• 1740. Emprisonnement de Pierre Blondeau de la Villeménard

     1740 

     Vente des héritages de Pierre, Janne et Marie Blondeau pour Pierre alors emprisonné au château de Dinan pour dettes civiles

     

    L'an mil sept cent quarante, le dix-neuvième  jour de mai, après midi, devant nous notaires royaux héréditaires à Dinan soussignés, ont comparu en leur personne noble homme Pierre Blondeau, sieur de la Villeménard [ce dernier est Pierre Blondeau fils, ses parents étant Pierre Blondeau père et Janne Gigot soeur de Catherine toutes deux propriétaires héréditaires du noble logis dit de la Cour de Bretagne. Pierre  Blondeau premier du nom, lieutenant de la milice de Dinan, sera aussi marchand de draps de soie et cela à l'image de son grand-père Gilles, époux de Laurence Lecourt. En les familles de Blondeau et de Porée nous trouvons ainsi deux familles lesquelles toutes deux, pendant plusieurs générations, seront "marchands de draps de soie". Cette activité professionnelle sera importante tout au long de l'histoire de la ville de Dinan puisque dès le XII siècle elle sera réputée pour ses draps citant ses drapiers oeuvrant au sein de maisons de draperie. D'ailleurs la ville de Dinan exportera ses draps jusqu'à Cadix en Espagne. La rivière de Rance lui ouvrant un accès sur la mer Dinan ainsi exportera au loin ses propres produits comme elle apportera aussi de loin tous ses besoins non produits en ses terres. Pour illustrer ce propos Christophe Lesné, né vers 1660, fils de Maurice Lesné et époux d'Hélène Jan dame de Grandchamp, capitaine de Dinan, inhumé d07/01/1703 aux Jacobins de Dinan, sieur de Pélineuc ou de Pelineuf, terre posée en la paroisse de Lanvallay, lui trouvera le jour de sa naissance au Pérou en le royaume de Lima: Sous la cinquième tombe brisée par la moitié où il y a une petite concavité, à commencer au tronc de Ste-Rose, le corps de Christophe Lené sieur de Pellineuc natif du Pérou au royaume de Lima…  D'après les écritures de certains actes de baptêmes l'arrière-grand père de Pierre premier du nom, Christophe Blondeau, sera lui "marchand" en la charnière des XVI et XVII siècles. L'était-il déjà de draps ou bien "maitre" d'autres choses ? ], demeurant à Dinan, près de la Grande Rue, paroisse et diocèse de Saint-Malo et actuellement détenu aux prisons royaux de cette ville pour dettes civiles à la requête de la Dame de Portcorvo [l'entrevue sera réalisée entre les portes de la prison du château de Dinan alors endroit "neutre"]; noble homme Jan Porée sieur de Fromentel [peut-être l'actuelle ancienne métairie de Frementel en Lanvallay] faisant, agissant et garantissant pour demoiselle Janne Blondeau son épouse à laquelle il promet ratifier le présent dans quinzaine, demeurant à leur maison de la Soudrais, paroisse de Pleudihen, diocèse de Dol, et demoiselle Marie Blondeau veuve de feu noble Jacques Porée sieur du dit nom [Jean et Jacques Porée étaient tous deux frères et fils de Jacques Porée marchand de draps de soie aussi. Leur arrière grand-père était le propre frère de Laurence Porée femme de Gilles Mouton. Celui-ci était Guillaume Porée époux en deuxième union de Gilette Bagot tous deux sieur et dame du Four Doré. ], demeurant en cette ville rue de la Mitrie, paroisse de Saint-Sauveur, les dits blondeau héritiers purs et simples de feu noble homme Pierre Blondeau sieur de la Villeménard leur père, qui [est] héritier sous et par bénéfice de la Grange-Vallée son oncle, lesquels dits sieur et demoiselles Blondeau, même le dit sieur de Fromentel-Porée, en la dite qualité ont, avec promesse de garant, ensemble et solidairement, vendus, quittés, délaissés tant pour eux que pour leurs hoirs successeurs ou cause ayant, à maître Yves Reslou sieur de la Tisonnais demeurant à Dinan, place du Marchix dite paroisse de Saint-Sauveur, ci présent acquéreur, et acceptant faisant pour au nom de leurs héritages ci-après situés aux environs du village de Tégris et de la Croix Paumelin, les tous en la paroisse de Saint-Juvat, consistant en deux sillons deux rayes de terre en pièce appelée les Bouhourdries  joignant des deux côtés à terre d'Eustache Lemée, d'un bout au chemin conduisant de Paumelin aux Croix du Paradis Douantage; trois autres sillons de terre en pièce appelée Lorgeville, joignant des deux côtés à terre des héritiers de Marie Moucet; finalement cinq sillons de terre dans un courtil appelé le Courtil du Bas, joignant d'un côté à Dominique Bougis et de l'autre au chemin du dit lieu et d'un bout à Julien Neveu, quoi que se soit ce qui en peut compter et appartenir aux dits vendeurs aux dites pièces de terre sans que néanmoins le dit acquéreur puisse inquiéter les vendeurs pour plus grand ou moins de contenant, attendu qu'ils ne sont saisis d'aucun titre concernant la propriété des dits héritages et généralement vendent et transportent les dits héritages baillis tenus prochement et roturièrement de la seigneurie de Langenenais par le grand bailliage de Saint-Juvat ou autres en dépendant, à charge d'y payer les rentes féodales ci-décrites suivant les titres de la seigneurie. La vente est faite entre parties pour la somme de cinquante livres de principale, sans vin ni commission, de laquelle somme le dit sieur Reslou, en la dite qualité, l'a présentement compté et payé en bonnes espèces trente trois livres six sols huit deniers dont le dit sieur de la Villeménard s'est saisi du consentement des autres vendeurs et en nos présence le prix sur de la dite somme. Le dit sieur Reslou en sa dite qualité s'est obligé de la payer aux autres vendeurs après l'appropriation qu'il sera tenu de faire dans le temps de la coutume au moyen de quoi les dites parties vendeuresses dès à présent se sont dessaisies, dévêtues et dépossédées de la propriété et jouissance des dits héritages et en ont saisi, vêtu et emparé le dit Reslou au dit nom et pour mettre en la réelle et actuelle possession des dits héritages. Ils ont nommé et institué pour leur procureur général et spécial Maître... et chacun le premier requis sans révocation et en outre sera le dit sieur Reslou tenu et obligé sans diminution du prix principal du présent faire et acquitter les vendeurs de la cueillette du bailliage dont relèvent les dits héritages et de payer les rentes féodales dues sur eux pour l'an dernier, quitte du passé, parce que le sieur Reslou  touchera d'avec Eustache Lemée et Jan Thomas vingt huit sols par eux dus pour la jouissance des dits héritages et libèrera les dits sieurs demoiselles vendeurs de tous frais... qui ne peuvent monter qu'à la somme de quatre livres ... à l'exécution et accomplissement  de tout ce que...se sont les dites parties chacune en ce qui le touche, même les dits sieur et demoiselles vendeurs jointement et solidairement obligés sur tous leurs biens réels et immobiliers, présents et futurs, pour en cas de défaut êtres ceux-ci saisis et vendus suivant l'ordonnance et après la lecture au long a été faite aux dites parties, elles l'ont ainsi voulu, connu, consenti, promis et juré tenir sans y contrevenir, ce à quoi nous dits notaires les y avons condamné par autorité de notre cour royale de Dinan avec soumission ici jurée, même celle de Langeninais pour procéder dans la dite juridiction de Langeninais sans exception. Fait et apporté entre les portes de la dite prison, lieu de liberté où les dites parties nous ont requis de descendre, sous les seings des dites parties chacune pour leur fait et les notres les dits jour et an. 
    Ont signé : Blondeau de la Villeménard; Marie Blondeau; Jean Porée sieur de Fromentel; Reslou, Vaugrenat et Broussais  notaires royaux . Contrôlé et insinué à Dinan le 27 mai 1740. Reçu trente six sols. 

    [la copie de cet acte a été obtenue des archives de Maitre Vaugrenat dont les minutes sont classées en la série 3 et remise par maitre Robert notaire à Dinan. Note de monsieur Jacques Fournier mon défunt père. 1989]       

    « - 1731. Hypothèque établie entre Catherine et Jeanne Gigot- Vers 1130. Origine de la Seigneurie de Lanvallay proche de Dinan »

  • Commentaires

    1
    MTC
    Dimanche 1er Mars 2015 à 23:01

    Christophe Blondeau était maître pâtissier, rue de la Poissonnerie ,

    2
    Dimanche 1er Mars 2015 à 23:33

    Bonjour,

    Très sincèrement merci pour cette information; elle est importante pour moi puisqu'elle apporte un complément de lumière sur cette respectable famille, puisqu'elle apporte aussi une réponse à ma question posée. Pouvez vous s'il vous plait me transmettre l'acte en lequel vous avez trouvé cette information afin que je puisses faire le correctif nécessaire et afin de pouvoir aussi étudier cet acte ?

    En espérant avoir votre acceptation. Encore merci beaucoup

    Jean Pierre

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :