud Hareleretam et ad Lumniare eclesiae, vres dictos de videtu suo super hebergamento Evani fratris sui quam donationem predictam sacramento corporali firmaverunt, et habuerunt  ipsi de caritate monasteri 10 sol monete currentis unde ad requisitionem partium presentes litteras sigillarimus, actum anno gratie 1241: mense de decembri. Traduction : Pour tous les fidèles du Christ regardés cette présente lettre William doyen de Dol  salutation en ...Sachez tous que Trehan Brient et Guina sa femme [Trehan semble être l'un des descendant de "Trehan fils de Brient" lequel, seigneur de Saint-Broladre, sera cité vivant en 1075 en une charte du Mt-St-Michel. Dom Morice P1 colonne 441] ont donné à Dieu e t à la bien heureuse Marie de Vieuville [l'abbaye de Saint-Marie de Vieuville] la moitié de leurs mimes de froment en Harel et la lumière de l'église (?) ... ...sur l'hébergement de son frère et le sacre du corps préparé [le dernier Saint Sacrément] et ils ont pour la Charité donné au monastère  10 sol d'argent et à notre demande une partie de la lettre a été scellée; fait en l'année de Grace 1241.    

     

      Chartes relatives à la terre de Travel

    In quodam acto originali Hasculfi de Soligneio in quo fit mention cujus dam conventionis inter monachos V.V. et Adam de Soligneio patre suo super terram Travel quod excripsit D.Dionysius hae duo sigilla appensa sunt. Traduction :  Dans un acte originel d'Hasculfi de Soligneio dans lequel il est fait mention d'une convention entre les moines de Vieuville et Adam de Soligneio  sur les terres de son père de Travel. Deux sceaux ont été fixés écrits D.Denisia. 

    - Vers 1190. Donation de Jean de Langan à V.V. pour son gendre Thomas Spine tous deux vassaux de Jean III de Dol. Universis presentem paginam inspecturis Johannes de Dolo filius Haseulfi de Soligneio salutem. Universitati ure notificamus quod Jehannes de Langan dedit abbatie Veteris ville pro anima reposis sui filii Thome Spini quando in ladem abbatia receptus est ad sepulturam xii nummos andegavenses quos annuatim (?) recipiebat a monachis dicte abbatiede terra sua de travel concedente Michelas fratre suo et sorore sua uxore Thome Spine, et filia unica sororis. Item notificamus vobis quod Guegon de Cobar dedit predicte abbatie hebergamentum Petri le Porc in Grillahart et duo journalia terre juxta eandem villam concedentibus nepo sibus suis Roberto Gruel, Gaufrido de Millac, Rollando de Jemigon. Item notificamus quod Radulfus de Listre, et uxore ejus filia Reginaldi Cati dimisenumt (?) prefate abbatie Calumniam quam reclamabant in terra de Bremont, et habuerent de caritate monasterii XXX sols andegav. has onmes elemosinas quia de feodo meo eram et ad me pertineant liberas et quietas concedo et sigilli mei authoritate confirme. Traduction :   Pour tous regardez cette présente lettre. Jean de Dol fils d'Hasculf de Souligné salut. Pour tous notifions que Jean de Langan [cité en 1167 Jehannes  de Langan était seigneur de Lanrigan ou Langan;  cette terre, située au sud-est de Combourg, à 1 lieu environ, était l'une des enclaves de l'évesché de Dol. Jean de Langan avait pour frère Geoffroy de Langan tous ayant eu pour père Gaultier. Jean sera l'un des "maistres des forest" ou "Forestiers" de la baronnie de Combourg. Au titre de sa fonction il sera à un moment donné de sa vie en litige avec labbé de l'abbaye de Vieuville auquel il disputait ses droits de "bois" pour le chauffage de sa dite abbaye] donne à l'abbaye de Vieuville pour le repos de l'âme de son fils [son beau-frère et non son fils alors uni à sa soeur que Jean de Langant devait alors considérer comme son propre fils. Une différence d'âge de ce fait devait alors réellement "existé" entre Jean de Langan  et sa dite soeur. Nous avons ici la confirmation d'une union ayant alors unie les maisons seigneuriales de Langan ete l'Espine] Thomas Spine parce qu'il fut reçu dans sa sépulture en l'abbaye six pièces d'Anjou chaque année reçues par les moines de la dite abbaye sur la terre de Travel; à concédé cela son frère Michel et sa soeur la femme de Thomas l'Espine et la fille de son unique soeur [sa propre nièce fils du dit Thomas de l'Espine ou Thome Spine. Une autre charte de Vieuville, antèrieure à celle-là, cite au côté de Jean de Langan, toujours pour la terre de Travel, Roberti Spine et Willelmus Cati. Cette seconde charte cite elle aussi Thome Spine celui-ci donnant pour le repos de l'âme de son fils ses dimes Mellebert]. En outre nous vous informons que Guegon de Gobart à donné à la dite abbaye son hébergement à Pierre le Porc à Grillahart et deux journaux de terre du même village [le village de Travel]; pour commencer ont concédé son neveu Roger  Gruel, Geoffroy de Millac, Rolland de Jemigon. En autre notifions que Raoul de Listre [Raoul de Listré; terre assise en pays de Combourg] et sa femme fille de Réginal Cati [Réginal le Chat] ...   

    Désaccord établi entre V.V. et Adam de Subligny. Ego H.Soligné, etc. Contention quae vertebatur inter Mon, Vet.Villae et Adam de Soligneio patruum super terram de Travel ita sopita est...quam pactus est liberare contra Adam Botier, concedentibus filiis suis Johanne et Gisleberto. Item et calumniam de rubro fossato concessit. Hoc ego quia ad meum dominium pertinebat, concessi cum iselde uxore mea, et Johanne filio mea et Sig. et Adam patruus meus similiter sui authoritate firmavit. Testes Guillelmo Grimaut; Roberto de Flaovilla; Guillelmon de Kaline; Hamone Bode; Mauritio abbate de Vet.Villae etc.Traduction : Je, Hasculphe de Soligné etc. Contentieux qui existe entre le monastère de Vieuville et Adam de Soligieo mon oncle sur la terre de Travel; ainsi arrêté et réglé. Un accord fut trouvé contre Adam Botier; ont concédé à cela ses fils Jehan et Gilbert ; les accusations similaires pour le fossé rouge. Je dis cela parce que cette possession me concerne. Avec l'accord d'Iseul ma femme, et Jehan mon fils et Sig. Et de même établi avec l'autorité de mon oncle Adam. Témoins :Guillaume Grimaut; Robert de Flaville; Guillaume de Kaline; Hamon Bode; Maurice abbé de Vieuville. 

    Litige opposant V.V. et les enfants de Guillaume fils de Alain sujets de Raoul d'Aubigné. Praesentibus atque futuris etc. Radulfus de Albineio salutem. Noverit universitas vestra causam quae vertebatur inter Abbatem et Monachos de Veteris villae et filios Willelmi filii Alanii super pratis de Travidal, in curia mea fuisse terminatam etc. Item Guegon de Chobar miles dedit totum dominicum suum de Plaisiaco, concedentibus nepotibus suis filiis Hervei de Tremigon et filiis Radulfi Gruel et Hervei de Milliac. Item donum quod Willelmus de Montesorel pater uxorem meae Mahet, fecit, antequam filiam ejus haberem uxorem, concessi etc. testibus Philippo de Albeneio et Olivario fratre ejus, Gilone de Maletia, Rudolfo de Fail, Petro Querloel, Gelduino Baderon etc. Traduction : Pour le présent et le futur etc. Raoul d'Aubigné salut. Vous devez tous savoir la cause qui était entre l'abbaye et les moines de Vieuville et les enfants de Guillaume fils de Alain  sur les prés de Travidal lesquels en ma cour prirent fin etc. [Ceci laisse penser que Raoul d'Aubigné, cela en tant ue "seigneur à part entière"  "arbitra" en sa "cour seigneuriale" un litige ayant hier opposé et les enfants de Willelme fils de Alain et la dite abbaye de V.V.]. De même Guy de Chobar chevalier donna tout son domaine de Plaisiaco; concédèrent cela les neveux d'hervé de Tremigon; et les enfants de Raoul Gruel; et Hervé de Meillac. De même donna Guillaume de Montsorel le père de ma femme Mahet [Mahaud], il avait, avant sa fille une femme [cette phrase prête à confusion. Doit-on comprendre ici que Guillaume de Montsorel eu une première femme ?]  , ont concédé etc. Témoins : Philippe d'Aubigné et son frère Olivier; Gilles de Malet; Raoul du Fail; Pierre Querloel; Gilles Baderon etc [ne sont pas du tout ici cités les liens de parentés ayant pu unir Raoul d'Aubigny à Philippe et son frère Olivier tous trois nés "d'Aubigny". Raoul était-il leur frère à tous deux ?].

     

    Désaccord établi en V.V. et Jean de Langan. Universis Christis fidelibus . Ego Hasculfus de Soligneio Salutem. Noveritis quod controversia qui vertebatur inter monachos vetersi-ville et Joamem de Langan in hunc mot manquant dans l'entre page sopita est monachi possidebant quandam terram qui diciter Travel in qua Joames ...hereditario habebar annualim duodecim denarios andegavens et cum productis de...mot manquant dans l'entre page dicibat se habere cum monachis in eadem terra maritagium primogeniti filio sue auxilium ad redimendum corpus suum, ad faciendum primogenitum filium suum et alia qua miles debet habere in terra sua, quod monachi contra dicibant tandem ...mot manquant dans l'entre page consilio cum suis habito concedent sorore sua uxore Thomas Spine et matre sua Theopha renuntiavit omnibus etc.testes sum isti :G.filuis Eudonis, G. de Chobar, Hamon Catus, Theobaldus Catus militis Traduction : Pour tous les fidèles du Christ; moi Hasculf de Soligné salut. Vous devez savoir que le désaccord qui existe entre les moines de Vieuville et Jean de Langan dans ce ...mot manquant dans l'entre page a été calmé  les moines étant en possession d'une terre qui s'appelle Travel dans laquelle Jean est héréditaire de 12 deniers d'anjou et productrice ...mot manquant dans l'entre page . Il dit "posséder" avec les moines dans la même terre; cela s'est produit par le premier mariage de son fils aisné pour l'aider à affermer sa condition  et faire de son premier fils un autre chevalier qui sera en sa propre terre. Les moines ont dit qu'ils étaient contre. Enfin...mot manquant dans l'entre page j'ai discuté avec les siens, sa soeur femme de Thomas Lespine et sa mère Theopha ont renoncé à tout..J'ai ces témoins : G.Eudonis  [probablement ici Geoffroy de l'Espine 2ème du nom, fils d'Eudonis Cortepie et de Geoffroy de l'Espine 1er du nom. En effet en cette charte Thomas de l'Espine est l'oncle dut dit Geoffroy fils d'Eudonis. En une autre charte écrite il est dit de lui : Goffredus Spine filius d'Eudonis ] , G. de Chobar, Hamon le Chat, Theobalt le Chat chevaliers.

     

    Désaccord établi entre V.V. et Adam de Subligny. Presentibus et futuribus ego Hasculf de Solineo salutem. Notificamus vobis quam illa qui vertebatur monachos veteris ville et Adam de Solineio patruum meum [Patrum : père. Patrum meum : Mon père. Ou bien celui qui est considéré comme étant un " père". Hasculf 1er de Subligny est ici l'oncle de Adam et le frère de Robert de Subligny. Hasculf ici cité était pour femme Dionysius ou Denise] super qui terra vocatur Travel in hune modum sopita ise concedentibus filiis suis Jehanne et Gilberto  mot manquant fachem ese hoc testibus is his Guillelmo Gimaut,Roberto de Floaville, Guillelmo de Kal...,Hamone Bode, Mauricio abbate de Veteris ville. Traduction : Moi Hasculf de Soligné pour le présent et l'avenir vous informe que le désaccord qui était entre les moines de la Vieuville et mon oncle Adam de Soligné, sur la terre nommée Travel, a été de cette façon concédée par ses fils Johanne et  Gilbert  [mot ici manquant] . Pour servir comme témoins ont été Guillaume Grimaut, Robert de Floaville, Guillaume de Kaline, Hamone Bode, Maurice abbé de Vieuville.

    Même affaire : In quodam acto originali Hasculfi de Subligneio in quod sit mentio cujus dam conventionis inter monachos Veteris ville et Adam de Soligneio patrus suo super terram Travel quod excripsit D.Dionysius hac duo sigilla appensa sunt. Traduction : dans un acte originel d'Hasculfi de Subligny [ici Hasculf II de Subligny neveu d'Adam. Dionysius ou Denise est ici l' épouse Hasculf 1er de Subligny oncle d'Adam...] il est fait mention d'une convention [passée] entre les moines de Vieuville et Adam de Subligny son oncle sur la terre de Travel que vous avez écrit; deux sceau de D.Dionysius sont apposés.    

    Vers 1200. Vieuville et les fils de Guillaume Alain. Presentibus et futuris presentem paginam inspecturis Ego Radulfus de Albineio salutem. Notificamus vobis quod  discordia illa que vertebatur inter abbatem et monachos Veteris ville, et filios Willelmi Alanii super pratis de Travidal [abbaye de Vieuville et son bien temporel était délimité notamment par le ruisseau de Landal à l'est, à l'ouest par le ruisseau de Travidal et au sud par les actuelles landes de vieuville. Travidal était donc une terre toute proche de l'abbaye de V.I.] coram nobis in hunne modum sopita est post mortem patris suii qui aliquandia partem pratorum illorum ut monachi decebant injuste tenuerat, monachii clamorem fecerunt de Willelmo filio alterius Willelmi majore natu, et coram me diu illos querela illa ventilata est ille eterim dicebat se non tenere prata illa de me sed de Gervasis Baderon [ou Gervais Baderon. Celui-ci vers 1200 donnera à V.V. assise en Epiniac sa terre de la Ville-Herebert ainsi que la moitié des dimes relevant de cette terre. Gervais donnera aussi mais en totalité cette fois l'ensemble des dimes relevant elles de ses biens assis en la paroisse de la Boussac. Il faut noter ici aussi mais en 1141 l'existence de Gédouin Baderon lequel, fils d'Eudes Baderon, sera lui aussi donateur de la Vieuville]  suo majore natu et de electo de Dolensis, et ipsum Gervasuim predictum Willelmus in curia mea collacanit ad tuendam causam illam et quod ipse enim faceret ratum haberet. Contentio vero factas est inter me et electum Dolenseru supra prata illa ; et propter hane altercationem de medio tollendam  placuit ipso Dno electo; ut mihi loqueritur testimonium terre ad cujus dominiuni prata illa viderentur pertinere, quod et ego concessi. Postea nero die constituta accessimus ad prata illa, cum multitudine magna militum et aliorum hominum, et ibi homines denominati sub juramento dixerunt quod quicumque prata illa possideret de me tenere deberet, quia de feodo meo erant, et ad ins meum pertinebant quad vidente ... monachi ... iterum ad me accesserunt, et pertierunt prata illa sibi reddi, et eis in presentii investirii quod no lui facere nisi judicium curie mee, tandem die constituta apud labocae astuerunt multi mil et viri prudentes qui utranque partem audientes, et diu secum retractantes judicaverunt filios willelmi ad here ditatem illam non posse redire, quia in principio cause mee dominum sunm non recognonerunt, tune per judicium investiri abbatem et monachos qui ibi ad erant pratis illis jure elemosinarum in perpeturum possidentis postea vero monachi cum aliis duobus fratribus praedicti Willelmi Guidone et Johanne locuti sunt, et ut omnem suam dimitterent calumniam de caritate sua dederunt eis sese libras andegavenses, et super altare in Capella mea  de Landal manu corpooraliter prestita pratis illis penitus a brenun cianerunt . Hanc autem pacem Willelmus frater illorum major natu qui prata per judicium perdiderat concessit, et similiter manu prestita super sancta confirmavit, et sopitis omnibus querelis inter es pax confirmata est similiter filii Eudonis Baderon cognati predictorum jurenum quando sepultus est pater eorum in monasterio, hanc pacem et omnes alias elemosinas de feodo sus et de feodo ancessorum suorum abbatie concesserunt, et ut hoc ratum etc. Sigilli mei etc. Testibus  G.Priore Veteris ville ; M.monacho; G.archidiacono Dolensi; G.Barbot; R.Bardol; P.Querloel; R. de Combor.

     

     

    Chartes relatives à la paroisse de Ploeguen ou de Pleuven 

    1228. Donation faite à V.V. par Guillaume fils de Alain de Miniac. Universis Christi fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit Juhellus de Meduana Dnus Dinannii salut. Notum faire vobis quod Willelmus filius Alanii de Meniac concedente G.fratre suo  et omnibus avunculis suis pro anima patris sui assignavit et concessit monachis Veteris ville unam minam frumenti in parrochia de Ploeguen, silicet in villa de Reunbert salvo jure domini de Dinanno anno gratie 1218. Traduction : Que tous les fidèles dans le Christ  a qui ce présent écrit parviendra Juhel de Mayenne seigneur de Dinan salut [Juhel était par son union contractée avec Gervaise de Dinan, Dame de Léhon, devenu le nouveau seigneur de la seigneur de Dinan] Vous devez faire savoir que Guillaume fils de Alain de Miniac [Alain de Minac-Morvan] , concédent G.son frère et tous ses oncles, affecté pour l'âme de son père, (et) accorde aux moines de Vieuville une mine de froment en la paroisse de Ploeguen [ou Pluven dans le finistère, entre Bénodet et Cancarneau, au dessous de Quimper], à savoir en la ville de Reunbert, sauf les droits du seigneur de Dinan. Fait en l'année de Grace 1228.

     

    Chartes relatives aux rentes diverses

    Vers 1143. Conformation d'une donation faite à V.V. par Hasculf de Soligné fils d'Othoer. In nomine Hasculfus de Soligneio et uxor mea Dionysia concedimus ecclesie Veteris ville totam terram quam Herbertus Seurtarius de Landa , de arou possedebat in Rufignaieo illo die quo seculum reliquit quam concedente filio suo Jordano in oblae nem  deo sum deferendo donavit hanc autem donationem signo sancte Crueis propria manu confirmo et sigillis. Etc. Testibus Johanne de Suligneio; et Philippo de Musca et Radulfus Flomuchon etc. Traduction : En mon nom Hasculphe de Subligny et de ma femme Denisia j'accorde à l'église de Vieuville toutes les terres que Herbert Seurtarius de Landa possède au devant de Ruffigné tombant sous les jours du siècle que concède son fils Jordan apportant cette offrande à Dieu, donnant maintenant cette donation je la confirme de ma main du signe de la Sainte Croix et de mon sceau etc. Témoins : Jehan de Subligné [son propre neveu fils de Robert de Subligny] ; et Philippe de Musca et Raoul de Flomuchon etc. .

     

    1183. Changement du sceau de Hasculf de Subligny. Ego Hasculfus de Soligneio et Iseldis uxor mea filia Jehannis de Dolo universis fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit salutem in Christi. Notificamus igitur vobis nos ecclesie Veteris ville pro salute nostra et ancessorum nostrorum et successorum dedise viginti acras terre in nova Viridaria, et juxta viginti esta iria ad faciendam donum monachorum ad manendum et grangiam et ortos, et sex acras in Melidia, concedentibus filiis nostris Johanne et Radulfo in perpetuam elemosinam ab omni exatione , liberam et quietam, et totam decinam illarum 26 acras excepta annua pensione, XI minas fromenti et quoniam has elemosinam et donationes ratas esse volumus etc.... nec quemquam moneat quod ego Hasculfus alterius figure sigillum habui antequam pater meus iret in Jerosolimam videlicet cum seuto de quarteriis et monachis non obsit quod habent cartas primo et secundo sigillatas, hae autem facta sunt anno ab incarnacione Domini 1183. Sub testibus istis Lucea et Maurieio monachis, Hamone Bode, Rogerio de Ros presbiteris, Ruellan de Flacheio et Herveus de Chaorcin, militibus. Traduction : Moi Hasculf de Subligny et Isolde ma femme fille de Jean de Dol à tous les fidèles qui recevront cette présente lettre salut en le Christ. Par conséquence nous vous informons qu'à l'église de Vieuville, pour notre salut et ceux de nos prédécesseurs et successeurs que nous donnons vingt acres de terre en la nouvelle Viridaria [petit bosquet d'arbres ou jardin] par ....pour faire don aux moines pour séjourner et une grange [métairie] et pour commencer,  et six acres en Melidia; ont concédé nos fils Jean et Raoul  en perpétuité ces aumosnes à partir de toute exaction [à partir de l'ensemble des obligations], libre et tranquille, et toutes des dimes sur 26 acres y compris une pension de 11 mines de froment, et nous voulons que ces dons et ausmones soient ratifiés etc. On a conseillé que moi Hasculfus forme un autre sceau que celui que j'avais avant que mon père aille à Jérusalem avec Sento de Quarteriis  et pour ne pas aux moines interférer les premières chartes et le second sceau celui-ci a été fait en l'année de l'Incarnation du seigneur 1183. Sont témoins Luc et maurice moines, Hamon Bode, Roger de Ros prestres, Ruellan de Flacjeio et Hervé de Chaorcin  chevaliers.

     

    Vers 1190-1215 Dons divers confirmés par Pierre évesque de Saint-Malo. Universis P.D.G. Maclov.Episcopii .Not.dona, etc. Ex dono Hugonis de Ewran concedente Gaufrido unico filio suo unam minam frumenti in parrochia sancti Mevenni in terra quae dicitur Vetus-villa. Ex dono Gaufridi filii Ricardi concedente Willelmo Clerico unico filio suo duo partes terre sue concedente etiam Domino suo Gaufredo de Ewran et heredibus suis feil et Hugone et omnibus aliis. Ex dono Juhel de Medena in feodo Raginaldi de Mota etc. Ex dono Ral.de Moscon unam minam frumenti en Dinard. Ex dono Gaufredi Buticularii de Combour medietatem decime de Rouvreia concedentibus filius suis Johannes et Willelmus et duo filiab. suis et Johanne de Langan Domino sue. Ex dono Johannis de Langan alteram medietatem ejusdem decime de Rouvreia concedentibus filius suis Joh.W.Bart. et filia sua primogenita, concedente etiam Nich.fratre suo. Ex dono Roberti Spine et Willelmi Cati et Guiguonis de Herlant totam decimam suam de Tremori. Abbaye de Vieuville. Traduction : Pour tous, Pierre évesque de Saint-Maclou [Pierre fut évesque de Saint Malo en 1184 et meurt en 1218]  etc. Le don de Hugues d'Evran que concéde son unique fils Geoffroy une mine de froment en la paroisse de Saint Meven en la terre qui se nomme la Vielle ville. Le don de de Geoffroy fils de Richard que concède son fils unique William clerc deux portions de terre que concèdent son seigneur Geoffroy de Ewran et ses héritiers et Hugues et tous les autres. Le don de Juhel de Mayenne sur les frais de Ragiland Mota etc. Le don de Ral. de Moscon  une mine de froment en Dinard. Le don de Geoffroy Buticularii de Combourg la moitié des décimes du Rouvre que concèdents ses fils Jean et Guillaume et ses deux filles et Jean de Langan son seigneur. Le don de Jean de Langan en l'autre moitié des mêmes dîmes du Rouvres concedent ses fils Joh. et W. et Bart. et sa fille aisnée. Les dons de Robert Spine [Robert de l'Espine] et William le Chat et Gui de Herlant donnant toutes leurs décimes de Trémor.

    Vers 1196. Reconnaissance par Jean de Dol de dons faits par ses sujets à V.V. Omnibus, etc. Ego Johannes Domini G.Dolensis Ep. et ejusdem Ecclesiae commune capitulum.Not. Dona. etc. Ex dono W. de Vavario duo jugera cum dimidio juxta viam de Floavilla in Charruers concedente Glaio et Willemo filius suis. Ex dono H.Mahi, concedentibus Dominis suis Roberto et Herveo de Cherruers et Thomas Cortepie qui heres erat Roberti de Floavilla quia majorem filiam ejus habebat in conjugio. Ex dono Ham. la Grue XX den.de feodo Ham.de Thruan. Ex dono Will. de Miniac minam fromenti. Ex dono Pagani de Floavilla unum bussellum concedente Helia filio suo. Ex dono Rad.Spine  XII den. juxta Montem Doli. Ex dono Wil Hose qui se contulit ad conversionem in prefata Abbatia feodum W.Raher inter Mondolum et Gubeolum. Ex dono Gaufridi Pincerne Doli et Willelmi filii ejus V acras terre cum dono Gaufridi filli Hugonis concedente filio suo majore et cum dono Galterii filii Juhelli de Maresco et in parrochia de Ros Landioc. Ex dono Oliveri filii ipsuis Pincerne quando sepultus est in sepidicta abbatia quandam decemam concedentibus filiabus ipsuis Pincern et earum maritis videl. Willelmo Boterat et Will. de Hirel et eorum natis. Ex dono Mainardi de Roseleria unam plateam juxta villam Hernol concedente Hamelino de Cherruers Domino suo. Ex dono Hamonis filii Alani concedente Alano filio suo et Will. fratre suo dimidiam miman fromenti. Ex dono Jordanis filii Helie de Monteferrando plateam Rad.Potin. Ex dono W.de Albigneio VII minas et demid.frum. quas receperat à Domino Helculso de Solignieo pro pace sua quam fecerat cum eo, concendentibus filii suis Radulfo et Willelmo. Ex dono Hervei Mercenarii ... in parochia. Ex dono Gaufredi Cortepie unum pratum. Et ex dono sororis ipsuis Gaufridi uxoris videl-icet.Gaudri Spine parvam decimam in alneto in parochia de la Bochac. Ex dono Ivonis de Jallia duas partes decime de Haleria concedente Yvone de Monasterii nepote suo qui heres ipsuis erat. Ex dono Will.Abbatis et filiorum ejus tria jornalia ad Mezerais. Ex dono Will.Thome de Ponte-Guerrad V sol in parochia de Cuguien. Ex dono Thome Spine suam decimam de Melleberg quando filius ejus sepultus est in abbatia. Ex dono Gaufredi filli Hugonis Spine decimam de Plaisitio. Ex dono Helie filii Gaufredi suam decimam de Copinne concedente Gaufr.Diabolo de cujus feodo erat. Ex dono Gaufr.Barbot et junioris ipsuis videl-icet Gaufredi Frobaut et Will.Anglici suam decimam Roureria. Ex dono Johannis Regis concedente filio suo Rettel suam decimam de Ultra-Bidon. Et Rollandus de Tremigon sim, concessit suam de Tomen. Traduction  Pour tous etc. Moi Jean seigneur de Dol et du Chapitre de la même église. Les dons : Le don de William du Vivier deux acres et demi à côté du chemin de Floaville en Cherrueix, concèdent cela Glaio et William son fils. Puis le don de H.Mahi, concèdent cela Robert son seigneur, et Hervé de Cherrueix et Thomas Courtepie héritier de Robert de Floaville par sa fille majeur son épouse. Puis le don de Ham. de la Grue 20 deniers de taxes sur Ham. de Thruan. Puis le don de William de Miniac mines de froment. Puis le don de  Payen de Floaville un boisseau que concède son fils Heli. Puis le don de Raoul de l'Espine 12 deniers proches du Mont-Dol.Puis le don de William Hose qui s'est converti et établi en l'abbaye précitée, frais W.Raher entre le Mont-Dol et Gubeolum. Puis le don de Geoffroy, Pincerne de Dol, et de William son fils, 5 acres de terre avec le don de Geoffroy fils de Hugo, concède cela son fils aisné, et avec le don de Gaultier  fils de Juhel de Maresco et en la paroisse de Roz-Landrieux. Puis le don pour Olivier Pincerne son fils quand il a été enterré en la dite abbaye suite à un décret, ont concédè cela les filles de Pincerne et leurs maris il semble: William Boterat et William de Hirel et leurs enfants. Puis le don de Mainard de Roseleria 1 chemin proche le village d'Hernol concède cela sons seigneur Hamelin de Cherrueix. Puis le don de hamon fils de Alain concèdent cela Alain son fils et William son frère l'autre moitié de la mime de froment. Puis le don de Jordain fils de Helie de Montferrant chemin Rad.Potin. puis le don de William d'Aubigny 7 mimes et demie de froment qu'il avait reçu du seigneur Hasculfe de Subligny pour sa propre paix qu'il avait fait avec lui, ont concédé cela ses fils Raoul et William. Puis le don d'Hervé Mercenaire en la parroise de...Puis le don de Geoffroy Courtepie une prairie. Puis le don de la soeur de Geoffroy femme de Geoffroy de l'Espine une petite dime à Alneto en la paroisse de la Bochac [Boussac]. Puis le don de Yves de la Jaille deux petites dimes de Haleria concède cela Yves du Monastère son petit-fils qui était aussi héritier. Puis le don de William l'Abbé et ses fils 3 journaux au Mezeray.                    

    1180. Don de Geoffroy Garplic. Compositio facta inter Monachos veteris Villae et Gaufridum Waglip super quadam mina frumenti, quam compositionem G.Pincerna Doli Dominus suus confirmavit et Guillelmus filius ejus qui jam miles erat. MCLXXX. Traduction :  Composition faite entre les moines de Vieuville et Geoffroy Waglip sur une mine de froment, composition [compositionem : complément d'objet direct] qu'a confirmé  G.Pincerna de Dol son  seigneur et Guillaume son fils qui était déjà soldat. 1180 [je pense que ici Guillaume est le fils de Geoffroy Waglip et non de G.Pincerna. Ce dernier en effet donne son accord en tant que "seigneur de Geoffroy Waglip"; pour faire cela le Boutiller de Dol n'avait en effet, cela en tant que seigneur de Geoffroy Waglip,  nullement besoin de l'accord de son fils éventuel présumé. Pourquoi celui-ci d'ailleurs aurait-il donné son accord ? Par contre il me semble en effet plus logique de penser que le fils de Geoffroy Waglip ait dû lui donner son acceptation et cela en tant "qu'héritier" de son père lequel ici compose avec les moines de vieuville]. 

    Vers 1180. Omnibus sancte matris ecclesie filiis presentem cartulam inspecturis H. de Soligneio Dnus/  comburnii salutem in domini vobis inno seat,  pro salute anime mee et Ysoldis uxoris meee et antecessorum nostrum; Johannis videlicet dolensi Domini mei eujus filiam predictam Yeldem habeo uxorem et matris mee Aalis; abbatie Veteris Ville et monachis, me dedisse in viridaria in terra que dicitur Rabies, quatuor acras terre ab omni exactione liberas et quietas excepto quod abbas coposiam pitanicam de pane albo et vino et piseibus die constituta de proprio facies convertii illius locis pro salute anime mee et predicte Ysoldis uxore mea etc. hoc donum quia et ratum et incomensum et sine contradictione mansuram in perpetum . Volo sigilli mei et concedente Yselde uxore mee ad ejus speitabit (?) patrimonium donum  et concentibus filiis meis Johannes et radulfus et Geoffroy. Sub testibus his : Daniele Hospitali; Luca monacho; Robert de Floaville; Gaufredus Curtapica et multis aliis: Johanne de Hirel.Traduction : A tous les fils présents dans la Sainte Mère Eglise qui verront cette charte Hasculf de Subligny seigneur de Combourg salut en le Seigneur qui nous montre la Place, pour le salut de mon âme et [celles] d'Ysolde ma femme et [celles] de nos ancestres. Johannes mon fils seigneur de Dol; la dite Ysolde la femme que j'ai; et ma mère Alice, [à] l'abbaye de Vieuville je donne dans un jardin une terre appelée Rabies, quatre acres de terre, sans exaction, libres et tranquilles excepté que les moines devront pitances aux convers constituée de pain blanc, de vin, et poissons et visages propres en ce lieu pour le salut de mon  âme et de la dicte Ysolde ma femme etc. Ce don est ratifié et inconensum (?) et en permanence sans contradiction et opposition à perpétuité;  je le veux de mon sceau et concède Ysolde ma femme...don de son patrimoine, et concède mes fils Johannes et Raoul et Geoffroy. Sont témoins : Daniele de l'Hospital; Luca moine; Robert de Floaville; Geoffroy Courtepie et plusieurs autres; Johanne de Hirel.

    Guillaume d'Espine. Reconnaissance des dons faits hier par sa famille. Omnibus ad quos present scriptum pervenerit Guillelmus Spina filium Hamonis Spina salutem, notum fairo quod confirmo omnia dona faita abbatis Veteris ville silicet  ex dono patris mei ex dono Willelmi fratre mei quam precipata abbati ad sepulturam receptus ese, ex dono matris mei has ...elemosinas liberas pri sati ecclesia concedo concedent filio nostro Alani et concedentibus neptibus notris filiabus ...Willelmi fratris nostri.Traduction : A tous eux à qui ce présent écrit parviendra Guillaume d'Espine fils de Hamon d'Espine salut [Il s'agit ici de Guillaume de L'Espine lequel prendra pour épouse une enfant née d'Alain de Dol Sénéchal. D'ailleurs leur fils à tous deux se prénommera comme son grand-père; Alain. Il existe une très forte probabilité que Guillaume par son union "héritera" de la charge de la "sénéchaussée de Dol". Nous rencontrons en effet dans un acte rédigé peu après 1189, année de la troisième croisade,  un "Guillaume de l'Espine  sénéchal de Dol"]. Il est juste que je soutienne tous les dons qui sont à l'Abbaye de Vieuville qui sont les dons de mon père, les autres dons de mon frère William qui précipitamment a été reçu, servi et inhumé à l'Abbaye puis les dons de ma mère en aumosnes libres premier ensemble de l'église. J'accepte les attributions de notre fils Alain, ceux de nos neveux et ceux des filles de notre frère William. 

     1212. Donation de Geoffroy de Fougères. Universis Christi fidelibus presentes inspecturis. Gaufridus Filicer domini  [Geoffroy de Fougères  père de Raoul] etc. noveritis universi me dedisse et hae carta mea in param et perpetuam elemosina confirmasse pro sa ente etc. monachis de veteri villa viginti mimas fromenti in molendino meo de Marcille [la motte féodale de Marcillé poste militaire avancé  premier castel de Fougères] ammatine reddendas in festo Sancti Remigi, unde unus monachus presbiter habeat neussa via qui pro me et ancessoribus meis uigiter divina celebrare tene atur etc. quo ut perpetuam ob...firmitatem, id litteris adnotari et sigilli mei feci muninime roborari, actum est hoc anno a nativitate Domini 1212. Traduction : Pour tous les fidèles en le Christ qui liront cette présente, Geoffroy de Fougères seigneur etc. sachez que j'ai donné dans une de mes chartes et confirmé pour la perpétuite des aumosnes pour qu'elles soient etc. aux moines de Vieuville vingt miles de froment sur mon moulin de Marcillé à percevoir à la fête de Saint-Rémi de sorte que nous ayons un moine-prestre moi et mes ancestres tenus de celebrer le contact divin pour la perpetuité. Cette lettre  recommandée est renforcée par mon sceau; écrit après la nativité du Seigneur en 1212.

    1212. Don par Geoffroy Filicer du moulin de Marcillé [Canton d'Antrain, arrondissement de Fougères]. Universis Christi fidelibus presences impecturis. Gaufrudis Filicer dominis etc. Noveritis Universi me dedisse et hac carta mea in puram et perpetuam elemosina confirmasse prosalute etc. Monachis de Vetiri villa vignti minas frumenti in molendine meo de Marcille amuati reddendas in festo Sancti Remigii, unde unus monachus presbiter habeat necessaria qui pro me et ancessoribus meis jugiter divina celebrare teneatur etc. Quod ut perpetuam obtineat firmitatem, id litteras adnotari, et sigilli mei feei munimine robarari, actum est hoc anno a nativitate Domini 1212. Traduction : Pour tous les fidèles du Christ qui regarderons cette présente Geoffroy Filicer, seigneur, je donne et par ma charte je confirme en pures et éternelles ausmones pour le salut etc, aux moines de Vieuville vingt mines de froments annuels en mon moulin de Marcille à donner à la fête de Saint Rémi. Ainsi un prêtre moine pour moi et mes ancestres devra nécessairement célébrer et tenir le Divin annuel etc. Afin d'obtenir une fermeté durable [à ce "contrat"] cette lettre est enregistré, renforcée  et protégée de ma sceau . Fait en l'année 1212 de la nativité de Dieu.

    1241. Don à V.V. de Hodecart et de Guillaume de Breineulluy. Universis Christi fidelibus presentes litteras inspecturis officialis curis dolensis salutem in Deo. Noveritis universis quod Willelmus de Breineulluy et Hodecart uxore ejus  dederunt  et concesserum in puram et perpetuam eleemosinam Deo et beate Marie de Veteri villa et monachis etc. Quid quid juris ipsi habebant et habere poteram in feodo eorumdem monachorum, et super sacrosancta juraverunt dicti Willelmus et Hodecart quod in dicto feodo nihil de cetero reclamarunt etc. Actum anno domini 1241 mense 7 bri. Traduction : Pour tous les fidèles du Christ qui verront cette lettre officielle de la Cour de Dol, salut en Dieu. Vous devez tous savoir que Guillaume de Breineulluy et Hodecart sa femme ont donné et concédé en pure et éternelles aumosnes à Dieu et à la bienheureuse Marie de Vieuville et aux moines etc. tout ce que de droit ils pouvaient avoir de rentes aux mêmes moines, et ont juré sur le Sacré les dits Guillaume et Hodecart que les dites rentes pour le reste ne seront jamais réclamées etc. Fait en l'année du seigneur 1241, mois 7 bri.

    1242. Donation à V.V de Evan la Barbe époux d'Hodecart. Universis presentes litteras inspecturis officialis Curie Dolensis salutem in Deo. Noveritis quod Evanus la Barbe et Hodecart uxor ejus dederent Deo et beate Marie de Veteri villa et monachis ibidem Deo servientibus in puram et perpetuam elemosinam super feodo quod idem Evanus tenet de isdem monachis supradictis unum quartergium frumenti, propter quod habuerunt de Caritate monasterii triginta solid. actum anno domini 1242 mense martis. Traduction : Pour tous ceux qui verront cette lettre officielle de la Cour de Dol, salut en Dieu. Vous devez savoir que Evan le Barbe et Hodecart sa femme ont donné à Dieu et à la Bien heureuse Marie de Vieuville et à ses moines qui là servent Dieu, en pures et éternelles aumosnes, sur le rentes que le dit Evan détient, aux mêmes moines mentionnés ci-dessus, un quart de redevance de froment, 30 sols pour la charité du monastère. Fait en l'année du Seigneur 1242, mois de Mars.

    1252. Don de Geoffroy de Porcoiz. Notum sit quod Gofridus de Porcoiz de assensu Willelmi de Porçoiz sui primogenit dedi Deo et beate Marie de Veteri ville et monachis ibidem  Deo servientibus pro salute animi sui liberam onmino et quietam ab omni tallis consuetudine et exactione Robertum fabrum  et Josannam filiam Petri  cum toto tenemento quod de ipso tenebant actum  anno Dieu 1252. Traduction :Que l'on sache que Geoffroy de Porcoiz a consenti que William son frère aisné donne à Dieu et à Sainte-Marie de Vieuville et à ses moines ici servant Dieu , pour le Salut de son âme, librement à tous et en tranquilité, tel que le veut la coustume et l'extraction, Robert Sable et Josée Sabre fille de Pierre Sabre époux du dit Robert avec l'ensemble de la tenue de sa maison. Année de Dieu 1252 [il ne s'agit point ici de la "rétrocession" de personnes ou de la "vente" d'une ou de personnes. Il s'agit probablement ici d'un don concernant les "revenus financiers" que ces personnes "ramenaient" annuellement du dit Geoffrot et non pas d'une forme "d'esclavagisme"]

    1266.Don à V.V. de Pierre Benaty.  Universis presentes litteras inspecturis, et audituris archid. de Dol. Salutem in Deo, noveritis quod coram nobis personaliter constituti Petrus Benayt, et Guillelmus ejus filius primogenitus recognonerunt se vendidise religiosis viris abbati et conventui Veteris ville quid quid juris et possessionis habebant aut habere poterant in toto feodo et domini dictorum religiosorum ex parte dicti Perri datum anno 1266. Traduction :  Pour tous ceux qui verront et écouteront cette lettre, archidiacre de Dol. Salut en Dieu. Sachez que devant nous personnellement nommé, Pierre Banayt et Guillaume son fils aisné ont reconnu avoir vendu aux hommes religieux de l'abbaye et couvent de Vieuville ce que du droit et de la possession ils ont dans l'ensemble de leurs rentes; et au dits religieux la parti du dit Pierre; daté de l'année 1266.

     

       Chartes relatives à la métairie ou ferme de Philippe

    Presentibus et futuris hujus testiminio declaramus quod Evanius filius Manescher dum moreretur  dedit ecclesie de Veteris villa pro salute anime sue, in perpetuam mosinam liberam  et quietam dimidiam villam Pellipa riorum quam in suum tenebat dominium. Hanc autem donationem concessorum  sorores et nepotes sui filii seilicet Radulfi de Brolio qui morienti presentes astabant ceterum ne donum hoc demiceps (?) eujus quam maligintate irritum firet ego Hasculfus de Solinneio sigilli mei authoritate confirmavi. Facta est autem hoc donationem aput Comburt in dono Roberti de Gaya sub testibus his Bricio, Roberto le Chat capellanis, Adam de Solinneio, Thoma de Kibriac, Roberto de Gaia, et uxore ejus Ganchero, Galtero Reburs, Russello Mimo, Stephano, Henrico monachis Veteris ville et aliis pluribus.

     

      Chartes relatives à la terre de Languenan

    Vers 1270-1280. Universis Christi Fidelibus ad quos presens sciptum pervenerit Stephanus Goion salutem. Notum sit vobis quod ego et Lucia uxor mea pro salute animarum nostrarum, et amicorum nostrorom, et pro salute animarum filiorum  nostrorum Guigonis et Gaufredi dedimus abbatie sancte Marie de Veteris villa, in puram elemosina unam minam fromenti in decima nostra de Langanan, concedentibus filiis Alano, Stephano, Johanne et quia hanc donationem ratam et inconcussam in perpetuum volo conservari sigilli mei authoritate fecii muniri. Traduction : A tous les fidèles du Christ auquels cette présente lettre parviendra Etienne Goyon [Etienne II Goyon nait vers 1220-12230, seigneur de Languenan et petit fils semble t-il de Etienne 1er Gouyon seigneur de la Roche-Goyon et de Plevenon ici cité. Etienne 1er du nom, ici concerné, semble donc posséder de son vivant déjà certaines des terres en Languenan; né probablement lui vers 1170-1180 Etienne aura pour famme Lucia ou Luce de Matignon fille de Denis seigneur de Matignon. D'Etienne 1er Goion  sortira la famille seigneuriale de Goyon de Matignon. Son fils successeur à la seigneurie de la Roche-Goyon semble avoir été Hugues. Ici en cette charte sont cependant cités trois autres de ses enfants; à savoir Guy, Geoffroy et Alain. Ce don se fera avec l'acceptation des enfants du dit Alain, Etienne II et Jean Goyon.  Languenan, proche de Dinan, est né d'un détachement des paroisses de Corseul et de Ploubalay] salut. Qu'il soit su de vous que moi et ma femme Lucia, pour le salut de nos âmes, et celles de nos amis,et pour le salut des âmes de nos fils Guy et Geoffroy, donnons à l'abbaye de Saint-Marie de Vieuville en pures aumosnes une mine de froment en nos dîmes de Languenan, ont concédé les fils d'Alain, Etienne et Jehan, et pour que ce don ratifié soit en perpétuité inébranlable voulant qu'il soit respecté du sceau de mon autorité je l'ai fais protégé.

     

     Chartes relatives à la terre de Truel

    1196. Don de Alain Botier à V.V. sur ses terres de Truel. universis sancti  matris ecclesiae situs ad quos present scriptum pervenerit Jehanne de Solineio salutem Notificamus vobis quod Adam Boter miles meus pro salute sua dedit abbati Veteris Ville decidam de Truel et ex hoc dono investiri domum illam per librum quem posuit super altare Dei genitricis maria in anno ab incarnatione dei 1196 present abbate M.Gaufrido Tabernario et Guigon de Cobar et multi aliis.  Hoc etiam volumus sub silencio prectevicis  quod eadem eadem die Guigon de Cobar dedi dominicum suam de Plaisiaeo concedentibus nepotibus suis  filis Radulfi Gruel et filio Hervei de Millac et filio Hervei de Tremigon. Traduction : Pour tous à qui le présent écrit est fait au nom de la Sainte Mère de l'Eglise Jean de Subligny  [Jean III de Dol] salut. Nous vous informons que Adam Botier, chevalier, pour mon bien être a donné à l'abbaye de Vieuville ses dimes de Truel et ce don comprend la maison et cela a été mis sur le livre de Marie Mère de Dieu en l'année de l'incarnation de notre seigneur 1196. Présents l'abbé M.Geoffroy Tabernario et Guigon de Cobar et bien autres. Ceci afin de vouloir garder la paix le même Guigon de Cobar a donné ce dimanche son octroi de Plaisiaeo à ses petits enfants fils de Raoul Gruel et au fils de Hervé de Miniac et au fils de Hervé de Tremigon. Ecrit en marge: Concède Pétronille sa femme. 

     

     Chartes relatives à la paroisse de Cherrueix

    1244. Donation à V.V. de Noga de Cherrueix femme de Guillaume de Rufier avec l'aval de Jean de Farcy. Universis Christi fidelibus p.L.J.Noga de Charruier uxor Guillelmi de Rufier militis salutem in Domino noveritis quod cum Willelmus de Charruiers quondam miles pro salute anime sue dedisset Deo et beate Marie de Veteris villa, et monachis ibidem Deo servientibus in puram et perpetuam elemosinam dimidiam minam frumenti annui redditus, et Thomas de Chantegrue miles filius ejusdem  Guillelmi eandem donationem gratam habens et ratam pro eadem dimidia mina frumenti dedisset eisdem monachis et concessisset totum illum campum quem Willelmus Laurentii de illo tenebat situm juxta hebergamentum Johannis Farci ...et ille campus ad meum dominium pertineret, ut ejusdem eleemosime ego et heredes mei essemus participes, ego dictum campum concessi eisdem  monachis habendum liberrime datum anno Dominii 1244. Mense maii. Traduction : Pour tous les fidèles du Christ P.L.J. Noga de Cherrueix femme de Guillaume de Ruffier, chevalier, salut dans le Seigneur, sachez que Guillaume de Cherrueix a autrefois pour la salut de son âme donné à Dieu et à la Bienheureuse Sainte-Marie de Vieuville, et aux moines qui là servent Dieu  en pures et perpétuelles aumosnes  une demie-livre de froment annuelle et Thomas de Chantegrue chevalier, fils de Guillaume, a agréablement fait le même don, et de la même quantité d'une demie livre de froment donnée aux les moines; et ont tout concédé cela Guillaume Laurent qui est en la place située proche de l'hébergement tenu par Jean de Farcy...et cette place relève de ma possession [ici il semble que s'est Jean de Farcy qui parle...] de sorte que moi et mes héritiers participons à ces aumosnes; moi je donne cette dite place aux mêmes moines; avoir été affranchie en l'année du Seigneur 1244, au mois de mai.

     

     Chartes relative à Paluel

    Vers 1180. Don à V.V. de Galan de Paluel. Omnibus ad quos presens scriptum pervenerit. Ego Hasculfus de Soligneio salutem. Noverit unniversitas quod Galan homo meus de Paluel dedit monasteri Veteris-Ville unam acram terre juxta domum suam de Bella Insula; concedente Willelmo filio suo et omnibus aliis. Et habuit de caritate monasteri 4e livras andegavenses quod ego hasculfus qui a de feodo meo erat concessi concedente Yselde uxore mea et sigilli etc. Traduction : A tous ceux à qui ce présent écrit parviendra. Moi Hasculf de Subligny salut. Que tous sachent que Galan mon homme de Paluel donne au monastère de Vieuville un acre de terre proche de sa maison de Belle-Isle. Concède son fils William et tous les autres. Et avec charité au monastère 4 livres d'Angers que moi Hasculf donne sur mes frais [ici sur mes rentes, sur mon propre argent... Comme tant d'autres terres ici proches de la mer moult terres relevaient de la seigneurie de Dol et donc, en la fin du XII siècle, d'Hasculphe de Subligny. Certaines terres doloises journellement  inondables et offertes à l'abbaye de Vieuville seront en bordure de la mer travaillées qu plus près celle-ci et transformées en "terre-verte"  ou "prés salés", Il en ira ainsi, proche de Belle-Isle, pour la terre de Paluel laquelle, alors grand damier géographique, étaient le bien de différents seigneurs tous relevant de la seigneurie de Dol. Les Galan de Paluel, les Farcy ou les Le Mercier de Pontorson seront ainsi en la fin du XII siècle ici même et côte à côte possesseurs de terres nouvelles s'étirant ainsi entre Pontorson et la paroisse d'Hirel proche de Dol. Certaines verdières elles seront définitivement arrachées à la mer et transformées en "jardin" cela comme les deux acres de terre et la vergée de jardin, hier "verdières, qui furent en 1197 offert à V.V. par Geoffroy Farcy.], concède Ysolde ma femme et signé.
    Bonjour jean-Pierre. Quelque chose cloche .En 1196 Geffroy Farcy fait don de sa dime pres de Belle Isle en Palluel . Il n'est donc pas encore saisi . Les saisies ne proviennent donc pas de la rebellion de 1173 . D'ailleurs Galan de Palluel ne figure pas au nombre des rebelles de 1173 , contrairement a Geffroy Farcy , pere de Geffroy Farcy qui fit la donation de 1196  . Les saisies de Galan de Palluel et Geffroy Farcy , fils , 
    ont donc ete faites lorqu'ils ont suivi le parti Anglais avec leur seigneur Hasculphe de Subligny en 1204 LOIC

    Vers 1180. Donation à V.V. de dimes de Paluel par Hervé le Mercier de Pontorson. Fr.M. dietus abbas Veteris ville notum Herveus Le Mercier de Pontorson dedit abbatie Veteris ville, concedente Juliana uxore sua, et filiis suis omnibus, Gaufridus et Hasculfus et Matheus  in perpetuam eleemosinam ab omni excatione liberam tres minas fromentii in terra sua le Palluel etc. nos nera concessimus  in ecclesia ura in perpetuum unam Capellaniam etc. Data deest. Traduction : Fr. Maurice abbé de Vieuville notons que Hervé Le Mercier de Pontorson donne à l'abbaye de Vieuville. Ont concédé Julianna sa femme et tous ses fils Geoffroy, Hasculf et Mathieu, à perpéuité, des ausmones libres de toutes exaction et trois mines de froment en sa terre de Paluel etc. Nous avons accordé à l'église à perpétuite une aumosnerie etc. Date fait défaut.    

    1180-90. Don de Geoffroy Farsy homme de Paluel. Ego. H. de Soligneio etc. Noveritis quod Gaufridus Farsy homo meu de Paluel dedit abbatie de Veteris-Villae duas acras terrae et unam virgeiam in Virideria veteri ante domum Monachorum de Bellainsulla, concedente filio suo Daniele Clericulo et fratre ejus majore nomine Willelme, et tribus sororibus Iva, Marguerita, Johanna et erarum maritis; tali conditione quod monachi ei de propriis sumptibus necessaria providebunt, victum videlicet et vestitum, et tradent eum Doctoribus ad erudiendum, donec ad intelligibilem etatem perveniat, scilicet XVIII annorum qua fieri possit monachus si velit etc. Hoc ego et Yseldis uxor mea concessimus. Actum anno ab Incarn.Dom. MCXCVI.mense Junuarii. Testes Mauricio Abbate Veteris-Villae; Auberto de Floavilla; Johanne de Hirel; Galan de Paluel militibus.Traduction : Moi Hasculf de Subligny etc. Sachez que Geoffroy Farcy mon homme de Paluel a donné à l'abbaye de Vieuville deux acres de terres et son personnel en le vieux Viriderian avant la maison des moines de Belle-Isle; concede son fils Daniel, clerc, et son frère majeur nommé William et ses trois soeurs Yva, Marguerite et Jeanne et les maitres de maisons leurs maris,  à la condition que les moines sur leur propre fond fournissent le nécessaire pour la nouriture et le vêtement et les remetttent à la formation des médecins jusqu'à qu'elles atteignent l'âge de 18 ans si cela peut être fait etc. Ce que moi et ma femme Ysolde concedent. Fait en l'année de l'Incarnation de Dieu 1196 mois de Janvier. Témoins : Maurice abbé de Vieuville; Robert de Floaville; Jean de Hirel; Galan de Paluel chevaliers.

    Vers 1180. Donation à V.V. par Hasculf de Soligny de deux chemins à Paluel et toute une terre de Belle-Isle tous trois détenus par Hervé Clausit. Omnibus sancte ecclesie filiis presentibus et futuris Hasculfus de Soligneio salutem in Christi; notum sit vobis quod ego Hasculfus de Soligneio dedi monachis Veteris villa in perpetuam liberam et quietam, concedente Yselde uxore mea, et fillis Johanne et Radulfp totam terram Herveus Mercerarius tenebat deme in magna nova Viridaria et totam terram quam Robertus Taon habebat in aedem viridaria, nec non et totam terram quam idem Herveus Clausit in Bella Insula, et duas plateas in Paluel has omnes tradiderum mo/ predicto Herveo jure hereditario tenebas sub anno 5 sol andeg/ in festivitate sancti Michaelis, veruni ut hae rata demii er firma permaneant scripto commendari et sigilli etc. Testibus his : Pincerna de Dol; Gaufrido Spina; Garn/  monacho montis sancti Michaelis; Gaufrido Corrigiaro etc.  Traduction : A tous les fils de la Sainte-Eglise présents et futurs Hasculf de Subligny salut. Je fais savoir pourquoi moi, Hasculf de Subligny, je donne aux moines de Vieuville, à perpétuité, les ausmones libres et tranquilles. Accepte ma femme Yseul et mes fils Jean et Raoul. [A savoir :] Toute la terre que Hervé Mercerarius tenait otée en le nouveau grand Jardin et toute la terre que Robert Taon tenait en la maison du Jardin ainsi que l'ensemble de toute la terre que de même tenait Hervé Clausit à Belle-Isle et deux chemins en Paluel tous livrés. Plus Hervé dit qu'il tient [cela] par droit d'hérédité rescencé dans l'année pour 5 sols d'Angers [à donné] à la Saint-Michel. Cela [cette présente donation faite par hasculfus] a été ratifié et garentie et restera fermement recommandé par écrit et scellé. Témoins sont : Le Pincerne de Dol; Geoffroy de l'Espine; Garnier moine du mont-Saint-Michel; Geoffroy Corrigario etc.

    - Vers 1180-1190. Don de froments en Paluel offerts à V.V. par Guillaume d'Aubigné. Presentibus et futuris ad quos presens scriptum pervenerit. Noveris universitas vestra quod ego Willelmus de Albigneio dedi abbatia Veteris ville quatros minas frumenti et dimidreim in Paluel de meo frumento quod reciperam a dno Hasculfo de Soligneio per pacem et concordiam quam feceram cum duo filiis mei Radulfus et Willelmus et Staphanus fratre meus,Testibis : M.Abbat; Stephans de Albeneio; Bartholomeo Gallo; Petro Quesloet;Normano de Verdun; B. Le Cor; G.de Maleira; G. de Boxei. Traduction : Pour le présent et l'avenir, à tous ceux à qui le présent écrit parviendra vous devez tous savoir que moi Guillaume d'Aubigné [Fils probable de Guillaume d'Aubigné lequel lui est cité en l'année 1151 puis en celle de 1162 lorsque Guillaume de Viré fera une donation à l'abbaye de Savigny] j'ai donné à l'abbaye de Vieuville quatre mines et demi de mes froments de Paluel que je reçu du seigneur  Hasculfus de Subligny pour la paix et l'armonie avec mes enfants Raoul et Guillaume et mon frère Etienne . Sont témoins : M. abbé [Maurice alors abbé de V.V.]; Etienne d'Aubigny [le dit frère du dit Guillaume d'Aubigné. Ce dernier sera le père de Raoul d'Aubigny le futur époux de Mahaud de Montsorel laquelle, à la mort de son deuxième mari, notre dit Raoul, prendra pour troisième époux Jean Paisnel celui-ci de ce fait devenant le nouveau seigneur de Landal. Cet acte est ici important puisqu'il confirme qu'il existait alors un très fort "désaccord" lequel opposait  Guillaume d'Aubigné à Hasculf de Subligny seigneur de Dol. Ce désaccord à la lecture de ces actes fut donc "réglé" par une "location" de 100 livres d'Angers et une terre à Paluel pour le tout Guillaume prêtant à Jean fils d'Hasculf  "hommage vassalique". Voir la seconde charte ci-dessous. Jean-Pierre. Les oncles de Matilde de Subligny qui sont à Jersey sont Thomas Paynel et Hasculphe Paynel (oncles par alliance du fait que Jean Paynel s'est marie vers 1223 a Matilde de Montsorel ) , et Olivier d'Aubigny et Philippe d'aubigny , gouverneur de Guernesey des 1207 puis gouverneur de toutes les iles et amiral des cinq ports des 1212 jusqu'à 1222 où il part pour la croisade avec son frere Raoul d'Aubigny seigneur de Landal. Loïc Fisselier le 22/07/2014]; Barthelemy Gallo; Pierre Queslot; Norman de Verdun; B. Le Cor; G. de Maleria; G. de Boxei.

    Vers 1180-1190. Même acte que ci-dessus mais plus complet dans sa donation. Presentibus et futuris ad quos presens scriptum pervenerit. Guillelmus de Albigneio salutem. Noverit universitas nestra quod ego Guillelmus pro salute anime mee et ancessorum meorum, et pro properitate heredum dedi abbatie Veteris ville in perpetuam elemosinam liberam ommine et quietam quatuor minas fromentii, et dimidiam in Paluel de meo frumento qd| acceperam a Dno Hasculfo de Soligneio per pacem et concordiam quam feceram cum eo de magnis querelis que erant inter me et ipsum, dedi etiam videm abbatie  quatuor acras terre in medietaria  Frechore justa Carmuer pater enim meus longe ante dederat partem alteram Canonicis Dolensibus hanc autem elemosinam  medietaria dedi ad luminare magnii altaris lampadis, has elemosinas liberas ommine, et quietus concesserunt duo filii mei Radulfus et Guillelmus et Stephanis fratre meus, monachi vera concesserunt mihi in eadem abbatia unam Capellaniam in perpetum. Testibus his M.abbate et conventu ejusdem abbatie, Stephano de Soligneio, Bartholomeo Gallo, Petro Querloel et multis aliis, hoc autem quia ratum volui sigilli mei etc. Traduction : Pour le présent et le futur, à tous ceux à qui cette présente lettre parviendra. Guillaume d'Aubigné salut. Vous devez tous savoir que moi Guillaume pour le salut de mon äme, et celles de mes ancestres, et pour la prospérité de mes enfants, ai donné à l'abbaye de Vieuville en perpétuelles ausmones toutes libres et tranquilles, quatre mines de froment, et la moitié en Paluel de mes froments qu'accepte le seigneur Hasculf de Subligny pour la paix et l'harmonie que j'ai fais avec lui pour les plaintes qui étaient entre lui et moi; j'ai aussi donné à l'abbaye quatre acres de terre en la métairie de la Freschaie à côté de Carmuer que mon père avait depuis longtemps, donné autre chose au Canonique de Dol, maintenant avec l'ausmone de la métairie j'ai donné un grand autel pour allumer la Lampe, en aumosnes libres de tout, et ont tranquillement concédés mes deux fils Raoul et Guillaume et Etienne mon frère , aux moines j'ai vraiment accordé en la même abbaye une chapellenie à perpétuité. Sont témoin M. l'abbé et la communauté de l'abbaye, Etienne d'Aubigné [son frère] Barthelémy Gallo, Pierre Querloel et plusieurs autres ; maintenant j'ai voulu ratifié de mon sceau etc.

     1196. Don de Geoffroy de Farcy à V.V. en présence de Galan de Paluel. Universis notum sit quod Gaufridus Farsi homo Hasculfi de Soligneio dedit abbatia de Veteris ville duas acras quod donum confirmavit Hasculfus de Soligneio et  Yseldis uxore sua. Actum est hoc anno 1196 mense januarii sub testimus istis M.abbat Veteris ville, Luca et Nicholas monachis; Hasculfus de Soligneio, Robertus de Floavilla, Johanne de Hirel militibus, Matheo Genart, Galan de Paluel, V. filio Robertii et multi aliis. Traduction : Que tous sache que Geofroy de Farcy homme de Hasculf de Subligny a donné à l'abbaye de Vieuville deux acres, que ce don fut confirmé par Hasculf de Subligny et sa femme Isolde. Fait en l'année 1196 au mois de Janvier. Furents témoins: Maurice .abbé de Vieuville; Luc et Nicolas moines; Hasculf de Soligné; Robert de Floaville; Jean de Hirel chevalier; Mathieu Genart; Galan de Paluel; V. fils de Robert et plusieurs autres.

    1214. Belle-Isle et Paluel; Don de Jean III de Dol. Omnibus ad quod pervenerit presens scriptem. Ego Joannes de Dol dominus de Combor, salutem. Notum vobis fairo quod dedi abbatia veteris ville;  concedent uxore mea  Alienor et omnibus heredibus mei qui tene poterant cumes terras quas possidem in grangia suo de Bella Insula, terras quas habent de Galan de Paluel et de Gaufrido Farsi. Facta  est heic conclusio  et confirmatio anno ab incarnatione Dei 1214 mense april. Traduction : A tous ceux à qui le présent écrit parviendra; moi Jean de Dol, seigneur de Combourg, salut. Vous devez savoir que j'ai donné  à l'abbaye de Vieuville. Ont concédé [A tout cela ont concédé] Alienor ma femme et tous mes héritiers qui pourraient détenir toutes les terres en leur grange de Belle-Isle,  terres que avaient [qu'avaient; qu'ont possédé..La dite "grange de Belle-isle était située proche de Paluel terre seigneuriale de Galan Paluel. Après avoir été en conflit avec Guillaume d'Aubigné  Hasculf  de Subligny, père  de Jean III de Dol, donnera à Guillaume d'Aubigné, cela probablement après 1196, une rente annuelle constitutée de 100 sols monnaie d'Angers et de quatre mines et demie de froment le tout à prendre sur les revenus de la dite "Grange de Belle-Isle"; Guillaume pour cela y ira de son "hommage rendu" au dit Jean III de Dol ] Galan de Paluel et Geoffroy Farcy; ce fait a été conclu et confirmé en l'année de l'Incarnation de Dieu 1214, mois d'avril. [Jean de Dol semble ici offrir à V.V. le "revenu" de certains biens hier possédés par ses parents ou ancestres, biens ayant été avant en la "possession" et de Galan de Paluel et de Geoffroy Farcy. Comment ces biens "Paluel-Fary ont-ils été recueillis par Jean III de Dol ? Vassal d'Hasculf de Subligny en 1196 Galan de Paluel offrira à l'abbaye de V.V. une acre relevant de sa terre de Paluel; pour faire ce don il lui faudra les consentements respectifs d'Hasculf de Subligny et de sa femme Isolde de Dol, ainsi que ceux de leurs enfants Jean, Raoul et Geffroy ces derniers étant en tant que "suzerains" de Galan seigneurs de cette terre même si ce dernier en était le "possesseur" en titre.  Jean de Dol enfant arrière-petit-fils de "Robert de Subligny" , possesseur réel à son tour de ces terres, les a t-il reçu par voix de successions ou par "droit de vassalité" ? Dans le premier cas ces héritages viennent-ils de l'épouse présumée de Robert de Subligny ou bien de la grand-père inconnue à ce jour de Jean III de Dol, épouse de Jean de Subligny ? Robert de Dol prit-il pour épouse une enfant née de Jean 1er de Dol soeur de Geldouin ? Y a t-il pu y avoir à l'inverse une confiscation de ces terres cela au profit de Jean III de Dol ? Seigneurs normands sortis de la terre proche de Creuilly, en l'actuelle région du Calvados, comment les seigneurs de Fqrcy entrèrent-ils en possession et de la terre de Paluel et de la terre de Belle-Ile ? Geoffroy eut-il un ancestre proche, son père ou son aieul peut-être,  ayant pu prendre lui aussi pour épouse une enfant née en la famille de Subligny ?   Cet acte ici n'est point la confirmation des dons fait hier à V.V. par Galan Paluel et Geoffroy Farcy. Ici il s'agit bel et bien de la confirmation des donations de dons fait hier  par Jean de Dol à V.V., biens hier en la dite possession des Galan-Farcy]

    Bonjour Jean Pierre
    Dans ce cas je ne vois qu'une explication possible . Galan de Palluel et Geffroy Farcy étaient juveigneurs d'ainé d'Hasculphe de Subligny sur leurs heritages de Palluel (juveigneur d'ainé terme désignant un enfant puisné par rapport à son frère aîné. Geoffroy Farcy ci-dessus, dont le nom de l'épouse reste toujours inconnu aujourd'hui, eu pour enfants attestés deux garçons et trois filles. Ainsi Iva, Marguerite et Jeanne prendront respectivement pour époux trois seigneurs souvent rencontrés en les chartes de V.V. Yva sera unie elle à Aubert ou Robert de Floaville; Marguerite elle à Jean de Hirel et Jeanne à Galan de Paluel en la charte ci-dessus rencontré ce dernier étant de ce fait le propre gendre de Geoffroy 1er du nom. Celui-ci vers 1204 semble se voir "prendre" sa terre dite de Paluel. Les prénoms des garçons seront Guillaume et Geoffroy ici deuxième du nom. Loïc pour expliquer la possession des terres déposées entre les mains de Geoffroy Farcy 1er du nom donne pour explication que l'aïeul présumé de celui-ci, Hugues, aurait pris pour épouse une présumée Mathilde de Subligny enfant née en cette famille  et fille probable de Robert de Subligny. Il est vrai ici que les chartes peuvent manquer pour confirmer cette supposition. Mais alors comment expliquer la possession de ces terres doloises déposées entre les mains de Geoffroy farcy père de Yva, Marguerite et Jeanne Farcy ? Et si il y  avait une telle charte ? Notum sit omnibus futuris et praesentibus quod Robert de Suligneio de assensu et voluntate Johannis filii sui donavit Matillidi filiae suoe in maritagio cum Hugone Farsi triginta acras terrae apud Capellam. Postea vero praedicta  Matillis dedit ecclesiae loci ad usus fabricae ejusdem duas acras proedictae terrae, praedictis Robertus, Johannes et Hugone praesentibus et confirmantibus. Traduction : Qu'il soit connu de tous pour l'avenir et le présent que Robert de Subligny avec l'assentiment et la velonté de Jean son fils, pour le mariage de sa fille Mathilde avec Hugues Farcy, a donné 30 acres de terres à la Chapelle [ou la Chapelle-Heuzebroc l'actuelle commune de Guilberville proche de Torigny] . Plus tard la dite Mathilde a donné à l'église la jouissance de son atelier, 2 acres de terres précitées. Les dits Robert, Johannes et Hugues, présents, confirment.Page 111 image 136 sur 602   Nous voyons très bien ici l'intérêt de l'étude des chartes et de la transmission des terres seigneuriales. Cette dite "transmission" permet effectivement d'émettre certaines suppositions jusqu' alors jamais faites et de commencer à lever ainsi certains voiles jamais soulevés. A la lecture de cette charte les seigneurs de farcy sont ainsi entrés en possession de leurs terres doloise cela par le mariage ayant été établi entre Hugues Farcy et Mathilde fille attestée de Robert de Subligny]. Donc Jean de Subligny dit "fils de Robert" a bien hérité d'une grosse partie du nord est de la seigneurie de Dol-Combourg laquelle passera par succession à Hasculphe de Subligny  son fils. Hasculphe de Subligny son fils, deuxième du nom,  prit le parti des Anglais dès 1203 apres avoir épousé Iseult de Dol en 1173; il abandonnera ensuite tout son heritage hérité de son père en pays Dolois à son fils Jean III de Dol  cela en plus de l'heritage d'Iseult de Dol son épouse fille de Jean II de Dol . Ses juveigneurs d'aines, Geffroy de Farcy et Jean de Palluel, ont suivis leur seigneur lige avec Jean sans terre , sans doute parce qu'ils avaient aussi des biens en Angleterre . Jean III de Dol a donc saisi leurs biens en Palluel , en quelque sorte là aussi pour félonie . 
    Mais il est tout à fait vraisemblable aussi que Agnès de Subligny ait hérité de tous les biens en pays dolois de son pere Jean de Subligny, fils de Robert, et les ait apporté par mariage à Geffroy Waiglip si celle-ci est bel et bien l'épouse de ce dernier . Son petit fils Pierre du Guarplic aurait donc hérité du chateau de Gaugray et du "nord est" de la seigneurie de Dol . Ses juveigneurs d'aines d'Hasculf de Subligny, Jean de Palluel et Geffroy Farcy, auraient pris en 1204 le parti de Pierre du Guarplic, leur seigneur lige , en se mettant du côté anglais . Dans ce cas Gervaise de Dinan aurait saisi tout la plus grande partie des biens de Pierre du Guarplic relevant d'elle et Jean de Dol aurait saisi les biens de Pierre du Guarplic relevant de lui , tout cela pour cause de felonie . Ensuite Jean  III de Dol fait les donations sur la grange de Palluel citées ci-dessus en cette charte. Il est vrai qu'on ne trouve plus de famille "du Farcy" ni "de Palluel " apres 1203 dans le pays Dolois . On aurait donc les de Hirel , de Floaville et du Flachay favorables au roi de France des 1203 et les de Farcy , du Guarplic et de Palluel du cote Anglais qui eux furent saisis dans leurs propres biens dolois. Loïc Fisselier.

    1242. Don à V.V. par Jean de Dol de toutes rentes feodales aplicables en la paroisse de Paluel Johannes de Dol  dominus de Combournii salutem in Domini. Noveritis quod ego pro salute anime mea, et Alienor uxoris mee, concedente hoc eadem alienor dedi et concessi monastechi Veteris ville omnia dona que possident in feodo meo in parrochia de Paluel. Datum anno gratie 1242. Traduction : Jean de Dol seigneur de Combourg salut en le Seigneur. Sachez que moi pour le salut de mon âme et celle d'Alienor ma femme concède ce que Alienor a donné au monastère de Vieuville, tous les dons que je possédais en mes rentes en la paroisse de Paluel. Fait en l'année de grâce 1242.

     
    Chartes relatives à la terre de la Ville Alent

    Vers 1190. Donation à V.V. par Guillaume de Montsorel de la terre de Ville-Alent et de son étang de Landal. ...Guilllelmus de Mont-Sorel filius Johannes, filii Geldoini, dat abbatiae Monachis Veretis villae de terra sua de Villa Alent, ad augmentum stagni sui super Landal, concedente patre suo Ianne adhuc vivente, qui ei illa terram dederat, et filia sua Matheït iam pridem marito viduata, Roberto Abbate teste : Zacharia patruo dicti Guillelmi, et multis aliis testibus...Traduction : Guillaume de Montsorel fils de Jean fils de Gilduin, donne à l'abbaye de Vieuville sa terre de Villa Alent [en l'actuelle paroisse de la Boussac] augmentée de son étang de Landal; concède son père Jean encore en vie lequel lui avait donné cette terre et Mahaut sa fille veuve depuis longtemps de son premier mari; Robert abbé. Témoins : Zacharie oncle de Guillaume; et plusieurs autres témoins...

    Vers 1190. Confirmation apr Raoul d'Aubigné des donations faites hier par Guillaume de Montsorel père de sa femme Mahaud. Guillelmus de Mont-sorel pater uxoris mea antequam filiam ejus haberem uxorem, dederat de terra sua de Villa-Alent etc. Has omnes donationes et alias tam de dominico quam de feudo meo tempore meo factas volente et annuente Mahet uxore mea, per quam terram possidebam, concedo et confirmo. his testibus : Guillelmo Canonici de Fulgerii, etc... Traduction :  Guillaume de Montsorel père de ma femme, avant fille de sa femme, donna sa terre de Villa-Alent. A tous les dons et autres du maitre, que mes rentes actuelles que j'ai volontairement fais, ma femme Mahaut a consenti; pour cette terre que je possédais j'ai consenti et confirmé. Témoins: Guillaume chanoine de Fougères etc.

    1247. Anno domini milesimo ducentesimo quadragesimo septimo, Stephanus Episcopus Dolensis citatus per Comitem Britanniae ut redderet dicto Comitis milites quos debet iidem Comiti de excercitu, fetit citare coram se milites illes qui debebant pro Episcopo in festo Assumptionis beatae Mariae. Et Radulphus de Albigneio dominus de Landal, qui tune non erat miles, praesentavit  pro se et domino Episcopo duos milites etc. Traduction : Année du Seigneur mil deux cent quarente sept, Etienne évêque de Dol cité par le comte de Bretagne pour qu'il paie au dit comte des chevaliers qui doivent servir le dit comte pour que soient cités les chevaliers que doit l'Evêque à la fête de l'Assomption de Sainte-Marie. Et Raoul d'Aubigné seigneur de Landal, qui n'avait pas un soldat, s'est présenté en son nom et le seigneur Evêque deux chevaliers etc...

     Vers 1198. Désaccord entre Hasculf de Subligny et Guillaume d'Aubigné. Omnibus Chri. fidelibus ad quos presens scriptum pervenerit ego Hasculfus de Soligneio et Yseldis uxore mea salutem. notrem fieri volumus quod Dno Willelme de Albineio amico et fideli nostro per pacem et concordiam fecimus cum eo de omnibus querelis qui inter nos et ipsum erant assignavimus centum solidatas redditu, de quod redditu Dno Joannes de Albineio homagium feiri  Joanni filio meo coram multis tam monachis quam Clericus. Traduction :  Pour tous les fidèles dans le Christ et à qui ce présent écrit parviendra moi Hasculph de Subligny et Isolde ma femme notre salut. Nous souhaitons qu'à notre fidèle et ami seigneur Guillaume d'Aubigné, pour les disputes entre nous , pour la paix et l'armonie que nous voulons, que lui soit affectées 100 livres de location; pour la [pour cette location que l'hommage...] location que l'hommage soit fait à mon fils Jean. En présence de nombres moines. Le clerc.

     

    Chartes relatives à la terre de Plaisir ou de Plaisiaco

    Idem ci-dessus. Praesentibus atque futuris etc. Radulfus de Albineio salutem. Noverit universitas vestra causam quae vertebatur inter Abbatem et Monachos de Veteris villae et filios Willelmi filii Alanii super pratis de Travidal, in curia mea fuisse terminatam etc. Item Guegon de Chobar miles dedit totum dominicum suum de Plaisiaco, concedentibus nepotibus suis filiis Hervei de Tremigon et filiis Radulfi Gruel et Hervei de Milliac. Item donum quod Willelmus de Montesorel pater uxorem meae Mahet, fecit, antequam filiam ejus haberem uxorem, concessi etc. testibus Philippo de Albeneio et Olivario fratre ejus, Gilone de Maletia, Rudolfo de Fail, Petro Querloel, Gelduino Baderon etc. Traduction : Pour le présent et le futur etc. Raoul d'Aubigné salut. Vous devez tous savoir la cause qui était entre l'abbaye et les moines de Vieuville et les enfants de Guillaume fils de Alain  sur les prés de Travidal lesquels en ma cour prirent fin etc. [Ceci laisse penser que Raoul d'Aubigné, cela en tant ue "seigneur à part entière"  "arbitra" en sa "cour seigneuriale" un litige ayant hier opposé et les enfants de Willelme fils de Alain et la dite abbaye de V.V.]. De même Guy de Chobar chevalier donna tout son domaine de Plaisiaco; concédèrent cela les neveux d'hervé de Tremigon; et les enfants de Raoul Gruel; et Hervé de Meillac. De même donna Guillaume de Montsorel le père de ma femme Mahet [Mahaud], il avait, avant sa fille une femme [cette phrase prête à confusion. Doit-on comprendre ici que Guillaume de Montsorel eu une première femme ?]  , ont concédé etc. Témoins : Philippe d'Aubigné et son frère Olivier; Gilles de Malet; Raoul du Fail; Pierre Querloel; Gilles Baderon etc [ne sont pas du tout ici cités les liens de parentés ayant pu unir Raoul d'Aubigny à Philippe et son frère Olivier tous trois nés "d'Aubigny". Raoul était-il leur frère à tous deux ?].

    Vers 1202Don de Raoul d'Aubigné époux de Mahaud ou de Mathilde de Montsorel. Universis ad quos present scriptum pervenerii ego Radulfus de Albineio salutem in Chris prasentibus et futuris notum scieri volo quod ego quando jerosolimam perrexi concedent M. uxore mea pro animarum  nostrarum salute dedi abbatia veteris ville qua in feodo et antecessorum meorum . Se deint  testes his : B.le Cot; W.de Bux; A.de Miniac; G.Barbot; R.de Combour chevaliers; E.de Listre; S.Kerloel et aliis plu.  Ihm vobis notifico quod Guigon de Combar miles quando Jerosolimam merum dedi abbatia tertiam partem Plaisirii. Omnibus ad quo praesent scriptam pervenerit Gaufridus Spina Doli senescaluii. Traduction : Pour tous ceux à qui ce présent écrit parviendra moi Radulfus d'Aubigné salut dans le Christ présent. Lorsque j'irai à Jérusalem je veux connaitre le présent et le futur immédiat; ma femme pour le salut de mon âme reconnait à l'abbaye de Vieuville les rentes et celles de mes ancestres. Il y eu ensuite ces témoins: B.le Cot; W.de Bux; A.de Miniac; G.Barbot; R.de Combour chevaliers; E.de Listre; S.Kerloel et plsieurs autres. Par cette tractation nous vous informons que Guy de Combar,  chevalier, quand il est allé à Jerusalem a donné à l'abbaye la troisième partie de Plaisir. Chacun d'eux prêt à écrire ce qui arrive;  Geoffroy de l'Espine sénéchal de Dol. [Raoul à la lecture de cette charte semble participer en 1202 à la quatrième croisade laquelle se déroula de 1202 à 1204. De son union avec Mathilde naitra Raoul II d'Aubigné lequel lui est nommément cité en 1247. Veuve de Raoul père de Raoul Mahaud en 1228, alors veuve, versera à l'abbaye du Tronchet toutes les dimes en sa possession assises en la paroisse d'Espiniac].

    Avant 1190. Don de Guy de Chobar partant pour la troisième croisade. Universitas. Christi fid. ego Guigo de Chobar accepi crucem ab.abbate Vateris villae ut irem Jerosolymam, et in procinctu itineris vocavi eum apud Lanhelon et dedi tertiam partem Plaificii quae me attingebat, concedentibus filiis sororum meatum Gaufrudo de Millac; Rollandus de Tremigon; Roberto Gruel; quia nullum alium habeban haeredem. Traduction : Pour tous les fidèles du Christ moi, Guy de Chobar [Guy de Chobar ci-dessus] accepte de prendre la Croix de l'abbaye de Vieuville à Jérusalem, et me préparant appelé dans ce voyage en Lanhelon [en Lanhelin] j'ai donné un tiers de Plaificii [Plaisiaco ci-dessus ou la terre du Plessis en Lanhelin] ce qui me toucha [?]; ont concédé les enfants de ma soeur conduits de Geoffroy de Meillac; Rolland de Tremigon [Fils probable de Hervelin de Tremigon lequel est cité vers l'année 1160 dans différents dons] ; Robert Gruel n'ayant pas d'autres héritiers. [l'ensemble de ces derniers semble tous devoir êtres communément "héritiers" par le "sang" de Guy de Chobar].

     

     Chartes relatives aux rentes à la Chapelle de Nazarie

    Vers 1170. Don à V.V. des dimes de la Chapelle de Nazarie appartenant à Olivier de Plouguenast. Praesentibus et futuris notum facimus quod Olivarius de Ploigonoit concedente uxore sua Aaliz filia Petevini dedit Monachis V.V. decimam Capellae Nazariae, terrae illius scilicet quam tunc temporis possidebant, sicut continetur in Carta Johannis de Dolo, antequam praedictus Olivarius haberet heredem de praef. Aaliz, Habuit autem heredem postea Gaufridum nomine qui ad mortem matris suae  in Castello de Comborn coram Yfelde fillia Johannis de Dolo uxore H.de Solign. et coram Adam de Solign. nutritio ejus donum illud quod pater ejus et mater antea dederant concessit. Testibus his Roberto Carbon et Gaufrido Docet Laïcis. Notificamus iterum quod Olivarius de Maglechat dedit eisdem Monachis cum iret Jerosolimam minam unam frumenti quam possidebat ex dono Hasculfi de Soligneio concedente filio suo majore Hasculfo nomine. etc. Testibus his Hamone Bode. Gaufrido Spina.Adam de Solineio et Unfrido filio ejus.           Traduction : Pour le présent et le futur nous faisons savoir qu'Olivier de Pleugueneuc concéde de sa femme Alice fille de Petevini donnant aux moines de Vieuville les dimes de la chapelle de Nazarie, ainsi qu'elle étaient contenues dans la charte de Jean de Dol avant que le dit olivier en ait hérité d'Alice. Or il eut après un héritier, nommé Geoffroy à la mort de sa mère en le chateau de Combourg, en présence de Yseuld fille de Jean de Dol femme d’Hasculf de Subligny
    et en présence d’Adam de Soligné son tuteur. Il donna ce que ses pere et mere avant avaient donné et concédé. Temoins sont Robert Carbon et Geaoffroy Docet, laics. Nous notifions encore que Olivier de Maglechat donna aux mêmes moines quand il est allé à Jerusalem une mine de froment qu'il possédait d'un don d'Hasculf de Subligny concédé par son fils majeur nommé Hasculf etc. Témoins sont Hamon Bode; Geoffroy de l'Espine; Adam de Soligné et Unfrido son fils.
    Titre de l'abbaye de Vieuville. 

     

     

    Chartes relatives aux rentes de la paroisse de Roz sur Couesnon

    Vers 1240. Confirmation d'une rente établie par Geoffroy, Gilduin et Geoffroy Farcy. De Ros sur Coisnon. Notum sit omnibus hanc paginam visuris quod ego Johannes de Sulineio ratam habui venditionem  quam fecit Gaufridus Jodoin Gaufrido Farcy  armigero de tribus jugeris terrae, sittis in parrochia de Ros supra Coysnum juxta tenementum Radulfi de Maresco sicut in carta quam inde fecerunt amplius determinatur. Actum est hoc Sanctum Marcannum et sigillo meo sillatum. Traduction : Qu'il soit su par tous ceux qui verront cette page que Jean de Subligny a ratifier les ventes faites par Geoffroy, Gilduin et Geoffroy Farcy, 3 écuyers réguliers en mes terres,  situés en la paroisse de Roz sur Couesnon, proche de la tenure de Raoul des Marais, comme cela fut déterminé dans la charte qu'ils ont fait. Terminé à Saint-Marcan.

     

     Chartes relatives à la terre d'Ansgoteriam 

    Les feudataires en l'évesché de Dol au XII et XIII siècles; l'Abbaye de Vieuville

     

    XIII siècle. Après 1224   Pierre du Guesclin. Omnibus ad quos pervenerit presens scriptem. Ego Petrus de Gaclip salutem. Notum facim vobis quod William Blanchet pro salutem aie sue et antecessorum suorum heredibus concedentibus suis dedit et concessit Abbatiae Veteris villae in puram et perpetuam elemosinam duo jugera terrae juxta Ansgoteriam pred ecessorum W. (Willam Banchet) et heredibus suis concedentibus hanc a elemosinam qua de feodo meo erat ut stabilis permaneret sigilli mei munimine roborani sub testibus his Gaufrido priore Veteris villae et Guillelmus filio Brientii etc.  Traduction : A tous ceux qui percevront ce présent écrit.Moi Pierre du Gaclip salut. Je vais vous dire que William Blanchet pour son salut et les héritiers de ses prédécesseurs avec consentement a donné et accordé à l'Abbaye de Vieuville en pures et perpétuelles ausmones deux acres de terre proche d'Ansgoteriam (biens; mot qui semble ici devoir manqué) des prédécesseurs de William et ont consenti ses héritiers . Cette ausmone est ma rente (rente ou taxe qu'il semble ici restituer) qui restera stable par la protection renforcée de mon sceau. Les témoins : Geoffroy prieur de Vieuville et Guillaume fils de Brient etc. [Pierre du Guesclin semble ici faire amende honorable par une personne interposée laquelle semble relever de sa première autorité. Ainsi Pierre paie ses erreur en donnant à Vieuville un bien "foncier" possédé par Wiliam Blanchet son féal sujet lui aussi en faute. William pris probablement parti pour Pierre puisque ce don sera fait pour la "sauvegarde" de son propre salut ainsi que de celle des héritiers de ses prédécesseurs.]

    Autre charte concernant la même "punition". Omnibus, etc. Ego, Petrus de Garclip concessit donum duorum jugerum terrae juxta Ansgoteriam [l'actuel lieu dit nommé aujourd'hui Langotière] quod fecit abbatiae Veteris villae W.Blanchet, quia  de feodo meo errant. Traduction : Pour tous. Moi Pierre de Garclip accorde le don de deux hectares de terre proche d'Ansgoteria que fit Willelme Blanchet à l'abbaye de Vieuville pour les frais de nos erreurs. 

    Bonjour Jean Pierre. Comme vous pouvez le voir la félonie semble être systématiquement suivie de la saisie des terres . On ne trouve plus trace de Pierre d'Aubigny oncle et neveu d'Olivier d'Aubigny , dni de Thomas Paynel ni de Philippe de Carteret dans le pays de Dol après 1204 , alors que par leur ancestre Mathilde de Montsorel ils auraient dû avoir ici même des héritages. Geffroy Farcy et Gallan de Palluel ont donc vraisemblablement tous deux été saisi pour félonie . Seul Pierre du Guesclin se soumettra en 1224 mais il ne récupèrera cependant qu'une petite partie de ses seigneuries .

    Analyse sur les Iles Anglo Normandes   Il apparait qu’Adam de Hereford ( + 1213 ), ancien amiral, Pierre  du Guarplic et son frère Bernard du Guarplic  aient été particulièrement tous trois impliqués dans l’organisation du débarquement Anglais en Poulet de 1205 , qui fut infructueux mais qui permit des 1205 l’installation des Anglais au Guarplic et le renforcement de la forteresse . Les Anglais y resteront jusqu'à 1209 .Ils eurent encore un rôle primordial dans la reprise de Jersey et des iles Anglo - Normande  en 07/1206 puis jusqu’en 1224 a l’organisation militaire et la défense des Iles Anglo Normandes . Les "du Guesclin" et leurs grand oncle , Hasculphe de Subligny seigneur de Dol , et les descendants des d"e Montsorel" , seigneurs de Landal , tels Pierre d’Aubigny  et Olivier d’Aubigny, oncle et neveu , Philippe de Carteret et Thomas Paisnel eurent pour le compte des Anglais des rôles militaires et maritimes  de tout premier plan dans les Iles Anglo Normandes . Loïc Fisselier.

    Re-bonjour Jean Pierre
    En consultant le livre " Brittany and the Angevins " page 60 de Keats Rohan il apparait par ma déduction que les terres de Geffroy Farcy et Gallan de Palluel furent saisies apres leur rebellion et leur capture à la tour de Dol, en 1173 . Le seigneur en " curia Regis " de Dol Combourg , Jean de Subligny , semble être fidèle a Henry II d'Angleterre mais une partie de ses vassaux s'est revoltée; Geffroy Farcy au moins tenait donc bien ses terres de sa mere Mathilde de Subligny . Gallan de Palluel appartenait quant à lui déjà à une famille implantée à Palluel .On est donc à présent certain que au moins les biens de Roz sur Couesnon proviennent de Mathilde de Subligny . Hugues Farcy et Mathilde de Subligny auraient donc eu plusieurs fils . Jean de Dol était considéré comme étant le fondateur de Palluel et en était le principal seigneur . Cela conforte encore l'idee que Mathilde de Subligny est bien née "fille de N de Dol" , juveigneur d'ainée du seigneur de Dol Combourg . La donation d'un prieuré à Palluel à Montmorel faite par Jean de Subligny confirme que lui aussi a hérité à Roz sur Couesnon . C'est juste apres 1173 qu'a du avoir lieu le mariage de Hasculphe de Subligny avec Iseult de Dol ( ce que disent d'autres genealogistes ) et que Hasculphe devient definitivement seigneur de Dol . Votre traduction signifie donc bien que Geffroy Farcy et Galan de Palluel ont eu leurs terres de Palluel saisies pour felonie et qu'au moins celles ci ne leurs furent jamnais rendues .Loïc Fisselier

     

    Charte relative à la paroisse de Bagar ou de Baguer-Morvan

     Vers 1180-1190. Litige opposant V.V. à Guillaume Jordan et Ruellan Baudouin. Omnibus Christi fidelibus presentem paginam inspecturis P.dei gratia S.Maclovi Episcopus, et Willelmus abbas de Troncheti et P.S. Maclouvi archidiacomus a Dno Papa delegati salutem et dilectionem, noveri universitas vestras nos confirmasse authoritate D.P. abbati et monachis de Veteris ville possessionem terre in parrochia de Bagar per judicium curie dri dolensis ostence, et tres solidos de redditibus terre quos seilicet Willelmus Jordan et Ruellonus Baudoin per duem annos post mortem Willelmi de Pontegeroart [ou Guillaume de Pont-Gerouard.lequel en effet donnera 5 sous en Guguen à V.V. Fils de Thomas il faut le rattacher à Thomas lequel, père de Hamon et de Alain pui prendra épouse en la famille seigneuriale des Baderon. Dom Morice P1 colonne 666. Thomas père de Guillaume semble être le même Thomas père des dits Hamon et Alain. La seigneurie de Pont-Gerard était assise sur la limite de Carfantin et de Epiniac cette paroisse ayant en ses terres possédée une chapellenie dite de Pont-Gerard] a possessione dicte terre videlicet  a Guillelmo Parembert receperunt sicut probatum est in nostra Curia apud Combor per testes ligetimos monachorum presente predicto Willelmo Jordan et Ruellono  Baudoin et predicta authoritate illos omnes excom municarimus qui predictam possessionem presumpserint perturbar presertim Willelmum Jordan et Ruellomum fratrem sum misi possessionem illam dimiserint quiete et si in alia Curia molestare pres umpserit  etc. Traduction : Pour tous les fidèles du Christ qui  examinerons cette présente page  Pierre par la Grâce de Dieu évesque de Saint-Malo et Guillaume abbé du Tronchet [Raoul fut le premier abbé de cette abbaye créée vers 1170. Guillaume, ici cité, fut lui abbé entre Raoul et Gautier lequel Gautier lui est cité abbé de cette même abbaye en 1207.  Guillaume par cet acte ici étudié fut nommé par le Pape pour Juger avec Pierre évesque de Dol un différent opposant alors l'abbaye de Vieuville à Guillaume Jordan et à Ruellan Baudouin; ce sujet était relatif à des droits applicables en la paroisse de Baguer-Morvan] vous confirmons l'autorité de l'abbaye et des moines de Vieuville en la possession d'une terre en la paroisse de Bagar par le jugement de notre Cour de Dol et trois sols qui ont dû sur la terre il va de soi de Guillaume Jordan et Ruellan Baudouin par rapport aux deux années post mortem de William de Pöntegeroart pour la possession de la dite terre qu'il recueillit  de Guillaume Parembert comme cela fut démontré en notre court de Combourg. Comme témoins légitimes les les moines ont présenté les dits Guillaume Jordan et Ruellan Baudouin et la dite Autorité qui a tout pouvoir d'excommunication [dit] que la dite possession présumée nuit en particulier à Guillaume Jordan et son frère Ruellan; nous renverrons  tranquillement le rejet de la succession si l'autre Cour présume des difficultés etc.  

     

     1261. Don à Vieuville par Bertrand de Saint-Gilles, seigneur de Tremehin, de ses dîmes de Tremehin assis en la paroisse de Bagar. Universis presentes litteras inspecturis Bertrannus de Sancto Egidiomiles Dominus de Tremehin salutem. Noveritis quod ego pro salute anime mee et Juliane uxoris mee dedi et concessi de voluntate et expresso assensu dicte uxoris mee et Tisoris filii nostry, primogenity , abbatie Veteris-Ville , et monachis ibidem deo servientibus quidquid juris hac bebam in decima mea dominicy mei Tremehin sita in parrochia de Bagar, in cujus rei fidem presentes litteras dedi dictis monachis sigilly mei munimine roboratas , anno Dominy 1261 mense aprily. Traduction : Que tous, par cette présente lettre sachent. Bertrand de Saint-Gilles seigneur de Tremehin  salut. Vous devez savoir que pour le salut de mon âme et celle de ma femme Julienne j'ai donné et accordé volontairement pour ma femme et mon fils Tisoris notre premier né, à l'abbaye de Vieuville et aux moines qui là servent Dieu, tout et de droit mes décimes seigneuriales que j'ai à Tremehin situé en la paroisse de Bagar. Quecette présente lettre donnée aux dits moines je la confirme et la ratifie par mon sceau. Fait en l'année du Seigneur 1261 au mois d'Avril.

     

     Charte relative à la terre de Belle-Isle

    Vers 1180. Donation à V.V. par Hasculf de Soligny de toute une terre de Belle-Isle tous trois détenus par Hervé Clausit.dainsi que de deux chemins à Paluel   Omnibus sancte ecclesie filiis presentibus et futuris Hasculfus de Soligneio salutem in Christi; notum sit vobis quod ego Hasculfus de Soligneio dedi monachis Veteris villa in perpetuam liberam et quietam, concedente Yselde uxore mea, et fillis Johanne et Radulfp totam terram Herveus Mercerarius tenebat deme in magna nova Viridaria et totam terram quam Robertus Taon habebat in aedem viridaria, nec non et totam terram quam idem Herveus Clausit in Bella Insula, et duas plateas in Paluel has omnes tradiderum mo/ predicto Herveo jure hereditario tenebas sub anno 5 sol andeg/ in festivitate sancti Michaelis, veruni ut hae rata demii er firma permaneant scripto commendari et sigilli etc. Testibus his : Pincerna de Dol; Gaufrido Spina; Garn/  monacho montis sancti Michaelis; Gaufrido Corrigiaro etc.  Traduction : A tous les fils de la Sainte-Eglise présents et futurs Hasculf de Subligny salut. Je fais savoir pourquoi moi, Hasculf de Subligny, je donne aux moines de Vieuville, à perpétuité, les ausmones libres et tranquilles. Accepte ma femme Yseul et mes fils Jean et Raoul. [A savoir :] Toute la terre que Hervé Mercerarius tenait otée en le nouveau grand Jardin et toute la terre que Robert Taon tenait en la maison du Jardin ainsi que l'ensemble de toute la terre que de même tenait Hervé Clausit à Belle-Isle et deux chemins en Paluel tous livrés. Plus Hervé dit qu'il tient [cela] par droit d'hérédité rescencé dans l'année pour 5 sols d'Angers [à donné] à la Saint-Michel. Cela [cette présente donation faite par hasculfus] a été ratifié et garentie et restera fermement recommandé par écrit et scellé. Témoins sont : Le Pincerne de Dol; Geoffroy de l'Espine; Garnier moine du mont-Saint-Michel; Geoffroy Corrigario etc.

     

     Charte relative aux paroisses de Planguenoit et de Pleodel [peut-être les anciennes paroisses de Planguenouald et de Plehedel]

    1211. Donation faite à V.V. des dimes de Planguenoit et de Pleodel par  Geoffroy le Blanc. Omnibus ad quos presens scriptum pervenerit Juhellus dominus Meduana et Dinannii, noverit universita vestra quod Gaufridus le Blanc dedit abbatie Veteris ville in perpetuam elemosinam totam decinam suam parroichiarum de Ploguenoit et de Pleodel, cencedentibus omnibus infantibus suis, Oliverio, Georgio, IV, Rosel, Lucia et ut hoc donationem firma sii presens scriptum sigilli mei, authoritate etc. Anno gratie 1211. Traduction : Que tous ceux à qui se présent écrit parviendra, Juhel de Mayenne et de Dinan, sachez tous que Geoffroy le Blanc a donné à l'abbaye de Vieuville en perpetuité toutes ses dimes en les paroisses de Ploguenoit et de Pleodel, ont concédé tous ses enfants, Olier, Georges, Rosel, Lucia et pour affermir ce don sur cet écrit de mon sceau, autorité etc. Fait en l'année de Grace 1211.

     Traductions en cours...parvenu page 18/87

       

    et seiret vel deberet, dimisit abbatie Veteris ville bone ductus consilio decimam illam tertiam videlicet partem quam jure hereditario in vineis suis apud Dolum possidere videbatur, et longo tempore ammatim ab ipsis acceperat, et pater illius ante cum, hanc emim retinebat contra jura privilegiorum ordimis cisterciensis, habuit autem de caritate monasterii LXX solidos andegavenses, et concessit eam sicut dictum est presate abbatie liberam et quietam et jure elemosinarum perpetus possidendam hoc non est sub silencio transeundum quod si aliquo tempore ut sieri soles terra illa vineis omissis nel suceisis adenttum rediget segetum; monachi nihilominus decimam possiderunt, hoc ego Hasculfus quia predicte vince ex largitate ancessorum meorum sepe dicte abbatie collate suerant concedente Iselde uxore mea volui et concessi, et etiam me custodem et tutorem constituens sigilli mei authoritate firmery sub testibus istis

     

    Les feudataires en l'évesché de Dol au XII et XIII siècles; l'Abbaye de Vieuville

     

     

     

     


     

    « La terre noble de GrillemontAffiliation directe et ascendante de Roienteline »

  • Commentaires

    1
    Lundi 14 Mai 2012 à 11:29

     

    Chère Jean Pierre Fournier

    Je vous contacte employant mon anglais et une traduction française automatisée parce que mon propre Français n'est pas assez bon!

    J'ai été enchanté pour avoir trouvé votre blog au sujet de l'histoire du Lanvaleis en raison de ma recherche dans le famille de Saint Clair. Vous verrez du site Web que j'ai pu confirmer beaucoup de ce que vous avez dit au sujet des descendants de William (I) de Lanvalei en Angleterre, bien qu'il y ait quelques détails où je me pense avoir plus d'informations exactes. J'ai actuellement ces chartes d'abbaye de St John dans Colchester se référant aux familles de Saint Clair et de Lanvalei traduites en anglais.

    J’ai une raison important de vous ecrire: en raison de ma recherche et de l'association de William (III) avec la Magna Carta, j'ai proposé que le village de Walkern devrait envisager de jumeler avec Lanvallay avant les 800th célébrations en 2015. Elles sont très intéressées, mais toutes les fois que j'ai écrit à Jean-Yves DELAROCHEAULION, le maire de Lanvallay, je ne reçoivent pas de réponse! Puisque je visiterai cette ville au debut de mois d’Aout  cette année, j'aimerais pouvoir rencontrer celui qui est responsable de prendre une décision. Est-ce que vous pensez que vous pouvez m’aider?

    En meme temps, il serait très intéressant de vous rencontrer pour discuter la famille de Lanvalei et et d’echanger informations entre Angleterre et  France.

    Dans l'attente d'avoir de vos nouvelles,

    Avec de sincères amitiés, Peter

    Dear Jean Pierre Fournier

    I am contacting you using both my English and a computerised French translation because my own French is not good enough!

    I was delighted to have found your blog about the history of the Lanvaleis because of my research into the Saint Clair family. You will see from the website that I have been able to confirm much of what you have said about the descendants of William (I) de Lanvalei in England, although there are a few details where I think I have more accurate information. I am currently having those charters of St John’s Abbey in Colchester referring to the Saint Clair and Lanvalei families translated into English.

    There is an important reason for writing to you, though. Because of my research and the association of William (III) with Magna Carta, I have proposed that the village of Walkern should consider twinning with Lanvallay prior to the 800th celebrations in 2015. They are very interested, but whenever I have written to Jean-Yves DELAROCHEAULION, the mayor of Lanvallay, I do not receive a reply! Since I will be visiting the town in early August this year, I wanted to be able to meet whoever is responsible for making a decision. Do you think you can help?

    Also, it would be very interesting to meet you to discuss the Lanvalei family and what we know about them in England and France.

    Looking forward to hearing from you,

    With kind regards, Peter

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :